DR parmi les économies à la croissance la plus rapide de la région

La République dominicaine parmi les économies à la croissance la plus rapide de la région

En République dominicaine, l’inflation en glissement annuel s’est établie à 9,47% en mai 2022, soit 2,3 fois plus que les 4% +/- 1 de la fourchette cible des autorités monétaires. Cela a des répercussions sur les marchés financiers, en raison des augmentations des taux d’intérêt qui ont un impact sur les stratégies de revenu fixe et d’actions.

Pour le directeur exécutif de l’Association des agents de change du pays (APB), Mario Franco, ce phénomène, aggravé par les tensions géopolitiques, est un défi non seulement pour les agents de change, mais pour tous les secteurs économiques locaux et internationaux.

« L’inflation est un élément qui nécessite une hausse du taux d’intérêt, affectant également la valeur des actifs financiers de manière négative », a souligné M. Franco, avertissant qu’il s’agit d’un moment où il faut être « très prudent » dans la prise et la gestion des risques.

Toutefois, il assure que dans ces scénarios, « l’expérience des agents de change entre en jeu », en raison des conseils qu’ils offrent aux investisseurs sur l’instrument le plus approprié pour leur objectif d’investissement.

Lors d’un entretien avec elDinero, M. Franco a souligné que le marché boursier dominicain, bien qu’il en soit à ses « débuts », c’est-à-dire qu’il soit jeune, a de nombreuses opportunités devant lui.

« Nous avons connu une croissance régulière ces dernières années et ce processus nous a permis d’accumuler une expérience importante qui nous aidera à avancer avec plus d’agilité dans les années à venir », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que, même si les perspectives économiques mondiales ne sont pas encore les plus favorables, il y aura toujours des opportunités et « c’est le moment d’en profiter ».
Alors, les citoyens ordinaires peuvent-ils investir sur le marché boursier dominicain ?

Le directeur exécutif de l’APB affirme que le secteur boursier local s’adresse à tout citoyen qui dispose de deux éléments : l’argent et les intérêts.

« Les gens pensent qu’il faut être riche pour investir, mais vous pouvez ouvrir votre compte avec un maximum de 10 000 pesos », a déclaré M. Franco, recommandant aux gens de se rapprocher de la bourse pour les aider à gérer le processus et leur expliquer comment cela fonctionne.

Il a déclaré que dans les pays développés, tout le monde peut participer directement au marché boursier, que ce soit sur son propre compte ou sur celui de son fonds de pension.

« Ici aussi, les fonds de pension se sont diversifiés, plaçant l’argent de leurs cotisants dans des fonds de développement immobilier, touristique et commercial, dans des trusts et autres instruments qui non seulement développent le pays, mais offrent aussi le meilleur rendement possible à l’investisseur », a déclaré M. Franco.

Selon les données de la Surintendance du marché des valeurs mobilières (SIMV) du pays, il existe des instruments d’investissement dans lesquels on peut commencer avec un maximum de 1 000 RD$, bien qu’il existe certaines sociétés de courtage qui, selon l’instrument choisi, conditionnent l’entrée dans le secteur à des montants minimums allant de 150 000 RD$ à 300 000 RD$ et même plus, selon la condition.

Questions
Au sujet des actions qui seront bientôt émises par la société César Iglesias, le dirigeant d’APB a déclaré qu’il s’agit de l’une des mesures les plus importantes prises par le secteur dominicain, car elle offre des conditions extraordinaires pour que les entreprises puissent se financer, ainsi que pour permettre à tous les Dominicains de devenir propriétaires d’une partie de cette entreprise en tant qu’investisseurs et d’être ainsi bénéficiaires de ses bénéfices. « C’est un cercle vertueux où tout le monde est gagnant.

Franco indique que ce premier programme d’émission d’actions aiguisera l’appétit d’autres acteurs au fur et à mesure des résultats. « D’autres (entreprises) vont continuer à arriver et derrière tout cela, il y a l’argent des investisseurs qui cherchent le meilleur rendement possible. Plus d’entreprises, plus d’emplois, plus de transparence et plus de développement. Voilà l’impact.

Il assure que l’émission d’actions et d’obligations permet aux acteurs de faire partie d’une entreprise, sans avoir à s’en occuper. « On devient entrepreneur sans tous les maux de tête qui vont avec.

Entre autres avantages, elle aide les gens à diversifier leurs investissements. « Vous pouvez investir une partie dans des obligations d’une compagnie d’électricité, une autre dans des actions et une autre dans un fonds de développement du tourisme en échange de l’obtention d’un rendement très intéressant. C’est faire travailler l’argent pour vous, pendant que vous vaquez à vos occupations quotidiennes », a-t-il souligné.

Éducation
Pour le dirigeant d’APB, la première étape a été l’émission d’actions, la suivante doit être l’éducation. « L’astuce consiste à apprendre à traverser le changement, sans perdre l’élan. Nous avons déjà surmonté certaines impasses majeures qui ne permettaient pas l’émission d’actions, mais nous avons maintenant un obstacle majeur, le manque de connaissances. »

« Nous devons éveiller l’intérêt des gens pour notre marché et nous ne pouvons le faire qu’en les aidant à mieux le comprendre », a déclaré Mario Franco.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

5 × 3 =