La logistique est le prochain grand saut pour l’économie dominicaine

Le directeur général des douanes, Eduardo Sanz Lovatón, a déclaré mercredi que le secteur de la logistique constituait le prochain grand bond en avant de l’économie dominicaine et qu’il pourrait peut-être conduire le pays à devenir non seulement une économie en développement, mais aussi une économie du premier monde.

« Nous avons identifié en vous, dans ce secteur (la logistique), le prochain grand bond en avant de l’économie dominicaine », a déclaré le fonctionnaire.

Sanz Lovatón a indiqué que ce secteur pourrait amener la République dominicaine à devenir « un exemple » en Amérique latine, « une oasis » dans la région.

Le chef des douanes a fait ses déclarations lors de la VIe Conférence de l’opérateur économique agréé (OEA), où il a ajouté que la République dominicaine est déjà un centre logistique régional.

« Ce que nous devons dire de plus, c’est que nous avons une loi qui rivalise avec n’importe quelle législation dans le monde, nous avons huit aéroports internationaux, nous avons des quais et des ports équipés, nous recevons l’investissement étranger le plus rapide de ces 25 dernières années dans notre pays. Ce que nous devons faire, c’est continuer à le dire, continuer à le promouvoir et, bien sûr, ces certifications OEA nous permettent de dire au monde que la République dominicaine est prête à recevoir ces investissements », a soutenu Sanz Lovatón.

Davantage de promotion

Alexander Schad, premier vice-président de la Shipping Association du pays, a déclaré que la République dominicaine disposait d’une compétence que d’autres pays de la région n’avaient pas, complétée par la logistique. « Sans logistique, il n’y a pas de fret et sans fret, il n’y a pas de logistique », a déclaré le président de Frederic Schad.

Il a ajouté que certains mouvements se produisent maintenant avec des marchandises qui étaient produites en Chine et que les Américains veulent maintenant qu’elles soient produites dans cette région.

« Cela nous profite, car de nombreuses chaînes de production viennent s’installer dans les zones de libre-échange de notre pays », a déclaré M. Schad.

Il a estimé que pour que le secteur fasse le bond économique que le directeur des douanes a souligné, il faut mieux communiquer sur le potentiel que possède la République dominicaine.

« Nous disons que nous ne voulons pas être le secret le mieux gardé, nous voulons que tout le monde le sache », a-t-il déclaré.

Il a ensuite ajouté : « Il existe un plan de communication promu par le Comité national pour la facilitation des échanges, qui dispose de sommes importantes pour faire passer ce message (…) ; nous avons vraiment besoin de beaucoup de promotion ».

Conférence

M. Sanz Lovatón, dans son discours d’ouverture de la conférence, a assuré que les certifications continuaient d’augmenter, atteignant actuellement 97 %.

« Je vous invite à profiter des opportunités que vous offre cette certification et à développer tout votre potentiel. La République dominicaine prend les bonnes mesures pour rationaliser et sécuriser le commerce extérieur et, ainsi, poursuivre son chemin pour devenir un centre logistique de classe mondiale », a-t-il déclaré.

M. Lovatón a expliqué que, pour la première fois, la demande de certification et de recertification des OEA a été automatisée, conformément au programme gouvernemental « Zéro bureaucratie ».

Il a ajouté que les douanes de la République dominicaine ont aligné les exigences de certification des OEA sur le programme CTPAT des douanes américaines, en compilant ses meilleures pratiques et, en même temps, en incluant des éléments des normes ISO, dont la lutte contre la corruption, la qualité et la sécurité de la chaîne d’approvisionnement.

Lors de l’événement, la directrice générale adjointe des douanes, Lucía Zorrilla, a souligné que le programme OEA a acquis le statut de loi en août 2021, avec la promulgation de la nouvelle loi générale des douanes 168-21, qui donne plus de force juridique à l’accréditation.

« Le programme OEA compte un total de 596 entreprises, dont 384 OEA internationaux et 212 OEA simplifiés, et plus de 150 entreprises ont été recertifiées », a déclaré Mme Zorrilla.

Dans le cadre de cette activité, des certificats ont été décernés à différentes entreprises, nouvelles, revalidées et simplifiées, qui répondent aux exigences minimales de sécurité et sont soumises à un processus rigoureux de purification et de validation pour recevoir leurs certifications, de sorte qu’elles représentent la confiance et la sécurité pour les douanes.

Source: Diariolibre.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + cinq =