Écrivain, langue et nationalité

La langue dans laquelle un écrivain s’exprime est un lien. Pas sa nationalité. Franz Kafka, par exemple, a écrit en allemand et est un romancier tchèque germanophone.

En Europe de l’Est, de nombreux écrivains ont adopté des langues étrangères pour s’exprimer. Les Hongrois, les Polonais, les Bulgares et même les Roumains ont produit un nombre considérable d’œuvres en allemand sans que personne n’ait le moindre doute sur leur nationalité. Malgré leur langue littéraire, ils restent des Bulgares ou des Polonais. Elias Canetti, par exemple, lauréat du prix Nobel de littérature (1981), est un autre des nombreux exemples du type de Kafka, mais aussi le Polonais Joseph Conrad, qui a écrit en anglais et a produit un roman extraordinaire dans une langue qui n’était pas la sienne. L’allemand, l’anglais et le français ont tous eu un lectorat plus large que leur langue maternelle respective.

En ce qui concerne les auteurs bilingues, c’est différent. Ils adoptent une langue, mais la langue maternelle conserve le lien avec la nationalité d’origine. L’Irlandais Samuel Beckett (prix Nobel de littérature, 1969), par exemple, a écrit à la fois en français et en anglais, et il est irlandais.

Il y a une confusion entre nationalité et langue ; il y a des pays africains qui utilisent le français comme langue véhiculaire ; de même que des écrivains des Caraïbes francophones et anglophones ou des immigrés dominicains aux États-Unis, par exemple, qui s’expriment en anglais, qui n’est pas leur langue. Leur expression littéraire ne fait pas d’eux des Anglais ou des Américains. En Belgique, en Suisse et dans de nombreux pays africains ayant plus d’une langue officielle, la langue ne pose pas de problème au sens abstrait de la nation.

En République dominicaine, on se demande si les écrivains dominicains d’expression anglaise peuvent être considérés comme dominicains ou américains. Le cas de Junot Díaz et de Julia Álvarez, pour citer les plus connus, n’est pas aussi simple qu’il y paraît.

Tous deux ont perdu la langue de leurs parents et s’expriment en anglais, mais Díaz et Álvarez puisent leur fiction dans la culture de leurs ancêtres et dans leur pays d’origine : la République dominicaine.

Dans Drown, Díaz raconte la vie d’adolescents immigrants à New York en se basant sur les souvenirs du pays lointain de leurs parents. Dans Cuando las muchachas García perdieron su acento, En el tiempo de las mariposas, Yo et autres romans de Julia Álvarez, la mémoire de l’organisateur du texte est dominicaine.

Le problème n’est pas si simple, comme je l’ai déjà dit. Dans ce cas, nous entrons dans le domaine d’une abstraction : le sentiment d’appartenance, de nationalité. Julia Álvarez a déclaré à plusieurs reprises qu’elle était une Américaine d’origine dominicaine. Elle se définit comme un écrivain américain. C’est son droit, mais elle est un écrivain dominicain de la diaspora. Et elle le sait.

Son œuvre est dominicaine, même si ses personnages sont vus à travers le prisme de sa culture d’adoption. Je me souviens que son roman En nombre de Salomé, sur les dernières années de la vie du célèbre poète Salomé Ureña de Henríquez, lorsqu’il a été traduit en espagnol, ses vers ont également été traduits de la manière dont l’auteur du roman les avait traduits en anglais, ce qui a complètement dénaturé la poésie de Salomé en la ramenant à sa langue d’origine. De toute évidence, ce n’est pas la responsabilité de Julia Álvarez, mais celle du traducteur, qui n’a pas jugé bon de rechercher les originaux en partant du principe que ce n’était pas la partie importante de l’histoire du roman. L’auteur ne semble pas non plus se soucier de l’opinion du lecteur espagnol sur la poésie de Salomé. En tant que romancière, elle avait tous les droits.

Le lauréat Junot Díaz a une attitude différente par rapport au fait d’être Dominicain. Cela ne semble pas le déranger s’il est un écrivain américain et se définit comme issu de la diaspora dominicaine aux États-Unis. Je me souviens qu’il avait déclaré, à propos de certaines inexactitudes géographiques dans son roman La brève vie merveilleuse d’Oscar Wao (prix Pulitzer du roman, 2008), que la fiction lui permettait de le faire, et il a raison.

Junot Díaz, malgré son irrévérence répétée à l’égard de la République dominicaine, malgré ses critiques à l’égard de certains secteurs dominicains concernant l’immigration haïtienne dans son pays d’origine, n’a jamais dit qu’il se considérait comme un écrivain américain. Son propre travail, qui semble s’appuyer sur une théorie et une culture littéraires solides, l’empêcherait de se considérer comme un écrivain nord-américain et, sans le dire expressément, il est fier de ses origines.

Pour les artistes et les sportifs, la langue ne les identifie pas. Le lien est la nationalité. Je me souviens que lorsque Oscar de la Renta a pris la direction de la Maison Balmain (Paris), un journaliste français lui a demandé comment il se sentait en tant qu’Américain à Paris, et le célèbre créateur a répondu : « D’après mon passeport et mon adresse, je suis dominicain !

Dans le sport, tout ce qui touche à la nationalité est très sensible. Je suis toujours impressionné par les paroles de l’ancien lanceur des Yankees de New York, Dillin Betances, lorsqu’il a répondu à un commentateur sportif qui ne comprenait pas comment il était possible que, s’il était né à New York, il figure sur la liste de l’équipe dominicaine de baseball lors de la Coupe du monde 2013 : « Parce que les Dominicains naissent là où nous voulons naître !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

19 − sept =