Les commémorations mémorables que cette année 2024 vous rappelle

La République dominicaine garde en mémoire des événements artistiques inoubliables, qui célébreront en 2024 des anniversaires significatifs, comme le 50e anniversaire du festival emblématique « Siete días con el pueblo » ou les six décennies de la création du « El Combo Show », du regretté merenguero Johnny Ventura.

De même, l’année 2024 marque les dix ans de la mort regrettable d’importantes figures artistiques telles que le styliste Oscar de la Renta, le communicateur Yaqui Núñez del Risco et la grande artiste Sonia Silvestre.

SEPT JOURS AVEC LE PEUPLE

En ce mois de novembre, mois au cours duquel se sont déroulés les « Sept jours avec le peuple », le 50e anniversaire sera célébré par un concert auquel devraient participer Los Guaraguaos, le groupe Expresión Joven, Claudio Cohén et Ramón Leonardo, entre autres artistes de renom.

En 1974, du 25 novembre au 1er décembre, l’événement artistique le plus important du XXe siècle a eu lieu dans le pays. Il s’agissait d’un festival politico-musical organisé par la Central General de Trabajadores (CGT), dirigée par le syndicaliste Francisco Antonio Santos et Nélsida Marmolejos. Il s’agissait d’une rencontre avec des artistes internationaux et nationaux de la Nueva Canción dans le but de protester contre le régime du gouvernement du président Joaquín Balaguer et d’exiger la libération des prisonniers politiques.

Cinq concerts massifs ont été organisés à Saint-Domingue au stade olympique et au Palacio de los Deportes. Dans la capitale, des scènes telles que le parc Eugenio María de Hostos et la Casa de Teatro présentaient également certains de ces artistes. L’événement est arrivé à Santiago au stade du Cibao et à San Pedro de Macorís, au stade Tetelo Vargas.

L’affiche artistique comprenait les plus grandes figures de la chanson engagée de l’époque, comme les Argentins Mercedes Sosa et Bernardo Palombo, les Portoricains Danny Rivera, Antonio Cabán Vale (El Topo), Lucecita Benítez et Estrella Artau, les Cubains Silvio Rodríguez et Noel Nicola, les Espagnols Víctor Manuel, Ana Belén et Francesc Pi de la Serra, le groupe vénézuélien Los Guaraguao, la Mexicaine Guadalupe Trigo et l’Uruguayen Roberto Darwin.

Le pays a accueilli Sonia Silvestre, Ramón Leonardo, Víctor Víctor, Johnny Ventura’s Combo Show, Wilfrido Vargas, Los Virtuosos de Cuco Valoy, Expresión Joven, le groupe Nueva Forma, Convite, Presencia Generación et Alta Voz. Ventura a profité de la scène pour créer le merengue « Mamá Tingó », la courageuse syndicaliste de Yamasá qui avait été assassinée quelques semaines plus tôt. Yaqui Núñez a écrit la chanson.

JOHNNY VENTURA

En cette année 2024, Johnny Ventura fêterait plusieurs événements importants de sa carrière artistique. S’il n’avait pas quitté ce monde, « El Caballo Mayor » fêterait en grande pompe le 60e anniversaire des débuts de « El Combo Show de Johnny Ventura ».

Son compte Facebook indique que le 4 février 1964, le groupe a fait ses débuts sur La Voz Dominicana. Johnny a montré un nouveau style de jeu et de présentation du merengue. Il a osé avec un groupe de musiciens beaucoup plus petit que les grands orchestres connus et avec un front de danse, avec des chorégraphies jamais vues auparavant dans les orchestres de merengue.

Ventura a commencé sa carrière artistique en 1962 et a fait partie du Combo Caribe de Luis Pérez, avec lequel il a enregistré « La Agarradera » de Luis Pérez et « Cuidado con el cuabero », un morceau de sa propre composition. C’est la même année et avec le Combo Caribe qu’il enregistre son premier disque de 12 chansons.

En 1964, à la demande de l’impresario cubain Angel Guinea, Johnny crée son propre orchestre, El Combo Show. À cet orchestre appartiennent de grands talents dominicains comme Luisito Marti, Fausto Rey et Anthony Rio.

En 1984, il a eu l’honneur de marquer un tournant dans l’histoire et est devenu le premier artiste dominicain à remporter une torche d’argent au festival de Viña del Mar, au Chili, où il a conquis le public lors d’une première soirée historique.

La agarradera » et « Seño, seño, señorita » et « El tabaco es fuerte », « El pingüino », « La mujer de Antonio » et « Bobiné » (le répertoire était vaste, pendant deux nuits) faisaient partie des chansons enregistrées lors de la nuit historique du « Caballo Mayor » dans le prestigieux festival chilien.

Cette année 2024, le merenguero se souviendra également qu’il y a dix ans, il a reçu un hommage émouvant lors de la remise des prix Soberano, avec un numéro musical majestueux, produit par René Brea. En 2004, il avait reçu le Latin Grammy Award du meilleur album de merengue/bachata pour son album « Sin Desperdicio ».

DIX ANS APRÈS SON DÉPART

Trois grandes figures de l’art dominicain commémorent en cette année 2024 une décennie de son malheureux départ. On se souvient qu’Oscar de la Renta, designer dominicain et naturalisé américain, est décédé le 20 octobre 2014, à l’âge de 82 ans, à son domicile de Kent, dans le Connecticut, des suites d’un cancer détecté en 2006.

Sonia était l’une des grandes voix du pays qui a scellé avec qualité le livre de chansons de la musique dominicaine, avec des titres comme « Por qué llora la tarde », « Ojalá », « Yo quiero andar », « Dónde podré gritarte que te quiero » et « Si pienso en nuestras canciones », entre autres, dont on se souvient.

Un décès qui a attristé tout le pays et endeuillé les médias dominicains est celui de Yaqui Núñez, le 8 septembre 2014, à la suite de divers problèmes de santé. Yaqui était considéré comme un maître du micro et de la diction, qui a établi la norme pendant des décennies en tant qu’animateur de l’émission de télévision El Show del Mediodía.

Il est décédé d’un accident vasculaire cérébral hémorragique en décembre 2008. Outre ses contributions en tant que producteur de télévision, il a été un créateur publicitaire, auteur de paroles de chansons telles que « Paloma », « Compañera », interprétée par Fernando Villalona, et d’autres. Il a été candidat au Sénat pour le Partido Reformista Social Cristiano en 1994.

PRÉSIDENT DU FESTIVAL

Il y a dix ans, le 15 janvier 2014, la Brasserie nationale dominicaine a annoncé la huitième édition du Festival du Président, après une interruption de quatre ans de l’événement artistique le plus apprécié de ces dernières années. À partir de cette édition, le festival a cessé de se limiter à la musique latine pour faire place à la musique en général, sans se limiter à la langue.

Parmi les artistes qui se sont produits cette année-là, citons Bruno Mar, le groupe de rock mexicain Maná, Calle 1, Prince Royce, Daddy Yankee, Wisin y Yandel ; du pays Alex Matos, Anthony Sanos, Don Miguelo et Mozart La Para, entre autres.

Source :Listindiario.com

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × un =

Verified by MonsterInsights