Amérique centrale et République Dominicaine : racines ancestrales, coutumes, langues vivantes et folklore

La région de l’Amérique centrale et de la République dominicaine abrite plus de 60 peuples autochtones, représentant environ 20 % de la population totale. La pluriculturalité et la diversité ethnique offrent une richesse unique, tant du point de vue de leur héritage historique que de la préservation de leurs territoires et de leur identité culturelle. Le passé et le présent coexistent à travers les coutumes et traditions ancestrales, la gastronomie et les langues vivantes des peuples indigènes.

La diversité culturelle et ethnique des peuples indigènes qui habitent l’Amérique centrale et la République dominicaine confère à la région une richesse unique et incomparable. Les plus de 60 peuples indigènes représentent environ 20% du total de la région d’Amérique centrale. La plupart d’entre eux occupent les zones terrestres et marines de l’isthme, où plus de 60 % des écosystèmes naturels et de la biodiversité de la région sont protégés, contribuant par leurs pratiques à maintenir intacts de véritables paradis.
Aujourd’hui, il existe plusieurs exemples où vous pouvez découvrir ces peuples, leurs racines ancestrales, leurs coutumes, leurs langues vivantes, leur gastronomie et leur folklore dans toute l’Amérique centrale et la République dominicaine.

Guatemala : le cœur du monde maya

Avec plus de la moitié de sa population indigène, le Guatemala est une société multiethnique et multiculturelle. En effet, c’est le pays d’Amérique centrale qui compte le plus grand nombre de groupes ethniques : 24 au total. En outre, sa richesse linguistique se reflète dans les 22 langues mayas parlées par plus de quatre millions d’indigènes guatémaltèques, comme l’achií, l’akateco, l’awakateco, le chalchiteco, le jacalteco, le kaqchikel, le k’iche’, le sakapulteco et l’uspanteko, entre autres.

La culture maya est latente dans tout le pays. Par exemple, dans la région de l’Altiplano, les visiteurs peuvent découvrir les traditions, les langues, les vêtements colorés de chaque groupe ethnique, les marchés animés ou sa riche gastronomie, transmise de génération en génération, et même plonger dans leurs croyances profondes, basées sur le Popol Vuh, le livre sacré des Mayas.

Outre ce groupe ethnique précolombien, le pays abrite également les peuples Xinka et Garifuna, ce dernier principalement situé à Livingston, dans les Caraïbes guatémaltèques, qui descendent des premiers Africains arrivés sur ses côtes.

Belize : une symbiose de la culture maya et créole

Ce petit pays d’Amérique centrale surprend les visiteurs par sa symbiose de différentes cultures, grâce à son passé historique et aux différents groupes ethniques qui sont arrivés et ont habité ses territoires. Deux de ceux qui ont clairement marqué l’identité du pays sont les Mayas et les Créoles. Aujourd’hui, les trois groupes les plus importants et les plus représentatifs du Belize sont les Créoles, les Maya-Kekchi, les Maya-Mopan et les Garifuna.

Il existe plusieurs endroits dans le pays où la culture moderne coexiste harmonieusement avec les traditions et les rituels du passé. Un exemple est le quartier de Toledo, où la vie moderne des Mayas est bien vivante.

Sur la côte, les Garifuna montrent toute la beauté du métissage entre Africains et Amérindiens. Cette curieuse fusion s’exprime pleinement à travers leurs danses, leur musique et leurs rituels religieux, ainsi que dans les saveurs de leur gastronomie, au caractère nettement caribéen avec des ingrédients tels que la noix de coco, le manioc et le poisson.

La richesse de ces peuples se reflète également dans la variété de leurs langues. Au Belize, outre le créole bélizien et l’anglais, on parle notamment les langues mayas, l’arawak, le garifuna et le plautdietsch, la langue des mennonites qui ont commencé à s’installer sur l’île dans les années 1950.

Panama : passé et présent en parfaite harmonie

Le Panama est une terre pleine de contrastes, où la modernité de sa capitale coexiste parfaitement avec les communautés des sept peuples indigènes qui l’habitent : les Ngäbe, les Buglé, les Guna, les Emberá, les Wounaan, les Bri bri et les Naso Tjërdi.

