Rotten, le documentaire Netflix qui parle du sucre à La Romana

Le sucre est le sujet le plus discuté en ce moment en raison des déclarations faites par les responsables des douanes américaines et de la protection des frontières (CBP) concernant la détention de cargaisons de sucre brut et de produits à base de sucre produits par le pays. Rotten montre comment cela a été rapporté précédemment.

Nombreux sont ceux qui ne se soucient pas de ce qu’ils mangent, et encore moins de leur provenance, mais il existe un autre groupe de personnes qui souhaitent tout savoir sur ce qui entre dans leur corps.

Le documentaire de Netflix « Rotten » examine le voyage que fait la nourriture et expose les vérités désagréables sur le pouvoir mystérieux qui manipule ce que nous mangeons et buvons.

Dans « Pourri », nous verrons les premières personnes de la chaîne de production de certains aliments de base et d’autres problèmes tels que la surexploitation. Nous verrons également le mauvais traitement de l’industrie alimentaire et comment elle ne profite souvent qu’aux puissants.

Ce documentaire fait un tour du monde du commerce à grande échelle, comme aux États-Unis, en Espagne, en République dominicaine, au Mexique, au Chili et ailleurs. Nous trouverons des aliments tels que l’eau, l’avocat, le miel, le chocolat et le sucre.

Le journal Hoy rapporte que le reportage comporte deux saisons de six épisodes chacune. Dans la saison 2, l’épisode 4 parle du sucre. Il mentionne comment les travailleurs sont exploités, les écosystèmes envahis et les jeux politiques joués dans la production de sucre.

La République dominicaine est mentionnée dans la série en raison de l’exploitation des travailleurs et de l’absence de pensions pour les sans-papiers. Rappelons que des problèmes sont évoqués avec la Central Romana, du fait que les États-Unis ont interdit l’entrée du sucre, en raison du travail forcé présumé.

Central Romana est une entreprise agro-industrielle et touristique présente dans le pays depuis plus de 100 ans, avec des investissements dans l’industrie manufacturière, le tourisme et l’agro-industrie. Elle est la propriété de la famille Fanjul.

Selon la série, cultiver du sucre revient à imprimer de l’argent et les entrepreneurs veulent produire le plus possible. Ils ajoutent que ce qui est le plus agréable avec le sucre, c’est de le vendre.

Actuellement, 170 millions de tonnes de sucre sont consommées chaque année. Ils expliquent également les mauvais traitements subis par les travailleurs du sucre.

Ils ont également évoqué les accords bilatéraux qui ont amené des Haïtiens en République dominicaine. Aussi comment en 2013, il a été constaté que le travail forcé des enfants violait le droit du travail. Mais selon la série, le gouvernement américain a ignoré le rapport.

Ils ont également précisé que les propos des douanes américaines ne reflètent pas les pratiques qui les caractérisent.

Nous gardons la tête haute car nous savons que, depuis plus d’un siècle, nous faisons ce qu’il faut, nous affrontons les défis avec détermination et nous parvenons toujours à les résoudre », ont-ils ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × cinq =