Indrhi progresse dans la réhabilitation des systèmes d’irrigation à Ozama

L’Institut national des ressources hydrauliques (Indrhi) a publié sur ses plateformes numériques l’état d’avancement des travaux d’adaptation du système d’irrigation Juan Caballero, actuellement long de 2 kilomètres et traversant les secteurs de Los Barrancones et La Saona, dans la municipalité de Baní, dans cette province, d’où il extrait les déchets solides accumulés qui empêchent la circulation de l’eau vers les zones agricoles de la circonscription municipale de Cañafistol.

Les habitants ont exprimé leur satisfaction quant à l’opération réalisée par l’Indrhi, indiquant qu’en cas de fortes pluies, les débordements d’eau qui causent des pertes matérielles ainsi que la prolifération de maladies, dues à la stagnation de l’eau et des déchets, ne seront plus générés.

Les techniciens de la direction régionale d’Ozama-Nizao ont souligné l’engagement de son directeur exécutif, Olmedo Caba Romano, en faveur de la réhabilitation des systèmes d’irrigation à l’échelle nationale, ce qui inclut la réhabilitation des ouvrages existants et la construction d’autres ouvrages nécessaires à la gestion durable des ressources hydriques.

Travaux à Rancho Arriba

L’Indrhi travaille également à l’achèvement de la réhabilitation et de l’adaptation des murs de soutènement de la rivière Nizao, d’une longueur de 1,2 kilomètre en sections discontinues, qui traverse la municipalité de Rancho Arriba, dans la province de San José de Ocoa.

Cette action, qui bénéficie directement aux familles des communautés de Los Quemados et Montenegro, en leur offrant une protection contre les inondations de l’affluent, a été initiée l’année dernière par le président Luis Abinader, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à l’un des points d’intervention.

Le directeur des projets et des travaux de l’Indrhi, Avelino De León, a expliqué que les travaux comprenaient l’adaptation du lit de la rivière à un plus grand volume d’eau, la construction de murs de gabions en caisson d’une hauteur maximale de 3 mètres, recouverts de PVC pour la résistance, le contrôle de l’érosion et des gabions de type matelas.

Il a indiqué que le ravin de Yayan, qui se jette dans la rivière Nizao, débordait en affectant le secteur de Cementerio, dans cette section, c’est pourquoi des murs ont été construits sur la rive gauche, le lit de la rivière a été adapté et un ponceau a été construit, ce qui permet le passage de véhicules dans sa partie supérieure.

Source: presidencia.gov.do

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre + neuf =

Verified by MonsterInsights