Industrie des boissons non alcoolisées exportables

Nicolle Valerio explique que l’association repose sur trois piliers : la promotion de la préservation de l’environnement, la promotion du bien-être des consommateurs et la contribution à l’économie.

L’industrie nationale des boissons non alcoolisées prévoit d’augmenter ses exportations vers les Caraïbes, en tirant parti de la proximité géographique, qui lui confère un avantage comparatif.

Jusqu’à présent, Industria San Miguel et Cervecería Nacional Dominicana exportent et ils espèrent que les entreprises seront encouragées à vendre davantage à l’étranger.

« Lorsque nous examinons la taille des investissements des entreprises, nous constatons qu’elles les ont dimensionnés en fonction du marché de l’exportation, car c’est là que se crée la plus grande valeur ajoutée et que se réalisent les économies d’échelle à des fins d’exportation. Il existe donc un potentiel d’exportation vers les Caraïbes », a déclaré Roberto Despradel, expert en économie et en commerce et directeur général de Despradel & Asociados.

Despradel et Nicolle Valerio Issa, directrice exécutive de l’Association des industries de boissons non alcoolisées de la République dominicaine (Asibenas), ont participé en tant qu’invités à la réunion économique de HOY.

Groupe Asibenas 13 entreprises

Bebidas Sin AlcoholValerio a expliqué qu’Asibenas regroupe 13 entreprises des secteurs de production tels que le malt, les boissons non alcoolisées, l’eau, les boissons énergétiques, les boissons hydratantes pour sportifs, les jus, entre autres. Ses membres sont des entreprises leaders dans le secteur des boissons non alcoolisées qui ont décidé d’unir leurs forces pour atteindre la croissance économique, la responsabilité environnementale et le développement des environnements dans lesquels elles opèrent.

Il a indiqué que l’association repose sur trois piliers : promouvoir la conservation de l’environnement, promouvoir le bien-être de ses consommateurs et être une entité qui contribue à l’économie nationale par le biais d’emplois, d’impôts et de liens productifs.

Dans le cadre des pratiques de conservation de l’environnement, sa priorité est l’économie circulaire et c’est pourquoi nous faisons partie de NUVI, qui est composé de différents secteurs, entreprises et associations pour la formation de systèmes intégrés pour la gestion des déchets récupérables.

Le premier système intégré de gestion des déchets (SIGD) concernait les bouteilles en plastique PET pour leur collecte et leur recyclage. De nouveaux systèmes intégrés de gestion des déchets sont également inclus, ce qui signifie que des matériaux tels que le papier usagé, le carton, les matériaux de construction, l’étain, le verre et d’autres feront partie de NUVI à l’avenir.

M. Valerio a souligné que NUVI a collecté 4 850 000 livres de PET, ce qui équivaut à environ 87 300 000 bouteilles en plastique. Cela représente 5 499,80 camions de déchets et 7 303 738 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) économisées.

Ils ont également sensibilisé plus de six mille personnes à l’économie circulaire et aux questions de recyclage, dont un grand nombre d’enfants d’écoles publiques et privées.

Source :Hoy.com.do

En savoir plus : Boutique, Économie

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + dix =

Verified by MonsterInsights