« D’ici et là » : identité caribéenne et rencontre d’artistes

« D’ici et de là-bas »: l’identité caribéenne dans une rencontre d’artistes portoricains et dominicains

L’exposition est ouverte jusqu’au 31 août au Museo de las Casas Reales.

Il s’agit d’une collaboration entre la Chambre des représentants de Porto Rico et la Chambre des députés de la République dominicaine.

La fraternité entre la République Dominicaine et Porto Rico, pays séparés par 382 kilomètres (237 miles) bordant la mer des Caraïbes, est marquée par l’histoire, la politique, la musique, le sport et la culture.

L’identité caribéenne et ses défis ont été capturés pour la postérité dans les arts visuels grâce au travail de grands artistes de Porto Rico, de Porto Rico et d’autres pays antillais.

Afin de continuer à renforcer les liens culturels, l’exposition « De aquí y de allá » (D’ici et de là-bas) a été officiellement inaugurée jusqu’au 31 août au Museo de las Casas Reales.

L’exposition est organisée par la Chambre des représentants de Porto Rico en la personne de son président Rafael (Tatito) Hernández Montañez et la Chambre des députés de la République dominicaine, dirigée par son président Alfredo Pacheco.

Lors de la cérémonie inaugurale à laquelle ont participé des artistes, des hommes politiques et des responsables culturels des deux pays, Alfredo Pacheco s’est vu décerner la médaille Ricardo Alegría en l’honneur de Ricardo E. Alegría (1921-2011), prestigieux archéologue et historien portoricain qui fut le premier directeur de l’Institut de la culture portoricaine.

Pacheco l’a reçu avec surprise.

Un acte réciproque

En février de cette année, d’importantes pièces du meilleur de l’art portoricain et dominicain ont été exposées au Capitole de « l’île de l’enchantement ». Six mois plus tard, la délégation dominicaine est l’hôte.

Museo del Ámbar RDLe président de la Chambre des députés, Alfredo Pacheco, a salué cette initiative qui réunit 20 artistes des Caraïbes.

« Il est bon de noter que cette même réunion s’est tenue récemment à Porto Rico sous les auspices de la Chambre des représentants de ce pays. Quisqueya retourne le geste pour renforcer les liens culturels », a déclaré M. Pacheco.

« Nous sommes très heureux. Nous savons que les cultures de la RD et de la RP ont beaucoup d’identité et avec ce type de rencontre nous essayons de les relier », a déclaré le législateur au Diario Libre.

Entre-temps, le président de la Chambre des représentants de la RP, Rafael Hernández Montañez, a souligné qu’il existe une relation formelle entre les deux chambres. Il a indiqué que dans son pays, on encourage les artistes à utiliser les lieux publics, comme la galerie Tous Soto, où a été exposée « De aquí y de alla ».

« Nous avons l’intention de pousser l’exposition un peu plus loin et de continuer à mettre en valeur nos racines », a déclaré le politicien connu sous le nom de Tatito Hernández.

Il estime que la dynamique de l’exposition est le thème social. « Cela fait partie d’un programme éducatif et socioculturel ».

« Quand on parle d’ici et de là-bas, qui est le titre de l’exposition en question, il y a un jeu de mots qui renvoie vraiment à un héritage commun. Ce sont tous des artistes (dans l’exposition) aux discours mûrs et aux histoires qui ont mérité leurs toiles ou leurs piédestaux. Certains ne sont plus parmi nous, mais ils restent actuels et intemporels avec les œuvres qu’ils nous ont léguées », a-t-il déclaré en s’adressant aux invités.

Vingt artistes dominicains et portoricains

L' »île de la Féerie » est représentée dans cette exposition par les œuvres de Marcos Alegría, Diógenes Ballester, Jesús -Chuito- Cardona, Dafne Elvira, Carmelo Fontánez, Felipe Jiménez Marcell, Dennis Mario Rivera, Nora Rodríguez Vallés, Jorge Romero et Rafael Tufiño.

Parmi les artistes dominicains, les pièces d’Enriquillo Amiama, Ada Balcácer, Carlos Hinojosa, Mirna Ledesma, Miguel Núñez, Manuel Nina Cisneros, Ramón Oviedo, Cristóbal Rodríguez, Rosa Tavárez et Alberto Ulloa sont en tête de liste.

L’artiste primé Marcos Alegría, directeur de la culture de la Chambre des représentants de la République populaire de Chine, compte parmi ses tableaux une œuvre qui traite de l’inégalité sociale vue sous l’angle de la migration, de ceux qui traversent les mers en voyageant illégalement.

« Bien souvent, la vie des artistes est proposée comme un oracle pour voir le présent avec plus de clarté afin de valoriser ou de réévaluer le passé et de dissiper le potentiel du futur », a déclaré Alegría dans son intervention.

Une autre création qui invite à être analysée est « Mar de ancestros III », de l’artiste Nora Rodríguez Valles, réalisée à l’acrylique sur toile, 36″ x 24″ inches.

Une division franche dans le tableau avec des figures humaines qui avancent et d’autres qui se tiennent fermement, un bateau et l’horizon donnent une explication du chemin parcouru pour forger ce que nous sommes.

L’une des œuvres nationales qui se distingue est la « Virgen de la Altagracia » de Mirna Ledesma. Il s’agit d’une reproduction fidèle de la peinture originale de Clara Ledesma autorisée par Galo Ledesma Terrazas.

Les œuvres d’Enriquillo Amiama, un maître reconnu de la peinture dominicaine, sont présentées dans l’exposition. Parmi ses peintures figure « Van Gogh y la razón contenida » (2008), 40″ x 40″ inches.

Il la décrit comme une œuvre contemporaine dans laquelle il utilise des couleurs fortes, des collages et des techniques mixtes sur toile. Une autre touche originale est une phrase écrite en haut du tableau.

Amiama, qui a récemment présenté sa 21e exposition solo avec une rétrospective couvrant ses débuts en 1982 jusqu’en 2022 au Musée d’art moderne (MAM), était reconnaissant de participer à « From Here and There ».

Il a déclaré que le conservateur et responsable culturel dominicain Juan José Mesa l’avait invité à participer en raison des liens culturels entre les deux pays. Il a exposé en RP et le fait à nouveau dans cette exposition.

En ce sens, Mesa, qui, en plus d’être conservateur d’art, est également directeur du Centro de Estudios de Arte Caribeño de RD, s’est senti honoré de collaborer avec Rubén Moreira (conservateur de la partie portoricaine).

Pour le gestionnaire culturel, cela ouvre les portes de futures expositions bien méritées.

« Les artistes coïncident dans une réflexion sur notre identité. Semence nécessaire pour générer un parallèle de buts et de discours, bien au-delà des intérêts communs, le renforcement de notre art et de nos artistes, les pratiques partagées et ce qui peut être vu à l’œil nu », conclut le créole Juan José Mesa dans ce qu’il définit comme « Une rencontre magique au Capitole de Porto Rico et au Museo de las Casas Reales de Santo Domingo ».

En savoir plus: CULTURE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quatorze + 11 =