Espagne et la RD font concurrence en production de film

L’Espagnole Ángeles González-Sinde est scénariste, réalisatrice et écrivain, pour ne citer que quelques-unes de ses accolades dans cette présentation officielle

Elle était récemment en visite en République dominicaine pour tenir une conversation au Centre culturel d’Espagne sur la passion qui l’a fait monter sur le podium pour recevoir les prix Goya du meilleur scénario et du meilleur film, et le Mestre Mateo de l’Académie galicienne ; ainsi que sur son expérience en tant que ministre de la culture du gouvernement espagnol et sa position actuelle de présidente du conseil d’administration du Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía.

Au cours d’un après-midi, elle a retracé, en quelque sorte, son expérience personnelle de scénariste et de réalisatrice face aux changements survenus dans l’environnement commercial de l’audiovisuel, comme le cinéma, une œuvre de création dont le développement, contrairement à d’autres disciplines artistiques, est conditionné par la technologie et les conditions économiques dans lesquelles les films sont produits.

Fille du producteur et scénariste de cinéma Jesús María González, Ángeles a décidé très jeune de faire des études de philologie classique, puis un master en scénarisation de films à l’Universidad Autónoma de Madrid.

Pendant son éphémère séjour sur la demi-île, il a échangé son bronzage sur les plages de sable blanc contre un banquet culturel au Museo del Mar dans la ville coloniale et au Centro León à Santiago. C’est à ce moment de la conversation que je lui demande : si un producteur ou un entrepreneur dominicain vous propose d’écrire un scénario ou de produire un film sur quoi ou sur qui le feriez-vous ? Sa réponse : « J’ai aimé l’histoire de Nadal Walcot.

Il fait référence à un artiste né en 1945 dans l’Ingenio Consuelo, à San Pedro de Macorís, une province de la République dominicaine. Ses racines se trouvent à Saint-Martin et dans les îles de Saint-Kitts-et-Nevis, dans les Caraïbes.

Walcot était un artiste autodidacte, descendant d’esclaves africains des îles anglaises des Caraïbes, venus travailler dans l’industrie de la canne à sucre à partir de la fin du XIXe siècle.
« Ce mélange de différentes langues et cultures et la façon de vivre la négritude est une source d’histoire qui n’a pas été racontée et cela m’inspire », dit Ángeles.

Comment voyez-vous le cinéma dominicain ?

Le cinéma dominicain a reçu une impulsion importante au cours des dix dernières années avec la loi 108-10 pour la promotion de l’activité cinématographique en République dominicaine, qui, dans son chapitre VI, établit le régime de stimulation de l’activité cinématographique et les possibilités de financement. Cela a donné un énorme élan au cinéma, car ce n’est pas une forme d’art qui peut être produite spontanément sans un contexte qui la favorise. Elle est très coûteuse et sa diffusion et sa production dépendent de nombreux outils, notamment juridiques et légaux.

Sommes-nous prêts à attirer la production et les investissements ?

J’ai visité le studio de cinéma Pinewood Indomina, situé à Juan Dolio (dans la province de San Pedro de Macorís) et c’est un pari important pour amener une bonne production sur l’île et des investissements qui laissent beaucoup d’argent dans les lieux où ils sont tournés et, dans ce sens, l’Espagne est en concurrence avec la République dominicaine parce que c’est une destination pour les tournages internationaux qui essaie d’attirer ce même investissement.

Quels sont les avantages de la promotion de ces initiatives dans le pays ?

Maintenant, la République dominicaine a la possibilité de créer de nombreux emplois, d’incorporer plus de talents locaux et que le niveau de son propre cinéma sera renforcé grâce à ces connaissances.

Qu’est-ce qui nous rend compatibles dans ce métier ?

Les Espagnols et les Dominicains partagent une langue et c’est un héritage que beaucoup de pays dans le monde n’ont pas et nous en avons été conscients, mais les plateformes comme les États-Unis en ont davantage profité.
L’Espagne dispose d’une loi sur le cinéma et d’une tradition de tournage depuis les années 1950, mais le gouvernement s’efforce désormais d’attirer davantage d’investissements dans les tournages qui mobilisent de grandes équipes de plusieurs centaines de personnes. Nous partageons tous deux de nombreuses heures de lumière du jour, des paysages différents, la République dominicaine possède une académie du cinéma qui, comme celle d’Espagne, dont j’ai été le président de 2006 à 2009, cherche à encourager la diffusion et la promotion des films afin que le public local les connaisse et qu’ils acquièrent le prestige qui les mène aux festivals internationaux.

L’Espagne aimerait-elle venir tourner ici ?

Idéalement, nos séries et nos films devraient pouvoir voyager et partager les marchés locaux naturels avec les Ibéro-américains. Cela me plairait beaucoup ; nous, les cinéastes, aimons le défi de l’inconnu, c’est finalement ce qui nous pousse à choisir cette production. Vous vous consacrez au cinéma parce que vous voulez voir la vie du point de vue de l’autre. C’est naturel pour votre propre vocation de raconter des histoires.

En savoir plus : Cinéma en République dominicaine

En savoir plus : Divertissement en République dominicaine

En savoir plus : Ángeles González-Sinde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

15 + huit =