Ambre et Larimar, les bijoux les plus convoités de la RD

Si vous avez vu Jurassic Park, vous vous souviendrez de la scène dans laquelle des scientifiques parviennent à utiliser l’ADN de dinosaures, extrait de moustiques fossilisés dans l’ambre, pour ramener les animaux préhistoriques à la vie. Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que Michal Crichton, auteur du livre et de l’adaptation cinématographique de ce titre, a écrit ce passage en s’inspirant du travail réel des naturalistes George et Roberta Poinar dans les mines d’ambre de la République dominicaine. Certaines scènes du film ont même été tournées dans leur laboratoire. Que s’est-il réellement passé ?

En 1986, lors d’une expédition dans la région montagneuse de ce pays des Caraïbes pour collecter des échantillons d’ambre (résine fossilisée qui s’écoule des caroubiers), le couple américain a fait une découverte incroyable : des insectes préhistoriques qui avaient été piégés et conservés dans des pierres d’ambre avaient conservé des cellules intactes, y compris des parties de leur ADN. Mais alors que Hollywood voyait dans ces fossiles d’ambre la base d’un monde fantastique, les Poinars les utilisaient pour recréer un monde réel. Plus précisément, il s’agit de reconstituer ce à quoi ressemblait une forêt qui existait en République dominicaine il y a 45 millions d’années.

Les experts ont non seulement analysé les fossiles d’ambre qu’ils ont trouvés, mais ont également étudié les échantillons collectés par les mineurs dominicains pendant 20 ans. Dans la résine collante des caroubiers, ils ont trouvé des raretés telles que des abeilles et des scorpions sans dard, les poils d’un rhinocéros des Antilles et d’un tigre à dents de sabre. Également, une fleur d’une espèce végétale inconnue, qui prospérait il y a 15 millions d’années et qui est aujourd’hui éteinte. Et même une tique qui contenait encore le sang du singe qu’elle avait mordu, le seul échantillon de globules rouges d’un mammifère ancien auquel la science ait jamais eu accès. Et ce n’est pas tout : l’échantillon contenait un parasite très similaire à celui qui provoque actuellement chez les mammifères une maladie semblable à la malaria, avec ce que cela signifie pour l’étude et les progrès dans l’éradication d’une maladie qui tue tant de personnes chaque année.

Près de quatre décennies après la première découverte du Poinar, les recherches se poursuivent et cette résine continue de fournir des informations précieuses sur la perte de biodiversité et le processus de formation des Grandes Antilles, entre autres aspects. Mais, en plus de ses propriétés de conservation et de ses restes fossiles, l’ambre dominicain est un trésor de plus en plus apprécié pour son caractère unique et sa beauté. Beaucoup lui attribuent même des propriétés curatives et magiques, lui attirant la chance.

L’ambre, un cadeau de la nature

Il semble que les Indiens Tainos qui habitaient l’île aient été les premiers à apprécier la perfection de ce don de la nature. À tel point que lorsque Christophe Colomb est arrivé au XVe siècle, ils lui ont présenté les précieux objets artisanaux fabriqués à partir de ce matériau. Mais les Espagnols ont été aveuglés par la lueur d’une autre matière dorée, l’or, et l’ambre est ainsi tombé dans l’oubli. Il a été « redécouvert » pour la bijouterie au début du 19e siècle et constitue aujourd’hui sans aucun doute l’une des principales attractions et marques de fabrique de l’île.

L’ambre dominicain, qui est extrait des mines situées dans les collines de La Cumbre (une communauté située à 43 kilomètres de la ville de Puerto Plata), est l’ambre le plus cher du monde car il est le plus transparent et parce que des échantillons ont été trouvés dans des tons et des nuances incroyables. Aujourd’hui, elle est la matière première de bijoux exclusifs vendus dans le monde entier et constitue une source de fierté nationale. À tel point qu’elle possède une route de l’ambre et deux musées, l’un à Puerto Plata même et l’autre dans la capitale, Santo Domingo.

L’itinéraire consiste en une visite éducative qui vous permet de faire connaissance avec les mines susmentionnées et de vous plonger dans l’histoire et les propriétés de l’ambre. Cette visite peut être complétée par celle du musée de Puerto Plata, situé dans une maison de style victorien au centre de la ville. Ses différents étages exposent certaines des pierres d’ambre dominicaines les plus impressionnantes, y compris des échantillons avec des fossiles de plantes et d’animaux, comme un lézard de près de 43 centimètres, un scorpion, un mille-pattes, un nid de guêpes et deux scarabées en train de s’accoupler, qui sont datés entre quinze et vingt millions d’années.

Larimar, la turquoise dominicaine

Mais si l’ambre est aujourd’hui une matière première digne d’étude et d’admiration, très convoitée dans la bijouterie traditionnelle du pays des Caraïbes, le larimar n’est pas en reste. La République dominicaine a le privilège de posséder cette pierre, unique dans les Caraïbes. Il est catalogué comme un trésor inconnu et unique au monde, ce qui en fait l’un des joyaux les plus intéressants, inédits et mystérieux que l’on connaisse.

L’histoire de cette pierre semi-précieuse commence en 1974, année de sa découverte, et il semble qu’elle doive son nom à la fille de Miguel Domingo Fuertes Loren, le pionnier de son travail – Larimar est le composé de Larissa, et du mot mer, en raison des similitudes qu’il voyait entre la couleur de la pierre et celle de la mer des Caraïbes. On dit qu’il inspire la paix, l’amour et la sérénité, et en raison de sa couleur et de sa dureté, similaire à celle de la turquoise, il constitue une matière première parfaite pour les bijoux. En fait, au fil des ans, sa popularité s’est accrue au point de faire partie des collections des plus prestigieux créateurs de bijoux dominicains.

Aujourd’hui, son école-atelier et son musée sont un must pour quiconque visite La Ciénaga, à Barahona. On y explique son histoire, on y donne des cours de lapidaire et de bijouterie et les artisans exposent et vendent leurs produits. Les visiteurs de la région ont également la possibilité de visiter les mines de Bahoruco, Barahona, pour voir les processus d’extraction du Larimar et le départ des ouvriers, ou de visiter les ateliers le long de la route principale pour observer le processus de coupe et de polissage. Le Larimar a une journée internationale le 22 novembre et a été déclaré « pierre nationale » parce qu’on ne le trouve qu’en République dominicaine.

Les nouveaux modèles de bijoux

Les pierres semi-précieuses dominicaines de larimar et d’ambre possèdent des caractéristiques uniques et représentent l’histoire, l’essence et le savoir de cette île des Caraïbes et de son peuple. Des designers comme Monica Varela, Joarla Caridad et l’influenceuse Danielle Barkhausen sont quelques-uns des noms propres du pays qui travaillent actuellement avec l’ambre et le larimar et présentent des propositions de pièces très appréciées du public. Concrètement, la jeune Joarla Caridad, dont les parents gèrent la boutique du musée de l’ambre dans la ville coloniale de Saint-Domingue, est la créatrice de la collection The pool, entièrement réalisée en larimar ; Monica Valera, en mélangeant les procédés plus traditionnels de la bijouterie classique avec les nouvelles technologies, comme l’impression 3D, a également travaillé avec ces matériaux ; et l’influenceuse Danielle Barkhausen a donné un coup de fouet aux créations en larimar, en créant des pièces telles qu’un collier en forme d’éclair devenu très populaire.

Source: Mitur.gob.do

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 + douze =

Verified by MonsterInsights