Vico C, « le philosophe du rap », fête son 50e anniversaire

L’artiste portoricain Vico C, connu comme « le philosophe du rap » et historien de ce genre musical, fête ce mercredi ses 50 ans, un demi-siècle qu’il a « toujours » envisagé d’atteindre malgré toutes les chutes subies dans sa vie.

« Chaque année qui passe est un exploit, compte tenu de tout le mal qui existe, des maladies ou des accidents qui peuvent se produire », a déclaré Luis Armando Lozada Cruz, le vrai nom de ce pionnier du rap latin.

Vico C est né à New York, précisément là où le mouvement hip-hop a commencé et où il a vécu ses cinq premières années, jusqu’à ce que sa famille déménage à Carolina, une municipalité proche de San Juan.

Influencé par le hip-hop anglo-saxon, qui comprend le rap, le breakdance et le graffiti, Vico C commence à écrire ses premières chansons.

Mais ce n’est que lorsqu’il s’inscrit à un concours de chant organisé par le producteur portoricain DJ Negro que son talent et sa maîtrise de la scène se révèlent.

Vico C, à l’âge de 17 ans, et DJ Negro se sont associés pour sortir la cassette « La recta final » en 1989. La production comprenait les titres « Viernes 13 », « El amor existe » et « Gusto, sexo y consecuencia » et l’homonyme de la production.

Selon le « philosophe du rap », l’âge « ne fait pas une grande différence » entre le fait d’être un compositeur doué et de devenir un phénomène musical, mais plutôt, a-t-il souligné, l’intérêt et le talent d’une personne.

Après « La recta final », Vico C sort « Hispanic Soul », qui comprend les tubes « Bomba para afincar », « La inglesa » et « Dulce, sexy, sensual », qui connaît un énorme succès.

Ils enchaînent avec un autre album, « Xplosión », qui comprend les tubes « Saboréalo », « Cosa nuestra de barrio » et « María ».

Mais les nouvelles ne sont pas toutes bonnes : lors d’un voyage pour se produire en République dominicaine, il est victime d’un grave accident de moto.

DE LA MORPHINE À L’HÉROÏNE
Dans le cadre de son traitement, Vico C a reçu de la morphine pour atténuer la douleur et est ensuite devenu dépendant de la morphine et de l’héroïne.

« Oui, je pensais que j’allais arriver à 50 ans, même si j’aurais pu mourir d’une overdose en cours de route », a-t-il admis. « Mais en dehors de cette peur, j’avais la foi que Dieu n’allait pas me laisser mourir et je me suis toujours imaginé arriver ici ».

Après l’accident, il a dû se produire assis dans un fauteuil, ce qu’il décrit comme son premier « retour » à la musique.

Il a ensuite préparé « Con Poder » (1996), mais après la sortie, il est retourné à la drogue.

L’artiste revient cependant dans le monde artistique et, fin 1998, sort la production « Aquél que había muerto », qui comprend un autre de ses succès, « Tony Presidio ».

Après cet album, Vico C a travaillé sur sa nouvelle production, « Emboscada », qui lui a valu son premier Latin Grammy du meilleur album de musique urbaine en 2003.

ATTERRIT EN PRISON
Cependant, une fois de plus, après le succès, un accident survient sur sa route et, peu après avoir reçu cette récompense, le rappeur est emprisonné pendant six mois pour possession de drogue.

Il a comparé ce temps passé en prison au demi-siècle de sa vie qu’il célèbre ce mercredi, expliquant qu’en prison, « on s’habitue » au fil des jours, mais que c’est maintenant « l’inverse », dit-il.

Il consacre son temps en prison à l’écriture et parvient à composer dix chansons pour l’album « En honor a la verdad », qui lui vaut un autre Latin Grammy Award en 2004 pour le meilleur album de musique urbaine.

Un an plus tard, le père de quatre enfants sort l’album « Desahogo », qui comprend des collaborations avec Eddie Dee, Ivy Queen, La Mala Rodríguez et Gilberto Santa Rosa.

SON MEILLEUR MOMENT
Sa dernière œuvre est « Babilla », sortie en 2009, que Vico C considère comme le moment le plus fort de sa carrière musicale.

 » C’est le meilleur album que j’ai jamais fait « , a déclaré l’artiste à propos d’un album qui comporte des collaborations avec Arcángel, Yaga y Mackie, Wiso G, Gustavo Laureano et Andy Montañez.

Vico C se prépare actuellement à sortir un nouvel album, et a même un certain nombre de chansons en stock qu’il espère inclure dans un album qui sortira après sa mort.

« Je préfère les garder et avoir un produit garanti avec ma famille », a-t-il déclaré.

« Ce n’est pas seulement une affaire de vente de musique, mais une volonté de changer des vies, et comme c’est à l’ordre du jour, il y a toujours beaucoup à faire. C’est un projet sans fin et ma musique a été un outil non seulement pour faire du bien aux gens, mais aussi pour moi-même, pour mon identité et pour la société », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × trois =