Un film de RD en compétition pour des longs métrages

34e FICVIÑA: 6 films d’Argentine, de Bolivie, du Brésil, d’Uruguay et de la République dominicaine font partie de la compétition de longs métrages de fiction d’Amérique latine.

  • Il s’agit de l’une des principales catégories de compétition du Festival international du film de Viña del Mar, qui, cette année, se déroulera entièrement en personne du lundi 14 au samedi 19 novembre.
  • Les projections auront lieu dans quatre lieux: Cine Arte, Cinemark Mall Marina Arauco, Cinemark Espacio Urbano et la Sala Aldo Francia du Palacio Rioja. Toutes les projections sont en entrée libre.

L’une des catégories compétitives les plus importantes du Festival international du film de Viña del Mar est la compétition de longs métrages de fiction latino-américains, qui présentera cette année 6 films d’Argentine, de Bolivie, du Brésil, d’Uruguay et de la République dominicaine.

La 34e édition du FICVIÑA se déroulera entièrement en personne du lundi 14 au samedi 19 novembre. Les projections auront lieu dans quatre lieux: Cine Arte, Cinemark Mall Marina Arauco, Cinemark Espacio Urbano et la Sala Aldo Francia du Palacio Rioja. Toutes les projections sont en entrée libre.

Des présents non résolus pour des passés non résolus

La sélection de ces six œuvres témoigne de la recherche de cinéastes contemporains qui, avec des approches diverses du langage, établissent un lien profond avec les contextes politiques de l’Amérique latine. « Les présents non réglés, les passés non résolus, les territoires fragiles, la violence et le classisme font partie de ce qui apparaît et est révélé dans cette sélection. Les films sélectionnés dans cette catégorie jettent des ponts avec le passé, avec les documentaires, avec l’habitat et les relations de pouvoir », explique Claudio Pereira, directeur artistique du FICViña.

Les films en compétition sont :

« Utama » (Alejandro Loayza Grisi, Bolivie/Uruguay/France, 2022).

Dans l’aride altiplano bolivien, un couple âgé de Quechua vit le même quotidien depuis des années. Lorsqu’une sécheresse exceptionnellement longue menace leur mode de vie, Virginio et Sisa sont confrontés au dilemme suivant : résister ou être vaincus par le temps qui passe. Dans le surprenant premier long métrage d’Alejandro Loayza Grisi, tous trois vont affronter, chacun à leur manière, leur environnement, le besoin de changement et le sens de la vie.

« Alejandro Loayza Grisi, qui fait partie d’une famille de cinéastes exceptionnels en Bolivie, construit une belle histoire parlée en quechua avec deux vieillards qui vivent dans un coin perdu de l’altiplano et qui sont témoins du temps qui passe, loin de tout accessoire moderne. En haut, il y a une lutte silencieuse entre l’écoute d’une nature menacée par nous-mêmes ou l’écoute de notre propre corps, des visions opposées qui soulèvent des questions sur la responsabilité d’affecter l’équilibre naturel », loue Pereira.

« Lxs desobedientes » (Nadir Medina, Argentine, 2022)

Alicia, une conductrice de trolleybus, se retrouve accidentellement impliquée dans une rébellion contre un régime despotique et totalitaire. Après un épisode mystérieux, Alicia rejoint un groupe de désobéisseurs et affronte les forces de sécurité, faisant revivre l’esprit du Cordoba rebelle de la fin des années 1960.

« C’est une œuvre contemporaine qui dialogue avec toutes les époques, car si nous supposons qu’il existe un présent immobile et un passé dépassé, nous acceptons une position politiquement obéissante aux logiques et aux récits hégémoniques. « Lxs desobedientes » jette un pont avec les mouvements sociaux de l’Argentine de 1969, construisant un récit troublant dans lequel l’incertitude d’un passé vieux de 53 ans non seulement n’a pas été surmontée par l’économie et la classe politique latino-américaines actuelles, mais a été exacerbée jusqu’à atteindre un niveau scandaleux, et que son responsable s’appelle le néolibéralisme », souligne Claudio Pereira.

« Cordially Teus » (Aimar Labaki, Brésil, 2022)

Dix histoires ou une seule. Dix moments dans la chronologie ? 1972, 1999, 1550, 2083, 1891, 2012, 1618 – et la même réalité : la violence donnant le visage final aux relations au Brésil. Une révolte d’esclaves dans une plantation de café, la torture d’un Indien, l’enlèvement d’un ambassadeur, des Juifs qui se cachent de l’Inquisition, une femme torturée qui voit son bourreau dans le public et lui raconte son crime, un père et un fils qui discutent pendant la Seconde Guerre, une veuve qui a tout perdu dans l’Encilhada et qui est obligée de se marier et de perdre sa liberté.

