Le gouvernement augmente de 30 % le salaire des infirmières

Le gouvernement a augmenté les salaires des infirmières jusqu’à 30 % et envisage de fournir des logements par le biais de différents projets, tels que Vivienda Feliz et Mi Casa.

L’information a été donnée par la directrice nationale des soins infirmiers, Yolanda Saturria, du ministère de la Santé publique.

L’augmentation a un impact sur les infirmières et infirmiers en soins directs et les infirmières et infirmiers auxiliaires.

À partir de maintenant, une infirmière en soins directs a un salaire brut de RD$41 500, avec les incitations elle peut atteindre RD$51 000. De même, un superviseur peut atteindre un salaire de RD$47 500 et atteindre RD$57 000, avec l’incitation pour le temps de service, a déclaré Saturria.

Elle a déclaré que c’est une réussite pour le secteur d’avoir une Direction nationale des soins infirmiers qui opère au sein du ministère de la Santé et une Direction des soins infirmiers qui opère au sein du Service national de santé (SNS).

Universités
Une douzaine d’universités sont responsables de la formation des infirmiers qui fournissent des services dans les hôpitaux, les centres de premier et de deuxième niveau, les cliniques et les cliniques privées.

L’université autonome de Saint-Domingue (UASD) est la principale et la plus ancienne école de formation des infirmiers.

Les autres universités qui forment des infirmières au niveau du premier cycle sont l’Universidad Central del Este, la Pontificia Universidad Católica Madre y Maestra (PUCMM), l’Universidad Católica del Cibao, l’Universidad Abierta para Adultos, l’Universidad Tecnológica de Barahona, Uniremos et l’Universidad Federico Henríquez y Carvajal.

Les données
Le pays compte 7 866 infirmiers professionnels en activité, dont 6 700 dans des centres publics et 1 166 dans des centres privés.

De même, la République dominicaine compte 18 934 infirmières auxiliaires, dont 16 934 travaillent dans des centres publics et 2 000 dans des cliniques privées.

Fuite des talents
Les autorités sanitaires et le secteur privé lui-même s’inquiètent de l’exode important de professionnels vers les États-Unis et les pays européens. Au moins 180 infirmières ont quitté le pays depuis le début de l’année.

Les professionnels affirment qu’ils ne peuvent pas vivre avec le salaire qu’ils reçoivent en République dominicaine.

Une autre plainte des professionnels qui quittent le pays est que leur profession n’est pas respectée sur le territoire national. En Europe, leurs salaires peuvent atteindre jusqu’à 2 000 euros, en tenant compte des heures supplémentaires. Ils bénéficient également d’un contrat de travail renouvelable, ont droit à des repas quotidiens et se sentent valorisés.

Les autorités nationales sont mises au défi d’améliorer encore les conditions du personnel qui veille sur la vie des patients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

15 − onze =