Le secteur de la logistique devient un catalyseur de l’économie dominicaine

La connectivité, les infrastructures et le cadre juridique ont favorisé la concentration des opérations logistiques dans le pays ainsi que son ouverture et son expansion dans les chaînes d’approvisionnement mondiales. Avec trente destinations dans le bassin des Caraïbes et vingt opérateurs logistiques d’envergure régionale, la République dominicaine est devenue un HUB logistique régional d’interconnexion mondiale, ce qui permet à l’économie dominicaine de disposer d’une plus grande capacité de commerce extérieur.

L’augmentation des importations et des exportations après la pandémie a été évidente dans ces résultats : les exportations totales ont accumulé 7 039,9 millions de dollars US en janvier-juillet 2021 et les importations ont augmenté de 68,3 % en juillet, en ligne avec la reprise accélérée de la demande intérieure.

À cet égard, des experts locaux et internationaux analyseront à THINK LOGISTICS « L’évolution par l’innovation » ce que seront la croissance, la compétitivité et la durabilité du secteur à court et moyen terme. L’événement, qui aura lieu le 26 octobre, en format virtuel, est organisé par la Chambre de commerce et de tourisme de la République dominicaine et de la Suisse (CCTDS), avec le soutien de l’ambassade de Suisse en République dominicaine.

« La logistique est un catalyseur et un propulseur d’autres industries de l’économie nationale telles que la fabrication, le commerce et le tourisme. En augmentant sa compétitivité, nous augmentons la compétitivité du pays et sa stratégie de développement national. La prolongation des heures de dédouanement des marchandises dans les ports par la Direction générale des douanes, par l’intermédiaire de son directeur, Eduardo Sanz Lovatón, et la délocalisation des zones franches et de l’industrie locale, dont le ministère de l’Industrie, du Commerce et des PME, par l’intermédiaire du ministre Ito Bisonó, s’est fait le promoteur avec des lois et des accords commerciaux, principalement avec les États-Unis, sont des preuves de l’efficacité de la stratégie de développement économique du président Luis Abinader et de son équipe », a déclaré Gaetan Bucher, président de la CCTDS.

« La pandémie a accéléré les processus de numérisation et, par conséquent, les ports, les aéroports et les entrepôts, qui font partie de cette industrie, se sont transformés à la recherche de processus toujours plus agiles, pour assurer le succès de leurs clients et garantir l’approvisionnement des consommateurs », a expliqué Alexander Schad, président de l’Association des opérateurs logistiques (ASOLOGIC), PDG de la société Schad Logistics et vice-président de la CCTDS.

Les principaux changements qui interviennent dans ce domaine visent l’amélioration technologique, la simplification des procédures et des processus, et l’investissement dans les infrastructures.

À titre d’exemple de l’importance de ce secteur, dans les économies plus développées où l’impact de ce secteur est mesuré avec précision, pour 100 emplois logistiques directs, 84 autres emplois sont générés par ses fournisseurs dans les domaines de l’automobile, de l’énergie, de la technologie, de l’immobilier, de la construction et d’autres services connexes.

Son impact s’étend à un large éventail d’activités productives. « Connaissant les flux de commercialisation et de distribution des produits, nous pouvons soutenir le travail des PME et des grandes entreprises nationales avec une logistique adaptée à leurs besoins réels, en combinant l’approvisionnement des canaux traditionnels et des médias en ligne », a déclaré M. Bucher.

Il faut noter que la pandémie de Covid-19 a entraîné une augmentation très importante des coûts de transport, ce qui a fait pression sur les prix des matières premières et des produits finis. Ces augmentations se produisent en raison de perturbations dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, telles que la fermeture de ports, d’aéroports et d’usines de fabrication, le ralentissement des opérations portuaires en raison de Covid, et une augmentation inattendue de la demande de produits de consommation. Toutefois, le goulet d’étranglement devrait être résorbé par l’arrivée quotidienne d’un grand nombre de nouveaux conteneurs, ainsi que par l’entrée en service de navires au début de 2022.

La réduction des risques dans la chaîne d’approvisionnement est devenue une priorité pour les entreprises. La mondialisation connaît des changements structurels, induits par la diversification géographique des sites de production. La durabilité est essentielle pour renforcer encore la chaîne d’approvisionnement : « L’utilisation de carburant à faible teneur en soufre dans les navires ou de véhicules électriques, l’énergie propre, sont des changements dans ce modèle », a conclu M. Schad.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 + 17 =