Hôtels de la zone orientale de la République dominicaine support Adompretur

Parmi tous les indicateurs qui permettent de déterminer la dynamique économique d’un pays, la balance des paiements est l’un des plus pertinents.

Il s’agit d’un résumé comptable qui montre, en termes généraux, le revenu total d’une nation avec le reste du monde, ainsi que les paiements effectués pour les importations et les exportations de biens, de services et de capitaux.

Lorsque les paiements internationaux d’un pays sont supérieurs à ses revenus, on parle de déficit de la balance des paiements, ce qui l’oblige à rechercher des financements pour éviter les déséquilibres macroéconomiques. Ceci est différent d’un déficit fiscal, où l’État emprunte pour couvrir la différence entre ses recettes et ses dépenses dans le budget.

Depuis sa création le 28 décembre 1945, le Fonds monétaire international (FMI) se caractérise comme une organisation multilatérale qui met des ressources économiques à la disposition de ses pays membres pour atténuer les déséquilibres de la balance des paiements, à condition que des politiques budgétaires soient mises en œuvre pour éviter de futurs déficits.

En tant que membre fondateur de cette organisation, la République dominicaine a signé un total de 10 accords d’accès aux crédits par le biais du FMI, ce qui lui a permis de retirer 2 099,9 millions de droits de tirage spéciaux (DTS), soit l’équivalent de 3 043,7 millions de dollars américains.

Ces retraits représentent 70,9% du montant total convenu avec le FMI, estimé à 3 004,5 millions de DTS ou 4 290,6 millions de dollars US.

L’accord le plus récent du pays avec le Fonds a été finalisé le 29 avril 2020, avec l’approbation et le retrait de plus de 650 millions de dollars US dans le cadre d’une facilité de financement rapide (FFR), « pour répondre aux besoins urgents de la balance des paiements découlant de l’apparition de la pandémie de covid-19 ».

Ce prêt est l’équivalent en dollars de la quote-part totale de la République dominicaine au FMI (450 millions de DTS), et est proche des 665,7 millions de dollars retirés en 2005 en raison du déficit laissé par la crise financière de 2003.

« La pandémie a considérablement affaibli les perspectives macroéconomiques du pays pour 2020 et créé des besoins de financement qui nécessitent un soutien supplémentaire. L’IFR fournit des ressources opportunes aux autorités qui ont l’intention de les utiliser pour les dépenses de santé essentielles liées au covid-19 et pour soutenir la population vulnérable », note un communiqué du FMI rendant compte de l’accord.

Il s’agit du premier prélèvement du pays sur les fonds du FMI depuis la crise financière mondiale de 2009. Le gouvernement, dirigé à l’époque par Leonel Fernández, a passé un accord triennal avec l’organisation qui garantissait des ressources pour l’équivalent de 1 754,1 millions de dollars US afin d’accroître la réponse fiscale de l’État aux effets du ralentissement mondial sur l’économie dominicaine.

Ce chiffre est le plus élevé en DTS approuvé par le FMI pour la République dominicaine, représentant 40,8 % des montants totaux convenus, et dont 70 % des fonds ont été retirés, pour quelque 1 227,9 millions de dollars, montant dont les paiements ont été prolongés jusqu’en 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 + deux =