Juan Silier : « La gastronomie de la Cocola fait partie de l’idiosyncrasie des Petromacorisanos »

« La cuisine de Cocola est riche en saveurs, en diversité, mais surtout en valeur nutritionnelle. Sa lignée ne se caractérise pas seulement par l’utilisation d’aliments tels que la farine de blé ou de maïs, le poisson et la noix de coco, mais aussi par la manière dont ces plats succulents sont préparés », a déclaré Juan Silier, descendant et promoteur de la culture culinaire Cocola.

Les origines de cette culture gastronomique remontent à l’arrivée d’un groupe d’immigrants des îles britanniques, à la fin du XIXe siècle, qui, lors de leur passage dans l’île, ont marqué les cuisiniers de la zone orientale, conservant leurs coutumes ancestrales et servant de référence culinaire à San Pedro de Macorís.

« La gastronomie Cocola fait partie de l’idiosyncrasie des Petromacorisanos, c’est le résultat de milliers d’années d’histoire, transmises de génération en génération », a déclaré Silier, tout en soutenant que le nom « Cocolo » avait initialement un sens péjoratif, mais qu’il sert maintenant à désigner, indistinctement, certains immigrants qui ont contribué au développement de la culture gastronomique non seulement de la région orientale, mais de tout le pays.

Domplines Ahogados en Queso (Boulettes noyées dans le fromage)
De même, il a déclaré qu’elle partage des caractéristiques communes avec la cuisine nationale, à laquelle elle ajoute les caractéristiques des Cocolos, et que grâce à cela sont nés les plats qui sont aujourd’hui une icône mondiale de la gastronomie Cocola.

Selon Silier, qui est également propriétaire du seul restaurant qui promeut le sauvetage de la cuisine Cocola à San Pedro de Macorís, la cuisine Cocola possède une grande diversité de plats. Parmi elles, les Domplines, qui se distinguent comme l’une des plus typiques et représentatives ; elles sont faites de farine de blé et accompagnées de morue, de salami ou de fromage.

De même, il y a le « Johnny Cake » (Yaniqueque), la soupe Calalú, le Fungí et le Guavaberry, ce dernier est une liqueur d’origine Cocolo, dénommée « la boisson typique de San Pedro de Macorís », a argumenté le promoteur culinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

huit + 8 =