Inauguration du II Salon de l’innovation & l’entrepreneuriat

Ulises Rodríguez met en garde contre le défi que représente l’ajout de valeur aux produits et aux services.

Le directeur général du Centre pour le développement industriel et la compétitivité, Ulises Rodriguez, a averti vendredi que la République dominicaine se trouve face à une étape cruciale dans laquelle elle doit faire fleurir l’innovation et la compétitivité, ou manquer l’opportunité de décoller vers le développement.

Lors de l’inauguration de la IIe Foire nationale de l’innovation et de l’entrepreneuriat, M. Rodriguez a expliqué qu’aujourd’hui, nous sommes des leaders avec des marques de référence mondiale dans le domaine du tabac, du rhum, de la bière, du café, des produits de beauté, du tourisme, des appareils médicaux, des sports tels que le baseball, le basket-ball, le volley-ball, et d’autres produits et services. Nous sommes également connus pour être un pays de gens bons, travailleurs, décents et joyeux.

« Mais désormais, nous devons également être reconnus comme des innovateurs et des entrepreneurs compétitifs qui s’efforcent d’apporter une valeur ajoutée et de développer leur secteur, et de donner un nouvel élan à la croissance économique et au bien-être social de nos concitoyens », a-t-il souligné.

M. Rodriguez s’exprimait lors de l’inauguration de la foire devant des centaines d’exposants, d’universitaires, d’étudiants, d’entrepreneurs, de représentants d’ONG et de fonctionnaires venus dans les jardins du Gran Teatro del Cibao.

Ont assisté à l’événement la gouverneure provinciale Rosa Santos, le sénateur Eduardo Estrella, le ministre de la Santé publique Dr. Daniel Rivera, le sénateur de Santiago Rodríguez Antonio Marte, les directeurs d’Onapi et de Coraasan, le Dr. Salvador Ramos et l’ingénieur Andrés Burgos, le directeur général d’Edenorte Andrés Cueto, Celso Juan Marranzini, président de l’AIRD, Iván Hernández, directeur d’Inespre, les députés Soraya Suárez, Luis René Fernández, Fausto Domínguez, Francisco Díaz et Mateo Espaillat. Egalement le directeur régional de la police nationale du Cibao central, le général Samuel Azcona Reyes, le médiateur, Pablo Ulloa, et le vice-ministre des Sports, Juan Vila, entre autres.

Rodriguez a résumé que 54 exposants participent à la deuxième foire, soit plus du double de l’année dernière, 82 projets technologiques, 13 académies, 10 conférenciers distingués et 8 entités gouvernementales.

Il a révélé qu’il y a des exposants à la Foire avec 16 brevets d’inventions, un fait particulièrement pertinent si l’on tient compte du fait que ces 16 représentent presque la moitié des 40 qui ont été enregistrés dans toute l’histoire du pays.

Les projets exposés aujourd’hui sont des propositions technologiques pour la production d’énergie propre et renouvelable, l’emballage automatique, la production de fourrage pour l’alimentation animale, le fermenteur de cacao, le bain thermoélectrique, l’utilisation des sargasses qui affectent nos côtes, entre autres solutions technologiques ayant le potentiel d’automatiser et de rationaliser les processus de production de divers secteurs manufacturiers, tels que l’agroalimentaire, l’industrie chimique, textile et énergétique.

« Comme vous le verrez lors de votre visite, nos innovateurs présentent des solutions pratiques aux problèmes courants de notre société », a-t-il déclaré.

Inauguration du II Salon de L'innovation & L'entrepreneuriatCes foires sont un hommage à nos innovateurs et entrepreneurs, qui ont la maturité, l’expertise et la bravoure nécessaires pour résoudre les problèmes. Ils sont à la base du processus de mise à jour, d’expansion et de diversification de notre appareil productif.

« L’accord d’objectifs et de volontés qui s’exprime ici aujourd’hui montre que le gouvernement du président Luis Abinader a renforcé le tissu national public-privé.

« Et depuis PROINDUSTRIA, nous promouvons cet accord pour créer, améliorer et faciliter le déploiement de facteurs de production spécialisés, ce qui, selon les experts en la matière, est l’une des clés du développement et du maintien d’avantages compétitifs », a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’il existe une alliance qui, pour lui, est fondamentale pour le succès de l’innovation et de l’esprit d’entreprise, « et je me réfère à l’alliance qui doit avoir lieu entre le monde universitaire et l’industrie, entre la théorie et la pratique productive, sans laquelle il n’y a pas de développement de la connaissance et de la technologie appliquées à la création de capital social ».

Les jeunes doivent être responsabilisés par l’innovation et l’esprit d’entreprise.

Le responsable a appelé les jeunes de tout le pays à s’investir dans l’entrepreneuriat et l’innovation, car l’avenir du nouveau pays que nous construisons repose sur leur capacité à oser et leur détermination à aller de l’avant.

L’innovation, c’est la nécessité de remplir un espace réel, de passer des paroles aux actes, de comprendre que si nous n’innovons pas maintenant, nous serons condamnés à perdre des marchés, des devises, des emplois et nous devrons augmenter les importations.

L’appel que nous avons toujours lancé n’est pas d’innover pour le plaisir d’innover. Comme le démontrent ces projets que nous, chez PROINDUSTRIA, avons saisis, soutenus et que nous présentons aujourd’hui, l’innovation n’apporte une valeur ajoutée que lorsqu’elle répond aux besoins et aux aspirations des individus, des organisations et des peuples.

Il a souligné parmi les innovations présentées l’invention d’un système de parking robotisé à rotation verticale pour rendre l’utilisation des espaces publics plus efficace ; un dispositif qui régule la consommation d’énergie et peut la réduire jusqu’à 50% ; et des machines qui permettent de mieux traiter la matière première qu’est le cacao et de fabriquer des produits plus sophistiqués.

« Et comme ces trois cas, vous en verrez 67 autres à la foire que nous inaugurons. Tous sont des exemples vivants de la manière dont il est possible de transformer les faiblesses en forces, et les problèmes en avantages concurrentiels », a-t-il déclaré.

Il a résumé que pour Proindustria, l’innovation est la clé pour transformer les crises en opportunités, en construisant des escaliers pour avancer vers le développement intégral de nos personnes.

L’exemple d’Abinader

À cet égard, il a cité l’exemple du président Abinader, qui a profité de la crise du Covid pour assurer une couverture vaccinale efficace et renforcer le système de santé publique.

De même, la façon dont il a dirigé le pays en réactivant l’économie, le tourisme et en récupérant des emplois, même au-dessus des niveaux pré-pandémiques face à la crise de récession mondiale.

« Ayez toute confiance que ce fils de Santiago, ce fonctionnaire, continuera à faire son travail avec dévouement et honnêteté, d’une manière qui vous rendra tous fiers », a-t-il conclu dans un message spécial à la population de Santiago.

En savoir plus: DÉVELOPPEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − 7 =