A l’horizon ! Les décorations de Noël arrivent en RD

À moins de trois mois du début des célébrations de Noël, les vendeurs d’objets artisanaux et de décorations de Noël ont commencé à retirer ces articles en prévision de la saison qui approche.

Afin de rappeler aux citoyens l’approche de la date de l’harmonie et de la fête, plusieurs artisans des célèbres charamicos, ont sorti des ateliers certaines de leurs pièces, qu’ils n’ont même pas terminées dans leur intégralité.

Reinaldo de Jesús, qui fabrique un large éventail de charamico sur l’avenue Winston Churchill depuis 40 ans, a déclaré à elCaribe que les charamicos seront officiellement retirés le 15 octobre.

M. De Jesús a déclaré que c’est la date fixée par la mairie du district national pour pouvoir placer tous ces articles, qui font partie de la tradition dominicaine.

Il a informé qu’il a appris l’élaboration de cet art avec son père après avoir quitté sa Villa Altagracia natale, dans la province de San Cristobal, alors qu’il n’était qu’un enfant.

L’homme a commenté que dans son cas, il s’agit d’une entreprise familiale, puisqu’il le fait avec sa femme, ses enfants et ses neveux, de manière à ce que chacun fasse partie du processus.

Outre la production et la vente de ces œuvres de couleurs et de motifs différents, ils s’occupent également de l’artisanat des feuilles de bois pour fabriquer des lettres, des tables, des bases de gâteau, entre autres choses.

« Si tu ne sors pas, tu ne te sens pas à Noël. Ce sont ces décorations qui rendent toute la saison de Noël passionnante », a souligné M. De Jesús.

De quoi sont-ils faits ?

Reinaldo de Jesús a expliqué que les charamicos qu’ils fabriquent sont faits à partir de branches de l’arbuste arraiján, de branches d’olivier, ainsi que des plantes grimpantes jaquimey et alambrillo.

Ces articles vont des lampes, des anges, des arbres de Noël, des cerfs, des ânes, des anges, du Père Noël, des étoiles, des lunes, des paniers jusqu’à la nativité de Jésus avec toutes ses parties et des petites maisons, avec différentes couleurs et paillettes.

Le coût peut varier en fonction de l’objet à fabriquer, à partir de 650 pesos.

« Dans notre cas, nous y travaillons vraiment. C’est un art qui vaut la peine d’être possédé et qui peut durer des années », a-t-il déclaré.

Les magasins vendent des décorations

Plusieurs établissements commerciaux, tels que des supermarchés et des quincailleries, ont activé la vente de décorations faisant allusion à Pâques.

Des arbres de Noël et leurs accessoires, des coussins, de la verrerie et des couverts avec des motifs de Noël étaient visibles dans leurs allées et même à l’entrée.

Ce scénario a été observé dans le magasin Plaza Lama et dans la quincaillerie Innovación, où leurs employés ont placé les ornements sur les étagères et dans les allées.

Selon les informations, ces établissements ont mis en place les décorations depuis la semaine dernière.

« Nous avons vraiment l’impression d’entrer dans la période de Noël. Je suis venue acheter de la nourriture comme d’habitude et je vois que même les arbres sont de nouveau en vente », a déclaré Anny Castillo, une citoyenne.

Certains acheteurs se sont approchés des articles avec l’intention d’acquérir de telles marchandises.

C’est le cas de Miosotis Durán, qui a déclaré qu’une fille l’avait informée que les magasins vendaient déjà ces articles et qu’elle devait en profiter.

Mme Durán a déclaré que l’année dernière, elle n’avait pas pu décorer sa maison parce que sa fille avait été infectée par le virus covid-19 et était dans un état délicat, et qu’elle avait donc décidé de ne pas faire la fête comme d’habitude.
« Cette année, nous pourrons décorer notre maison pour le mois de décembre. Il y a la santé, grâce à Dieu, et je l’en remercie », a déclaré M. Durán.

Les artisans dédiés à l’élaboration des charamicos, ont dit espérer pouvoir réaliser pour Noël des ventes supérieures à celles réalisées en 2020. Ils ont indiqué qu’avec la question de la pandémie de coronavirus, leurs ventes ont été réduites, expliquant que de nombreuses personnes ont perdu leur emploi ou ont vu leurs revenus réduits par ce même virus. « Nous reconnaissons que beaucoup de gens ont eu des difficultés l’année dernière et en ont encore cette année, mais je prie Dieu que cela s’améliore et que nous puissions tous profiter et bénéficier de ces prochaines dates. Je suis convaincu qu’elle le fera », a affirmé un artisan.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + 7 =