Les secteurs économiques de la République Dominicaine sont-ils compétitifs ?

Les secteurs économiques de la République dominicaine comprennent l’agriculture, l’industrie, l’énergie, le tourisme, le transport et la logistique, l’éducation, la santé et l’administration publique, qui ont été analysés dans le Bulletin de compétitivité sectorielle du ministère de l’économie, de la planification et du développement (MEPyD).

Selon le Forum économique mondial, le terme « compétitivité » désigne l’ensemble des institutions, politiques et facteurs qui déterminent le niveau de productivité d’un pays. Une économie compétitive est productive ; la productivité entraîne la croissance, qui conduit à des niveaux de revenus plus élevés et à un plus grand bien-être.

Depuis des années, le pays parle d’améliorer la compétitivité dans les secteurs productifs, mais quels sont les progrès réalisés à cet égard ?

Agriculture et élevage

Le rapport de la Direction de l’analyse économique sectorielle du MEPyD souligne que l’indice de production agricole de la République dominicaine a augmenté de 24,2 % au cours de la période 2014-2019, bien au-delà de la croissance enregistrée au niveau régional de 5,5 %.

La production des principaux produits agricoles par quintal au cours de l’année 2020 était la canne à sucre, les musacées, l’asclépiade, les avocats et le riz.

L’étude ajoute que des produits tels que la patate douce, la noix de coco séchée, le miel naturel, le café sans torréfaction ni décaféination, la yautía, les fleurs fraîches, les melons, entre autres, sont classés comme des étoiles retirées car le pays a perdu des parts de marché et, parallèlement, la demande du produit a été réduite.

Industries

L’enquête souligne que l’indice de performance industrielle compétitive (PIC), mesuré par l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), ne prend pas en compte la République dominicaine. Le bulletin économique fait une estimation non officielle qui place le pays en 14ème position sur 27 pays au niveau régional.

Il indique également que la République dominicaine possède un avantage comparatif global, c’est-à-dire qu’elle est spécialisée dans les mélasses (28,5), les restes de textiles (23,8), les bandages (19,0), les instruments médicaux (18,5), les ferro-alliages (17,7) et les équipements de protection à basse tension (15,2).

Énergie

En termes d’autosuffisance énergétique, le rapport entre la production d’énergie à partir de ressources propres et la consommation totale d’énergie n’est que de 8,8 %. En revanche, la région ALC jouit d’une autosuffisance énergétique (113,1 %) ; la production d’énergie dépasse l’offre requise, la Colombie, le Venezuela et l’Équateur, pays disposant de gisements de pétrole, se distinguant, selon le rapport.

Tourisme

L’ATTA, l’organisation internationale de l’industrie du tourisme d’aventure, a estimé en 2020 que le tourisme d’aventure est une offre plus attrayante dans le monde entier et que son développement est un outil permettant aux parties prenantes de mesurer leur compétitivité en matière d’aventure par rapport aux destinations concurrentes.

En ce sens, le pays occupe la meilleure position dans le pilier « aventure », se classant au deuxième rang sur 33 pays au niveau régional. En revanche, en termes de préparation (image et infrastructures), elle se classe 28e.

Transport et logistique

Pour l’édition 2020 de l’indice de connectivité maritime, la République dominicaine se classe au 46e rang mondial avec un score de 37,6. Le pays se situe au-dessus de la moyenne mondiale (27,1), ainsi que de la moyenne latino-américaine (19,3).

Pour la même année, l’indice de liberté de commerce, qui mesure l’absence de barrières tarifaires et non tarifaires affectant les importations et les exportations de biens et de services, a atteint 69,5 points, plaçant le pays au 12e rang sur 30 dans la région.

Éducation

Le MEPyD cite dans son rapport que pour la Banque mondiale, l’éducation est l’un des facteurs qui influencent le plus l’avancement et le progrès des individus et des sociétés. En plus de fournir des connaissances et des compétences, l’éducation enrichit la culture, l’esprit et les valeurs.

La République dominicaine est confrontée à de graves problèmes d’éducation, qui se traduisent par une pauvreté de l’apprentissage. On estime que 62,3 % de la population âgée de 10 ans ne pouvait pas lire et comprendre un texte simple, selon les dernières données disponibles. Malgré ce résultat, le pays a fait des progrès, en réduisant le pourcentage d’enfants en dessous du niveau minimum de compétence en lecture (18,5 points de pourcentage par rapport à 2013). L’apprentissage de la pauvreté en République dominicaine est proche de la moyenne de l’ALC (62,1 %).

Santé

Il y a quatre piliers de la sécurité sanitaire dans lesquels le pays fait moins bien que la moyenne de l’ALC, comme la prévention, les systèmes de santé, le dépistage et les normes, mais il fait mieux dans les risques et les réponses.

Le pays présente une couverture similaire à la moyenne régionale en termes de nombre de lits d’hôpitaux et de médecins pour 1 000 habitants. Le pays présente des avantages en matière de soins prénatals. En revanche, elle est défavorisée en ce qui concerne le nombre d’infirmiers et de psychiatres, se situant en dessous de la moyenne régionale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 4 =