Altos de Chavón, une réplique d’un village méditerranéen du XVIe siècle en RD

En parcourant ses rues pavées, on se retrouve dans un village médiéval italien, avec son amphithéâtre de style grec, son musée archéologique et son église en pierre, mais au cœur de la République dominicaine, sur les rives du fleuve Chavón, d’où il tire son nom.

« Altos de Chavón a été conçu comme un village culturel, c’est un lieu magique, où tout ce qui se passe est lié à la culture », explique Margarita González Auffant, directrice du musée archéologique régional d’Altos de Chavón et conservatrice d’art contemporain à la galerie.

Le site, qui a ouvert ses portes en 1981 après cinq ans de construction, abrite l’école de design d’Altos de Chavón, affiliée à la Parsons School of Design de New York. Il propose également des ateliers artistiques dans différentes disciplines (poterie, tissage et sérigraphie), tandis que des boutiques vendent de l’artisanat coloré.

Au fil des rues, Margarita rappelle que tout a commencé à l’initiative de l’Austro-Américain naturalisé Charles Bluhdorn, alors président du conglomérat Gulf & Western et propriétaire de La Romana, l’un des endroits les plus pittoresques de la République dominicaine.

« M. Bluhdorn était propriétaire de Paramount Pictures et a fait appel au décorateur de la société de production, l’Italien Roberto Coppa, pour recréer ce village méditerranéen du XVIe siècle », ajoute Margarita, qui souligne que ce village culturel a été créé en complément de Casa de Campo Resort & Villas, un luxueux complexe de près de 3 000 hectares où des millionnaires du monde entier viennent passer leurs vacances sur la côte dominicaine.

Los Altos de Chavón est ancré au bord d’une falaise, d’où l’on peut apprécier la majesté de la rivière Chavón, qui prend sa source à l’intérieur du pays et se jette dans la mer des Caraïbes. Selon le site www.losdominicanos.org, plusieurs films hollywoodiens ont été tournés sur les rives de cet affluent, dont Apocalypse Now.

Culture Taino

Inauguré en 1981, le musée archéologique régional Altos de Chavón documente l’héritage indigène de l’île de Saint-Domingue et expose une collection de plus de 3 000 objets précolombiens qui contribuent à raconter les débuts de l’histoire de la République dominicaine.

« Lorsque Christophe Colomb est arrivé sur notre île en décembre 1492, les habitants étaient pour la plupart des Taïnos. Nous avons fini par avoir quatre groupes ethniques différents, mais le plus avancé et le plus puissant était la culture Taino », explique la directrice du musée.

Elle ajoute que les Tainos sont d’origine arawak. « Ils sont venus en canoë sur le fleuve Orénoque, nous sommes donc très proches des aborigènes vénézuéliens, nous sommes frères. Lorsque les Espagnols sont arrivés, ils ont découvert une culture caractérisée par une division sociale, avec le cacique comme plus haut responsable et le behique comme sorcier. Ils connaissaient l’agriculture, la pêche et la chasse ; ils n’étaient pas de passage, notre île était habitée depuis 5 300 ans avant J.-C. ».

C’est pourquoi Margarita González Auffant souligne que le peuple dominicain est le résultat de trois groupes ethniques : « Nous ne sommes ni espagnols, ni africains, ni taïno, nous sommes la fusion de trois cultures ».

Amphithéâtre de style grec

Inauguré il y a 40 ans par Frank Sinatra, il peut accueillir 5 000 personnes. Cette performance emblématique a été enregistrée dans l’émission spéciale de HBO Concert for the Americas. Il a donné plus de 280 concerts avec des artistes de différents genres musicaux, dont Elton John, Andrea Bocelli, Marc Anthony, Ricky Martin, Jennifer Lopez, Maluma et Ferxxo.

Église St. Stanislaus

Le pape Jean-Paul II a assisté à sa consécration en 1979, avant que l’amphithéâtre et le village d’Altos de Chavón ne soient achevés. Il a laissé dans l’église les cendres de Saint Stanislas, patron de la Pologne, et une statue sculptée à la main provenant de Cracovie. Des messes catholiques hebdomadaires sont célébrées dans l’église, qui est également un lieu de prédilection pour les célébrations de mariages.

Faits : L’entrée à Altos de Chavón coûte 30 dollars, mais l’accès est gratuit pour les clients de l’hôtel. Si vous êtes un groupe scolaire ou universitaire, le coût est de 4 $ par personne et si vous êtes une école publique, de 2 $ par personne.

Source: eluniverso.com

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × 5 =

Verified by MonsterInsights