Par exemple, les Gunas vivent principalement dans la région de Guna Yala – anciennement connue sous le nom de San Blas – et conservent leurs traditions, leur langue et leur identité culturelle. Ils sont également de fidèles gardiens et protecteurs de leur territoire, entouré d’innombrables plages vierges, les préservant comme d’authentiques paradis terrestres.

Un autre des principaux groupes ethniques indigènes du Panama sont les Emberá, originaires de la région du Darién, à l’extrême est du pays, et qui, ces dernières années, ont déplacé leurs communautés dans les bassins des rivières Chagres et Gatún, ouverts aux visiteurs pour leur montrer leur mode de vie et leurs coutumes, afin qu’ils puissent apprendre comment ils maintiennent leurs racines vivantes.

République dominicaine : le royaume de la culture Taino

Bien qu’aujourd’hui, la République dominicaine soit un berceau de races et de cultures, l’héritage Taino est encore très présent dans tout le pays. Les Taino-Arawak sont les premiers habitants de la République dominicaine qui se sont installés avant l’arrivée de Christophe Colomb et des Espagnols. Les Taïnos possédaient plusieurs royaumes, chacun dirigé par un chef ou un cacique, et coexistaient pacifiquement.

Aujourd’hui, l’esprit des Tainos est toujours bien vivant dans l’idiosyncrasie nationale. De l’héritage de cette culture précolombienne, que l’on peut découvrir dans différents musées du pays, comme le musée de l’Homme dominicain à Saint-Domingue ou le musée archéologique régional Altos de Chavón, à la gastronomie, comme le délicieux manioc, présent dans de nombreux plats typiques dominicains.

Nicaragua : vivre l’histoire à travers la diversité ethnique

Répartis dans tout le pays, sept peuples indigènes habitent les terres du Nicaragua : les Chortega, les Matagalpa, les Ocanxiu et les Nahuatl, historiquement situés entre la côte Pacifique et le centre-nord, et les Sumu Mayangna, Rama et Mískitu, qui vivent sur la côte Atlantique.

Ce dernier, situé dans le territoire transfrontalier entre le nord du Nicaragua et le sud du Honduras, est le plus grand peuple indigène de la côte caraïbe.

D’autre part, il y a les peuples créole et garifuna, appelés « communautés ethniques » et reconnus comme ayant des droits collectifs en tant que descendants des esclaves africains arrivés au Nicaragua et qui ont été accueillis et intégrés par certaines de ces communautés.

Costa Rica : préserver activement ses territoires

Le Costa Rica s’efforce de préserver les territoires indigènes et les cultures de ses peuples. Il existe actuellement 23 territoires autochtones habités par huit groupes différents : les Maleku, les Bribri, les Cabécar, les Borucas, les Térraba, les Chorotega, les Huetár et les Ngäbe.

Les Ngäbes sont, en effet, le peuple le plus nombreux du sud de l’Amérique centrale, et sont également présents au Panama.

Le Honduras : un pays multiethnique et multiculturel

Les groupes ethniques indigènes constituent une grande partie du patrimoine culturel hondurien, toujours vivant aujourd’hui, et qui habitent différentes régions du pays avec leurs propres coutumes, langues et culture. Parmi eux figurent les Lenca, les Maya-Chorti, les Tawahka, les Pech, les Mískitu et les Nahuatl, ainsi que des groupes d’origine africaine tels que les Créoles et les Garífunas.

Des groupes comme les Tawahka vivent de la pratique d’une agriculture de subsistance itinérante, tandis que d’autres sont plus sédentaires, comme les Lenca, le peuple le plus nombreux, situé à La Paz, Comayagua, Intibucá, Lempira et Santa Bárbara.

Salvador : l’héritage maya toujours présent

Aujourd’hui, les peuples originels qui vivent encore au Salvador sont les Lenca, les Cacaopera et les Nahuapipil, tous d’origine maya. Ces peuples célèbrent cette fête indigène par un rituel au cours duquel ils remercient le feu sacré pour les récoltes de l’année. Des offrandes florales, du cacao et du maïs sont également faites aux aînés de chaque tribu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

8 + 5 =