La bachata et le tango fusionnent dans le film dominicain-argentin « O+ »

Le tournage en Argentine du film « O+ », une coproduction entre l’Argentine et la République dominicaine, réalisé par Bruno Musso, a commencé. « Dans ‘O+’, la bachata et le tango fusionnent pour faire danser la République dominicaine et l’Argentine au rythme du grand écran », ont ajouté les réalisateurs.

Le film est basé sur des faits réels et raconte l’histoire de deux Dominicains prospères vivant à Buenos Aires dans les années 1990, une époque où les informations sur les maladies sexuellement transmissibles étaient étouffées et où ceux qui en souffraient étaient condamnés à mort.

Les protagonistes devront faire face au rejet, aux préjugés et à l’ignorance, après avoir été diagnostiqués avec un syndrome sur lequel il y a peu d’informations et peu de ressources. Le retour aux sources pourrait donc représenter un nouveau départ au-delà de la santé.

Cette coproduction a commencé à tourner en décembre dernier dans différents lieux de Puerto Plata, en République dominicaine, et a même déplacé sa distribution principale pour commencer le tournage en Argentine.

Le film met en vedette Victorio D’Alessandro, Evelyna Rodríguez et Danilo Reynoso. « Superbe tournage à Puerto Plata. Reconnaissant envers toute l’équipe, la technique, les caméras, le maquillage, les costumes, la direction, la production. Je termine l’année comme j’ai terminé la précédente : le tournage. Je profite de ce privilège et je donne tout ce que j’ai, comme toujours. La tête, le bon sens, l’intuition, la persévérance, la discipline, l’envie de travailler et le cran, beaucoup de cran. Sans passion, nous n’allons nulle part. C’est en route et nous le suivons à Baires », a déclaré Alessandro sur ses réseaux sociaux accompagné de quelques images.

D’Alessandro est connu pour ses performances dans des pièces telles que « Casi ángeles », « Herederos de una venganza », « Los únicos », « Sos mi hombre » et « Golpe al corazón ». L’année dernière, il a tourné une série au Portugal, « Filha rebelde », de 6 chapitres, et une autre à Bilbao intitulée « Black Sunday ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix + 6 =