RD et le Japon envisagent de produire des poires japonaises

Le projet répond aux priorités établies par le gouvernement actuel, dont la politique vise à « améliorer la qualité de vie des personnes vivant dans les zones rurales ».

Le ministère de l’économie, de la planification et du développement et l’Institut agraire dominicain (IAD), en coordination avec l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), ont lancé le projet « Développement de la zone de production de poires japonaises » dans la communauté de La Culata, à Constanza, dans le but d’enseigner les techniques de culture qui permettront aux agriculteurs locaux de produire ce fruit.

Le projet répond aux priorités établies par l’administration gouvernementale actuelle, dans le cadre de la population rurale et du développement agricole, dont la politique vise à « améliorer la qualité de vie des personnes vivant dans les zones rurales ».

L’événement a été dirigé par Clara Aquino, directrice générale de la coopération bilatérale du ministère de l’Économie, de la planification et du développement ; Francisco García, directeur général de l’IAD ; José Luis Morillo, directeur de la coopération internationale du ministère des Affaires étrangères (MIREX) ; Masahiro Takagi, ambassadeur du Japon en République dominicaine, et Takayuki Kondo, représentant résident de la JICA.

Le directeur général de la coopération bilatérale a déclaré que pour le ministère de l’Économie, l’initiative est d’une grande importance parce qu’elle est une occasion d’accroître la participation au développement économique et social de la communauté et de ses habitants, en plus de la liaison dans le secteur productif national, de convertir la production de poires japonaises dans une spécialité locale distinctive de La Culata, Constanza, qui connaîtra des changements positifs pour le bénéfice de 70 ménages d’agriculteurs et de diversifier l’approvisionnement du marché des fruits.

Il a ajouté que le soutien aux communautés est l’un des principaux objectifs de l’État dominicain, car, en fournissant des outils visant à renforcer leurs compétences et leurs capacités, en profitant également des avantages des ressources naturelles et, en combinaison avec l’engagement des citoyens, le développement global et durable est garanti.

Le directeur de l’IAD a évalué positivement le début du projet pour le processus de transformation de la réforme agraire mis en œuvre par l’institution qu’il dirige. Il a également remercié le gouvernement japonais, par l’intermédiaire de son ambassade dans le pays et de la JICA, pour les contributions apportées afin de faire de cette initiative une réalité et d’apporter une meilleure qualité de vie à ses bénéficiaires.

De même, il a été souligné que la DAI a reçu du gouvernement du Japon, en décembre 2021 dernier, un don de plus de deux mille graines, pour promouvoir la culture de poires japonaises afin d’augmenter son vaste approvisionnement en ce produit et les amener sur les marchés intérieurs.

Pendant ce temps, le directeur de la coopération internationale du MIREX a souligné l’importance de mettre en œuvre des projets qui diversifient la production agricole dans le pays, afin d’apporter un impact positif à l’économie, en renforçant les capacités des producteurs locaux. Il a souligné que cette initiative permet de renforcer davantage les liens de fraternité et de coopération qui existent entre les deux nations.

De son côté, l’ambassadeur Takagi a déclaré qu’il s’agissait d’un projet innovant et technologique qui apportera au pays de nouvelles formes de plantation et de production agricole dans le domaine des fruits. Il a déclaré que l’une des priorités du gouvernement japonais est de contribuer aux innovations technologiques et aux connaissances.

Le représentant résident de la JICA, Takayuki Kondo, a retracé l’histoire de la coopération du gouvernement japonais avec la République dominicaine, avec plus de 2 400 Dominicains formés et plus de 1 000 volontaires japonais dans tout le pays, contribuant ainsi au développement durable.

La présentation du plan du projet a été faite par le consultant japonais Kenji Nakamura, qui a expliqué que le but ultime est que les producteurs de La Culata puissent produire le fruit de manière optimale et en faire une spécialité de la communauté.

Le projet sera mis en œuvre par l’IAD, avec le soutien du gouvernement du Japon, par le biais de la JICA, pour une durée de 3 ans, dans la communauté de La Culata, Constanza.

En savoir plus : JICA

En savoir plus : Commerce en République dominicaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

20 − 5 =