La République dominicaine a une longue tradition de familles musicales

La République dominicaine est un berceau musical et plusieurs clans familiaux y excellent depuis des dizaines d’années. Unis par l’amour et le talent, ils ont travaillé ensemble sur des projets artistiques réussis.

Parmi les plus récents, citons les frères Manny Cruz et Daniel Santacruz. La vie les a amenés à concourir dans la même catégorie aux Latin Grammy Awards, mais leur véritable compétition consiste à se prouver l’un à l’autre qui s’aime le plus. La fille de Daniel, Penélope, qui a déjà enregistré quelques chansons avec son père, rejoint le clan.

Dans la pop, Ariel Núñez a suivi les traces de son père, Pavel Núñez, et dans la fusion, Leon Yamil est l’héritier musical de Leo Suberví.

Dans une musique typique, l’amour jaillit dans chaque mot des fils de l’accordéoniste Rafelito Román. Raúl et Nixon sont également dévoués au merengue típico et reconnaissent en leur géniteur, qui en plus de les initier à cet art, les a éduqués aux valeurs.

Toujours dans le domaine du merengue, le regretté Johnny Ventura a introduit ses fils dans son groupe. Juan José était dans le métier et Jandy à la tête de l’orchestre qui, après la mort du « Caballo Mayor », perpétue son héritage.

Un autre cas est celui de la famille Valoy. Lorsque Cuco Valoy a décidé de se lancer dans le merengue, il a confié la direction musicale à son fils, le pianiste Ramón Orlando, qui s’est également distingué par des arrangements musicaux réussis et des merengues et ballades populaires.

En ce qui concerne les frères, le meilleur exemple d’union et de permanence a été montré par Los Hermanos Rosario. Rafa, Luis et Tony, dans l’orchestre actuel, sont devenus la compagnie qui fait vivre toute la famille.

Et bien qu’il y a des années Toño a formé une tente séparée dans son groupe, Los Rosario a émergé dans le business de la musique soutenu par leurs parents et d’autres frères et sœurs (comme le regretté Pepe) qui se sont également impliqués dans le business de la musique.

Un autre clan est celui de la famille Villalona. Lorsque Fernando Villalona émerge avec son orchestre, ses frères Angelito et Aramis ont le soutien d’El Mayimbe pour faire valoir leurs talents.
Les frères Kenton, Uis, Tito et Johnny, se sont également imposés dans le merengue, à partir de 1976.

Bien qu’il ne chante pas, Bolivar Villalona, un autre des frères de Fernando, lui sert toujours de manager.

De même, Sergio Vargas lorsqu’il a formé son groupe. El Negrito de Villa a ouvert les portes de son orchestre à ses frères Kaki et Johnny. Ce dernier fait toujours partie du groupe.

À la fin des années 70, Milly Quezada s’est lancée dans la musique avec ses frères Martín, Joselyn et Rafael (décédé). Tous les quatre ont formé Milly, Joselyn y los Vecinos.
Au sein du groupe, Joselyn a épousé le tromboniste Fausto Arias (décédé) et Milly a épousé le manager du groupe, Rafael Vásquez (également décédé). Le fils de La Reina a suivi ses traces.

Dans la musique classique, il existe plusieurs exemples. La plus légendaire vient de l’époque de Papa Molina et Josefina Miniño, qui ont élevé l’homme qui est aujourd’hui le prestigieux musicien José Antonio Molina, directeur de l’Orchestre symphonique national.

Il y a aussi les sœurs Peña-Comas, qui ont consacré toute leur vie à la musique classique.

Les jumelles Nathalie, Evelyn et Nicole Peña-Comas sont impliquées dans la musique depuis leur plus jeune âge et se sont imposées sur les grandes scènes d’Europe.

Histoire. Il existe des familles musicales historiques. Le livre « Músicos, compositores y canciones dominicanas en los siglos XIX y XX », de Félix -Felucho- Jiménez, cite le regretté Julio Alberto Hernández Camejo, qui avait pour professeur son oncle Pedro Camejo. Et il est le grand-père de la chanteuse Maridalia Hernández.

Plus de noms de famille. Parmi les autres noms de famille musicaux, citons la famille Vásquez (Avelino, Chachi et Tavito). José Ovidio García a également eu plusieurs enfants musiciens : José Ovidio, Carlos Manuel et sa fille Dolores, et une autre parente : Margarita Luna García. Beaucoup se souviennent du Trio Reynoso, composé de Domingo et Pedro, fils de l’accordéoniste José Dolores « Lolo » Reynoso.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 4 =