Le deuxième dialogue de haut niveau entre la République dominicaine et les États-Unis porte sur les réformes

« Mon engagement envers la République dominicaine est de léguer aux générations futures un pays beaucoup plus sûr, économiquement stable et avec une croissance consolidée », a déclaré le président Luis Abinader lors du deuxième dialogue de haut niveau sur les réformes institutionnelles entre la République dominicaine et les États-Unis.

M. Abinader a affirmé que depuis qu’il a accédé à la présidence, son engagement en faveur de la transparence, de la lutte contre le trafic de drogue et de toutes les formes de criminalité qui affectent la région sont des drapeaux qu’il porte fièrement et efficacement.

Lors de l’événement, le président a annoncé qu’il proposera la tenue d’un sommet de la démocratie pour réaliser les changements dont le pays a besoin.

Lors de cette réunion, à laquelle a participé Samantha Power, administratrice de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), des questions importantes telles que la stratégie nationale, la réforme de la police et la réforme des marchés publics ont été abordées.

De même, la confiscation civile des biens illicites, populairement connue sous le nom de loi d’extinction de la propriété, pour la configuration et l’approbation rapide de laquelle le chef de l’État a dit qu’ils travailleront sans relâche.

De même, les parties abordent la réforme des entités de surveillance de l’État, la traite des êtres humains et le trafic d’êtres humains.

Le Président a réaffirmé son engagement en faveur de la transparence, de la lutte contre le trafic de drogue et de toutes les activités criminelles.

Il a déclaré que cette réunion représente véritablement un acte d’importance vitale dans lequel les deux gouvernements réaffirment leur compréhension mutuelle, la validité des accords sur diverses questions, et ratifient la confiance mutuelle et l’engagement à maintenir d’excellentes relations bilatérales.

« Les États-Unis s’engagent à nous aider activement dans la réforme indispensable de la police nationale ; ils nous offrent leur collaboration dans la lutte contre la corruption, l’amélioration de la transparence et pour obtenir enfin un bon résultat en matière de sécurité des citoyens », a-t-il déclaré.

Il a apprécié la volonté du gouvernement des États-Unis de soutenir la lutte contre le crime organisé et les mafias, dont les actions, en raison de la mondialisation, touchent tous les pays du monde.

Il a remercié la directrice de l’USAID et son équipe pour les efforts déployés afin de rendre possible ce deuxième dialogue de haut niveau entre les pays.

Le Président a déclaré que la réunion vise à aborder diverses questions figurant à l’ordre du jour commun des deux pays, à renforcer les institutions, la coopération entre les États et le renforcement de la démocratie dans la région et dans le monde.

Il a expliqué que ce n’est pas un hasard si ces pays sont les promoteurs de ces initiatives en faveur du développement et de la stabilité économique, sociale et politique.

Excellentes relations

Le président Abinader a qualifié d’excellentes les relations entre la République dominicaine et les États-Unis d’Amérique.

« L’engagement que nous avons pris est de travailler au développement de nos peuples, à la croissance de nos économies et au renforcement de nos systèmes démocratiques », a-t-il déclaré.

Il a rappelé qu’il y a quelques mois, ils ont parlé de l’importance de la sécurité des citoyens pour le pays, comme un élément commun auquel ils accordent la plus grande attention et sur lequel ils comprennent la nécessité d’une collaboration au plus haut niveau.

Vivre en paix et en liberté

Le président Abinader a tenu sa parole que la République dominicaine sera un pays de coexistence et de respect des droits individuels, de croissance économique et de développement des familles et de leurs projets de vie.

À partir de là, a-t-il ajouté, les éléments clés du développement socio-économique sont fournis par les investissements étrangers, qui entraînent également la création d’emplois de qualité et la croissance de l’industrie touristique en plein essor.

Il a insisté sur le fait que le peuple dominicain mérite de vivre en paix et en liberté.

« Les obstacles sont nombreux. Le changement ne sera pas facile. Il ne l’a jamais été. Mais je sais aussi, comme je l’ai dit à plusieurs reprises, que c’est le moment de pousser ces réformes. Et que nous sommes prêts, que le pays est prêt. Et il n’y a pas de retour en arrière possible », a-t-il réaffirmé.

Étaient présents à l’événement les ministres des affaires étrangères, Roberto Álvarez, le ministre administratif de la présidence, José Ignacio Paliza, et le chargé d’affaires de l’ambassade des États-Unis, Robert Thomas.

Étaient également présents les présidents du Sénat, Eduardo Estrella, de la Chambre des députés, Alfredo Pacheco, de la Chambre des comptes, Janel Ramírez ; les ministres de l’Intérieur et de la Police, Jesús -Chu- Vásquez ; des Finances, Jochy Vicente ; le conseiller juridique du pouvoir exécutif, Antoliano Peralta ; le directeur de la Police nationale, Edward Sánchez ; la directrice de l’Éthique gouvernementale, Milagros Ortiz Bosch, entre autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × 1 =