La tendance au bien-être dans les hôtels de la RD

Le secteur du tourisme en République dominicaine s’est fortement impliqué dans la fourniture d’une hospitalité de bien-être à ceux qui cherchent à maintenir ou à améliorer leur bien-être personnel et leur santé spirituelle.

On ne peut nier que tout cela s’est accru à la suite de la pandémie de Covid-19, qui, en plus de causer des décès et d’affecter la santé physique, a fait des ravages sur l’esprit en devant assimiler des changements soudains, et en créant de l’incertitude et de la peur dans la vie quotidienne.

Pour cette raison, et pour continuer à renforcer la consommation de tourisme sain, le Congrès international Wellness Spa se tiendra pour la première fois dans le pays à l’hôtel Barceló Bávaro Palace, les 17, 18 et 19 octobre, où se réuniront les 15 intervenants les plus importants du monde du bien-être.

Le congrès, qui est l’événement le plus important de l’industrie du bien-être et du spa en Amérique latine et qui se tiendra à Punta Cana, s’adresse aux gestionnaires, propriétaires, entrepreneurs, experts et professionnels du spa, de la destination, des médecins, des centres thermaux, de l’esthétique, du tourisme médical et du bien-être.

Flavio Acuña, expert en spa, bien-être et leadership transformationnel, a expliqué à arecoa.com que le congrès marquera un avant et un après dans le pays, puisque le symposium référencé soutient les intentions du président Luis Abinader, qui a instruit avec le décret 787-21 aux ministères de la Santé publique et du Tourisme, le développement de politiques et de stratégies visant le développement durable du tourisme de santé et de bien-être.

Il a rappelé que la RD, en plus d’être reconnue pour son offre de soleil, de plage et d’hospitalité, est déjà une référence dans le monde du bien-être puisque l’année dernière 2021, lors du World Wellness Weekend (WWW), le pays a été la seule destination à recevoir trois titres de champion du monde dans ce segment.

Il a expliqué que le congrès, auquel participeront des délégations de toute l’Amérique latine, d’Europe et d’Asie, répondra à toutes les normes et accréditations internationales, puisqu’il bénéficie du soutien de l’American Spa Association (AAS), dont la RD sera la sixième réunion.

« Nous espérons qu’il s’agira d’une grande fête qui aura un impact et motivera les gens dans les 150 pays où elle sera diffusée et grâce à laquelle nous pourrons positionner davantage la République dominicaine comme l’une des destinations les plus importantes dans le monde du bien-être », a-t-il ajouté.

Acuña, qui est également fondateur du Spa Natural Center, a déclaré que l’événement a son poids dans la mesure où aujourd’hui la deuxième industrie avec le plus grand chiffre d’affaires dans le monde est le bien-être, puisqu’il est d’environ 4,4 milliards de dollars, avec des estimations pour 2025 pour atteindre 7,7 milliards de dollars, avec une croissance de 7,9% par an.

« N’oubliez pas qu’il y a une pré et une post-pandémie, et que tout le monde aujourd’hui se tourne vers le bien-être, à la recherche d’une destination touristique différente où ils peuvent faire des retraites, se connecter à la nature, faire de la méditation avec des bols tibétains, de la cristal thérapie, du reiki, des cours de tikun ou de tai chi au lever ou au coucher du soleil, des ateliers de plantes médicinales, de la thérapie par la boue », a-t-il souligné.

Il a dit que pour tout ce qui a été mentionné ci-dessus, la République Dominicaine est une destination privilégiée, puisqu’elle possède un équipement naturel appétissant pour d’autres comme des rivières, des chutes d’eau, des montagnes, une diversité de température, entre autres.

Il a indiqué que les ressources naturelles sont l’aimant parfait, notant qu’en septembre dernier, plus de 390 activités ont été organisées dans tout le pays, avec plus de 60 000 participants qui ont fait du sport et de la méditation.

L’orateur international a également indiqué que les nationalités des personnes très impliquées dans la consommation du tourisme de bien-être sont les Américains, qui constituent le principal marché de la RD, l’Amérique du Sud et l’Europe.

Quant aux hôtels de la RD qui offrent déjà un service au-delà du spa, Acuña explique qu’il s’agit de Meliá, Eden Rock Cap Cana, Excellence, Bahía Principe, entre autres.

Selon lui, pour que les hôtels puissent proposer différents services de bien-être, la formation est essentielle. Il s’efforce donc de former des thérapeutes pour répondre à la demande.

« Il y a plusieurs chaînes hôtelières qui se tournent vers le bien-être et proposent différents types de retraites et de traitements de bien-être. En d’autres termes, toutes ces chaînes hôtelières travailleront bientôt à 100 % avec ce segment, car il s’agit de la nouvelle tendance mondiale en matière de bien-être, car elles remplacent les traitements de spa conventionnels par des traitements de bien-être, plus holistiques », a-t-il déclaré.

Tourisme de santé et de bien-être

Le professionnel du bien-être a déclaré que les institutions touristiques ont fait un excellent travail dans le secteur et la reprise.

Il a estimé que dans le domaine de la santé et du bien-être, je sais que le gouvernement central et les institutions publiques et privées sont très impliqués, et le Dr Alejandro Cambiaso, président de l’Association dominicaine du tourisme de santé (ADTS), a très bien positionné le pays.

Il a indiqué que dans le domaine du tourisme de bien-être, on travaille encore pour obtenir un meilleur positionnement, c’est pourquoi il a recommandé de continuer à travailler sur la préparation du personnel dédié à guider et à stimuler le bien-être de l’intérieur et donc d’obtenir des certifications et des qualifications, tant pour un établissement d’hébergement que pour le pays.

« Je pense que la RD a tout pour devenir l’un des pays les plus importants au monde en tant que destination de bien-être », a-t-il souligné.

Détails pertinents du congrès

Le Congrès international Wellness Spa durera trois jours, dont le dernier sera un atelier de formation post-congrès.

Il y aura plus de 500 participants internationaux, 300 participants locaux et la participation de délégués de l’American Spa Association (AAS), du Brésil, du Pérou, de l’Équateur, de la Colombie, de l’Uruguay, du Paraguay, du Mexique, de l’Espagne, de l’Italie et du Japon, entre autres pays.

Sujets à discuter

Tourisme de bien-être, stratégie commerciale de bien-être, service à la clientèle, administration des spas, outils de gestion pour le secteur du bien-être, ventes et marketing dans l’hôtellerie, tendances qui marqueront la décennie du bien-être, traitements de bien-être, normes et protocoles pour les spas de luxe, développement d’un spa unique et différent et d’un spa médical.

Haut-parleurs

Jean-Guy De Gabriac (Espagne), Eduardo Finci (Argentine), Sara Jones (Angleterre), Jorge Rodriguez (Uruguay) Flavio Acuña (Uruguay), Lucia Romero De Avila Nieto (Espagne), Phiane Duquet (Canada), Alejandro Cambiaso (République dominicaine), Cristina Muqinche (Équateur), Grabiela Gergic (Argentine), Mayra Beas Cuevas (Pérou), Maricarmen Pavón (Mexique) et D`Jhanny de la Cruz (République dominicaine).

En savoir plus: HÔTELS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf − 4 =