Le tourisme, les envois de fonds, le secteur privé et les investissements ont contribué à la reprise

Le tourisme, les transferts de fonds, la reprise de l’emploi, l’impulsion du secteur privé et les investissements étrangers ont contribué à la reprise économique post-pandémique de la République dominicaine.

Ces éléments sont essentiels à la réactivation de l’appareil productif national à la fin de 2021, selon le rapport de suivi de la situation de décembre 2021, élaboré par le vice-ministère de l’analyse économique et sociale (VAES).

Concernant le secteur du tourisme, à la fin du mois de novembre 2021, l’arrivée de passagers étrangers par voie aérienne s’élevait à 424 400 visiteurs, soit 41 mille de plus qu’en novembre 2019, avant la pandémie.

Au total, les visites étrangères ont enregistré 3,1 millions dans la période janvier – novembre récupérant ainsi 64% des revenus enregistrés dans la même période de 2019 de 4,9 millions.

En incluant les Dominicains non-résidents – dont les revenus dépassent les niveaux pré-pandémiques -, l’arrivée de passagers s’est élevée à 519 000 au cours du mois, pour un total de 4,3 millions.

Pendant ce temps, l’occupation hôtelière nationale a présenté une augmentation mensuelle de 9,5 points de pourcentage (p.p.) et s’est établie à 61,1% en octobre, dépassant de 6,0 p.p., le niveau de 2019 de 55,1%.

Les entrées de devises par le biais des envois de fonds des familles ont atteint le niveau record de 10 402,5 milliards de dollars à la fin de l’année, soit une hausse de 46,8 % par rapport à 2019 et de 26,6 % par rapport à 2020.

Cette hausse s’explique par la reprise en moins de temps des principaux pays d’envoi, en particulier les États-Unis, avec plus de 80 % des flux reçus au cours de la dernière année 2021.

Secteur privé
En ce qui concerne les contributions du secteur privé, la reprise des industries et du secteur des services a été fondamentale dans l’évolution favorable de l’économie.

Au cours de la période janvier-novembre 2021, l’industrie de l’hôtellerie et de la restauration (hôtels, bars et restaurants) a connu une croissance de 38,3 %, enregistrant la plus forte expansion en raison d’un secteur touristique en nette reprise. Elle est suivie par la construction (25,1%), ainsi que par la fabrication en zone franche (21,2%), le transport et l’entreposage (13,0%), le commerce (11,8%) et la fabrication locale (11,0%).

Les ventes déclarées à la DGII ont atteint 540,6 milliards en novembre, soit une augmentation mensuelle de 7,7 %. Les secteurs des services, de l’industrie et de l’agriculture et de l’élevage ont affiché une variation positive de 8,7%, 5,1% et 3,9%, respectivement. Dans le secteur des mines et carrières (27,4 % par mois) ; l’intermédiation financière, les assurances et autres (15,7 %).

Investissement direct étranger
Les investissements directs étrangers ont accumulé un solde total de 2 484,9 millions de dollars US jusqu’en septembre 2021, 799,8 millions de dollars US étant entrés au troisième trimestre. Par rapport à la période janvier-septembre 2020, elle a obtenu une augmentation de 35,3 % ; alors que, par rapport à la même période de 2019, une baisse de 1,3 % a été observée. Officiellement, un solde de 3 milliards de dollars était prévu à la fin de 2021.

Emploi
Une autre ligne de la reprise économique nationale est l’emploi. L’emploi formel a dépassé les niveaux pré-pandémiques, totalisant 2,3 millions d’emplois en novembre 2021.

Les postes occupés ont augmenté de 0,96% en glissement mensuel. Cette variation s’explique par une augmentation plus importante des salariés du secteur privé, notamment ceux qui gagnent entre 15 000 et 30 000 pesos par mois (6,4%) et plus de 50 000 pesos (0,01%).

L’augmentation des emplois dans le secteur public a également contribué à cette hausse : ceux qui gagnent moins de 10 mille (10,3%), entre 10 mille et 15 mille (0,6%), entre 30 mille et 50 mille (0,2%) et plus de 50 mille (0,2%).

Le taux de chômage ouvert (SU1) a diminué de 0,8 p.p. au troisième trimestre de l’année par rapport au deuxième semestre de 2021 et s’établit à 6,8%.

Depuis le troisième trimestre de 2020, une tendance positive a été observée dans l’évolution des indicateurs d’emploi, se rapprochant des niveaux pré-pandémiques. L’emploi total a atteint 4 598 409 au troisième trimestre de 2021, avec une augmentation de 302 960 emplois par rapport au même trimestre de l’année précédente, soit une croissance de 7,1 %.

L’augmentation du nombre de salariés s’explique par une augmentation de la catégorie des travailleurs familiaux non rémunérés (32,1 % en glissement annuel), des employés de maison (25,8 %), suivis des employeurs ou partenaires (15,7 % en glissement annuel), des employés privés (7,2 %), des employés de l’État (5,5 %) et, enfin, des indépendants (3,7 %).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quatre × 4 =