La RD a reçu 5 669,7 M US$ en transferts de fonds

La RD a reçu 5 669,7 millions de dollars US en transferts de fonds au cours des sept premiers mois de 2022.

Ce chiffre dépasse de 1 572,0 millions de dollars, le chiffre atteint à la même période de 2019, indique le dernier rapport publié par la Banque centrale.

Au cours des sept premiers mois de 2022, la République dominicaine a reçu des transferts de fonds s’élevant à 5 669,7 millions de dollars, un chiffre qui dépasse de 1 572,0 millions de dollars, celui réalisé au cours de la même période de 2019, indique le dernier rapport publié par la Banque centrale.

Le rapport indique que si l’on compare les flux reçus en juillet 2022 à ceux de la même période de 2021, on observe une réduction de quelque 490 millions de dollars.

La Banque note qu’au cours du mois de juillet 2022, les transferts de fonds ont totalisé 808,6 millions de dollars, ce qui réaffirme l’établissement d’un nouveau niveau de flux mensuels de transferts de fonds.

En ce sens, si l’on compare ce montant de juillet 2022 avec la valeur moyenne du même mois pour la période précédant la pandémie 2015-2019, qui était de 533,1 millions de dollars US, on observe une augmentation significative.

Le document explique que la situation du marché du travail aux États-Unis est l’un des principaux facteurs qui continuent d’influencer le comportement des transferts de fonds, puisque 84,2 % des flux en juillet provenaient de ce pays.

Il précise également que l’économie américaine a créé 528 000 emplois, réduisant ainsi le taux de chômage de 3,6 % en juin à 3,5 % en juillet 2022. En particulier, le chômage des Hispaniques aux États-Unis est passé de 4,3 % en juin à 3,9 % en juillet.

Banque Centrale de la République DominicaineLe BCRD souligne également la réception de transferts de fonds en provenance d’autres pays, comme l’Espagne, de l’ordre de 6,3 %, deuxième pays en termes de total de résidents de la diaspora dominicaine à l’étranger, ainsi que Haïti et l’Italie avec 1,3 % et 0,8 % des flux reçus, respectivement. Le reste des transferts de fonds reçus est réparti entre des pays comme la Suisse, le Canada et le Panama, entre autres.

En ce qui concerne la répartition des envois de fonds reçus par les provinces, le BCRD indique que le District national a obtenu la plus grande proportion, 33,9 %, suivi des provinces de Santiago et de Saint-Domingue, avec 14,3 % et 8,9 %, respectivement. Cela indique que plus de la moitié (57,1 %) des envois de fonds sont reçus dans les zones métropolitaines du pays.

L’agence réaffirme que l’évolution du secteur extérieur pour cette année sera caractérisée par le dynamisme des transferts de fonds, des exportations, des investissements directs étrangers et la reprise du tourisme, soulignant que, ces derniers mois, cette activité n’a cessé d’enregistrer des chiffres records en matière d’arrivées de touristes.

Ces développements contribueront à un plus grand flux de devises dans le pays et aideront à maintenir la stabilité relative du taux de change actuellement observée, de sorte que le taux de change a montré une appréciation de 5,3 % à la fin de juillet par rapport à décembre 2021.

Tous ces éléments, ainsi que les solides fondamentaux macroéconomiques du pays, indiquent que la République dominicaine dispose de conditions particulièrement favorables pour faire face aux chocs extérieurs provenant d’un environnement international complexe et incertain.

L’institution indique que ce flux accru de devises a également permis l’accumulation de réserves internationales, qui, à la fin du mois de juillet 2022, s’élevaient à plus de 14,1 milliards de dollars, soit environ 13,0 % du PIB et l’équivalent d’environ 6,0 mois d’importations.

Ces paramètres dépassent les niveaux recommandés par le FMI, ce qui contribue au maintien d’une position extérieure favorable pour la République dominicaine, qui prévoit un flux de transferts de fonds d’environ 10 milliards de dollars pour la fin 2002.

La Banque Centrale réitère qu’elle reste vigilante pour continuer à prendre les mesures nécessaires pour contrecarrer l’impact sur l’économie dominicaine de l’environnement international difficile qui prévaut, afin de garantir la stabilité des prix et du marché des changes.

En savoir plus: ÉCONOMIE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

un × deux =