Rencontre avec Salsero RD

« Encuentro Salsero RD », l’événement salsa qui est là pour durer

Une salle Sambil pleine à craquer était le cadre idéal pour ce premier festival, qui a vu se produire Willy García, Ray de la Paz, Sexappeal, Ruth La Cantante, Giro, David Kada et Eddy Bonilla.

La salsa a une fois de plus prouvé qu’elle dispose d’un public captif qui répond à l’appel lorsque ses interprètes et ses mentors l’exigent, ce qui a été démontré une fois de plus ce samedi soir lorsque près de deux mille fans du genre tropical ont rempli la grande salle de la place Sambil pour apprécier sept de ses exposants lors de l' »Encuentro Salsero RD ».

Animé par Michael Miguel Holguín, l’événement a débuté à 22 heures par une performance de la voix féminine la plus forte de la salsa, Ruth La Cantante, qui a immédiatement touché le public avec un medley en hommage à Celia Cruz, Mimi Ibarra et La India, qui a suscité les applaudissements et les acclamations de la foule.

« Merci pour vos applaudissements, je veux remercier Richard Richardson, son équipe et mon équipe de travail, et surtout vous, pour m’avoir permis de représenter la femme dominicaine dans cet événement, comme je le fais dans d’autres activités où je représente fièrement la femme salsa », a déclaré l’interprète longiligne qui connaît l’un de ses meilleurs moments dans le mouvement salsa, pour continuer avec son tube « Ahora resulta » et faire ses adieux avec la chanson « Como una loba ».

Le premier festival de salsa « Encuentro Salsero RD », produit par le jeune entrepreneur Richard Richardson, s’est poursuivi avec le Portoricain Giro López, qui a fait vibrer le public avec le super tube « Amor lunático », une chanson dont l’interprétation a été partagée entre lui et le public qui n’a pas cessé de chanter.

« Merci pour tant d’amour République Dominicaine. Je suis très reconnaissant de l’amour que vous m’avez témoigné depuis le premier jour où je suis arrivé dans ce pays béni », a déclaré le chanteur avec émotion.

Le public a fait de même avec « Si tú supieras », « El pasajero » et « Siénteme », des chansons pour lesquelles les fans dominicains ont adopté Giro comme un autre artiste dominicain.

Puis ce fut le tour du salsero « swing » qui, dès la présentation de Michael Miguel Holguín, a suscité les bravos du public et dès son apparition sur scène, a emporté ses tubes « Mañana mañana », « Triste final » et « A escondidas ».

Le jeune salsero en a profité pour faire monter sur scène les artistes urbains La Insuperable et Toxic Crow, qui étaient là pour profiter, en tant que public, de ce grand événement. Les deux ont dansé pendant que Sexappeal exécutait une de ses salsas.

« Je veux remercier mes frères et sœurs dominicains pour ce soutien, je me sens heureux de chanter sur la même scène avec tant d’artistes talentueux qui rendent notre genre, la salsa, fier », a déclaré Sexappeal avant de faire ses adieux avec « La llorona ».

Et c’est le tour d’Eddy Bonilla, pour qui ce spectacle représente ses débuts devant un grand public. Avec « Homenaje al Canario », « La mujer que a mí me gusta » et « Dominicana », une chanson avec laquelle il rend hommage à la République dominicaine, le jeune artiste de salsa créole a passé son épreuve de vérité.

Avec les premiers accords de « Tu amor fue diferente », il y a eu une connexion entre le public et le « toujours jeune » de la salsa, David Kada, qui a démontré sur scène qu’il continue d’être la coqueluche des adeptes du genre.

Il a reçu des applaudissements et des acclamations à chaque interprétation de ses célèbres chansons « Estos celos », « Si me vuelvo a enamorar » et « Tú no eres la buena », la chanson avec laquelle il a fait ses adieux, avec style, à la première édition du festival « Saleros RD ».

À 1 heure du matin, dimanche, le public s’est levé lorsque Michael Miguel Holguín a annoncé la présentation du Colombien Willy García. Dès lors, il s’est levé, a chanté et dansé sur les chansons de l’ancien Niche.

« Me emocionas », « Te amo », « A prueba de fuego », ont été ses premières chansons avant de remercier le public, à qui il a avoué : « Je me sens tellement bien avec ce peuple pour tout l’amour qu’il m’a donné, que je vais acheter un petit bout de terrain ici pour construire en République dominicaine ».

Il a continué avec un pot-pourri de chansons qui ont fait son succès avec le Grupo Niche (« Eres », « La magia de tus besos », « Lo bonito y lo feo »), « No quiero dormir », entre autres, et a terminé avec « Analizando », une chanson dans laquelle il a profité pour inviter Eddy Bonilla et Sexappeal sur la scène. Cela aurait dû être l’adieu de Willy, mais le public, debout, a réclamé sa présence une fois de plus, et il a donc livré « Lo bonito y lo feo » et « La cárcel ».

La clôture a été le tour du vétéran Ray de la Paz, qui à 1h48 du matin dimanche, a provoqué les applaudissements du public, qui avec le même esprit qu’au début, a repris les chansons « Como yo te amo », « Todo se derrumbó », « Solos tú y yo », « A esa », « Ladrón de tu amor ».

Souriant et enthousiaste, Ray de la Paz a remercié le soutien du public dominicain pour sa longue carrière. Merci beaucoup, je suis très reconnaissant pour tout ce que vous, les Dominicains, avez fait pour ma carrière, c’est pourquoi chaque fois que je viens ici, je donne le meilleur de moi-même pour que ce mariage soit maintenu », avec ces mots il a cédé la place au hit « Definitely » et a fait ses adieux, à 3 heures du matin, dimanche, avec « Desahogo ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

un × quatre =