Carajita« Réfléchir au passé, au présent et à l’avenir d’un pays semble un exercice nécessaire en période de crise. Aimar Labaki dissèque le Brésil à travers dix histoires qui vont de l’année 1566 à une année 2066 dystopique. L’anthologie, dont les récits sont interconnectés, fonctionne ainsi comme une sorte d’histoire universelle de l’infamie qui fait remonter le racisme, la violence, l’autoritarisme et l’inégalité sociale aux origines de la civilisation, en passant par l’Inquisition, la dictature militaire et le capitalisme débridé de notre époque, jusqu’aux cauchemars de l’avenir. Ce qui est intéressant, c’est que Labaki soulève des questions sérieuses sans oublier l’humour et l’ironie, ingrédients parfois nécessaires pour digérer le poids du monde », déclare Andrés Nazarala, programmateur du FICVIÑA.

« Le grand mouvement » (Kiro Russo, Bolivie, 2021)

Après avoir marché pendant une semaine, Elder et ses collègues mineurs arrivent à La Paz pour demander la réintégration de leurs emplois. Soudain, Elder commence à se sentir mal… Avec l’aide de la vieille Mama Pancha, Elder et ses amis trouvent du travail au marché. Mais l’état d’Elder empire, il se noie et peine à respirer… Mama Pancha l’envoie chez Max, un sorcier, ermite et clown, qui pourrait le ramener à la vie.

« Le Bolivien Kiro Russo (« Viejo calavera ») est souvent remarqué pour sa tendance à travailler avec des non-acteurs et son regard sur la vie des travailleurs des mines, victimes passives d’un capitalisme sans cœur. Dans ses films, cependant, il existe d’autres éléments distinctifs moins concrets, des vertus insaisissables qui transforment ses œuvres en expériences sensorielles qui transcendent tout discours. En ce sens, « Le grand mouvement » est plus que la chronique d’un groupe de mineurs de Huanuni qui décident de marcher pendant une semaine pour réclamer de meilleures conditions de travail. C’est aussi le portrait sensoriel d’une ville. Un cadastre architectural, une symphonie de sons et de voix », explique Andrés Nazarala, programmateur du FICVIÑA.

« Carajita » (Silvina Schnicer, Ulises Porra, République dominicaine/Argentine, 2021)

Sara et sa nounou Yarisa entretiennent une relation qui semble transcender leur classe sociale: elles sont ce qu’il y a de plus proche d’une fille et d’une mère, mais un accident interrompt leur vie et met à l’épreuve l’innocente illusion que rien ne les séparera.

« Yarisa et Sara : deux femmes différentes avec un lien aux dimensions tendues. Le film met en lumière la construction de contrastes en matière sociale, corporelle et de pouvoir, ce qui donne lieu à une œuvre qui contourne des sujets tels que les classes, les secteurs dominants et dominés et la recherche de la justice. Un accident est le prétexte pour imploser dans la vie des deux femmes, exposant d’autres actions et sensations entre elles et leur univers représenté. Avec une mise en scène stylisée, comme ressource narrative et expressive, il laisse sans aucun doute un scénario clair sur le texte principal de l’œuvre, qui est l’absence de justice sociale « , déclare Bernabé Demozzi, programmateur du FICVIÑA.

« Les vacances de Hilda » (Agustín Banchero, Uruguay/Brésil, 2021)

Hilda est une femme solitaire qui vit dans la ville de Concepción. Elle rompt intentionnellement toute forme de relation affective avec les gens qui l’entourent. Sa vie est interrompue par l’annonce que son fils vient lui rendre visite après plusieurs années. Elle entame des préparatifs pour améliorer sa maison et son image, qui s’est dégradée ces derniers temps. Mais son fils annule la visite et la reporte indéfiniment. Maintenant, Hilda doit vivre un été dans le passé.

 » L’Uruguayen Agustín Banchero est cinéaste, plasticien et dramaturge, mais on pourrait ajouter un autre métier : horloger. Oui, car « Las vacaciones de Hilda » fonctionne comme une horloge précise et complexe qui juxtapose le passé et le présent à travers la mémoire de Hilda, une femme solitaire et isolée de la ville de Concepción, dont la triste existence est soudainement secouée par une visite inattendue. Banchero construit l’histoire sur la dynamique complexe de la mémoire, en assemblant un puzzle mystérieux que le spectateur doit résoudre en assemblant les pièces et en affrontant les omissions, tandis qu’il est entraîné dans un voyage chargé de poésie visuelle, de silences et des brumes de l’intrigue. « Hilda’s Vacation, qui a été présenté en première au Festival du film de San Sebastian, est une expérience cinématographique d’une grande intensité », déclare Andrés Nazarala, programmateur du FICVIÑA.

En savoir plus: CINÉMA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − 14 =