La République dominicaine à la tête du Conseil de l’Organisation internationale du cacao

La République dominicaine a été choisie pour diriger le Conseil international de l’Organisation internationale du cacao (ICCO) pour l’année cacaoyère 2022-2023, lors de la dernière réunion de cet organisme qui s’est tenue à Montpellier, en France.

Le directeur du Conseil est Abel Fernandez, directeur commercial du groupe Conacado, qui a été proposé par Jose Antonio Martinez Rojas, représentant permanent de la République dominicaine auprès de l’ICCO.

L’élection de Fernandez a été approuvée par le groupe des pays exportateurs de cacao, membres de l’ICCO, et acceptée par les pays importateurs.

La 37e réunion extraordinaire du Conseil international de l’ICCO, qui s’est tenue en décembre dernier, s’est déroulée en présence de Victor Hidalgo Zapata, directeur exécutif de la Commission nationale du cacao, et de Juan Hinojosa Gomez, directeur du département du cacao du ministère de l’agriculture.

C’est la deuxième fois que la République dominicaine dirige le Conseil international de l’ICCO. La première fois, c’était pour l’année cacaoyère allant d’octobre 2001 à septembre 2002, et c’était Martínez Rojas.

Cet organisme rassemble les pays producteurs et consommateurs de cacao qui représentent 90 % du commerce mondial de cacao, en particulier de cacao fin et aromatique et de cacao biologique certifié, dont la République dominicaine est le premier exportateur mondial, de sorte que cette deuxième élection au Conseil international de l’ICCO est une reconnaissance pour notre pays.

Lorsque Martinez Rojas était à la tête de ce Conseil, le transfert du siège de l’ICCO de Londres, au Royaume-Uni, à la ville d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, a été approuvé.

L’Organisation internationale du cacao a été créée en 1973 pour administrer, en tant qu’organisation intergouvernementale, l’accord international sur le cacao de 1972 et les accords ultérieurs de 1975, 1980, 1993, 2001 et 2010, négociés par les gouvernements des pays producteurs, exportateurs, consommateurs et importateurs, sous les auspices de la Conférence des Nations unies sur l’accord à Genève, en Suisse.

Le mandat de l’ICCO est de parvenir à une économie cacaoyère mondiale durable, englobant les dimensions sociales, économiques et environnementales de la production, de la transformation et de la consommation de cacao.

Le mandat de l’ICCO est également d’améliorer le niveau de vie des communautés de cultivateurs de cacao, tout en cherchant à répondre aux exigences des consommateurs en matière de qualité et de sécurité alimentaire et à traiter les questions environnementales et sociales.

Les pays membres producteurs de cacao de l’ICCO sont le Brésil, le Cameroun, la Colombie, le Costa Rica, l’Équateur, la Côte d’Ivoire, le Gabon, l’Indonésie, le Ghana, la Guinée, la République dominicaine, le Liberia, Madagascar, la Malaisie, le Nicaragua, le Nigeria, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Congo, la Sierra Leone, le Venezuela, Trinité-et-Tobago et le Togo.

En outre, les pays importateurs, à savoir l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Chypre, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, la Russie et la Suisse, sont membres de cette organisation.

Source: listindiario.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + vingt =

Verified by MonsterInsights