La République dominicaine a réformé sa législation électorale à 26 reprises

Entre 1978 et 2019, la République dominicaine a procédé à 26 réformes de sa législation électorale, selon une étude publiée par l’Observatoire politique dominicain (OPD), une entité rattachée à la Fondation mondiale pour la démocratie et le développement (Funglode).

« Depuis la chute du régime de Trujillo en 1961, en passant par les règlements électoraux précédents (loi 275-97) et en atteignant la première mise à jour complète du cadre électoral dominicain avec la loi 15-19, loi organique du régime électoral, le pays a connu 26 réformes dans ce domaine », explique le document.

La recherche précise que la promulgation de la loi 33-18, sur les partis politiques et de la loi 15-19, a entraîné des controverses, des plaintes et des soumissions pour inconstitutionnalité d’une série d’articles des deux lois, notamment en termes de liberté d’expression, d’affiliation, de conditions de candidature, d’alliances et de coalitions, entre autres aspects.

L’étude « Législation électorale et des partis politiques en République dominicaine : origine, évolution et nouveau processus de réforme » indique également que pour cette année, la JCE (Commission centrale électorale) a prévu une nouvelle réforme pour corriger divers aspects des lois 15-19 et 33-18 qui doivent être révisés.

À cet égard, l’OPD-Funglode considère qu’il est pertinent que ces réformes soient approuvées au moins un an avant les élections, afin que leur mise en œuvre ne devienne pas un obstacle lorsque les dates de montage des élections arrivent, qu’elles correspondent aux primaires ou aux élections générales, afin d’éviter les lacunes, les improvisations et le non-respect des règles par manque de temps pour adapter le processus électoral à la réglementation réformée.

La recherche indique également que la nouvelle réforme de la législation sur les élections et les partis nécessite l’inclusion de principes directeurs du processus électoral, des modifications directes du texte réglementaire apportées par la Cour constitutionnelle (CT) par le biais de décisions anticonstitutionnelles, des amendements aux aspects qui se chevauchent et sont contradictoires de la loi sur les partis et le régime électoral.

« De plus, cette nouvelle législation électorale doit inclure un examen rigoureux de la compatibilité entre le texte de la réforme et la Constitution, afin d’éviter qu’elle ne fasse l’objet d’autant de recours ultérieurs d’inconstitutionnalité », ajoutent les auteurs de l’étude, Vladimir Rozón et Jean Luis Sanó, respectivement coordinateur et chercheur de l’Unité des partis politiques de l’OPD.

Situation en Amérique latine

Le rapport OPD-Funglode ajoute qu’au cours de la période 2015-2020, les principales questions à l’ordre du jour des réformes en Amérique latine ont été la parité hommes-femmes, la réélection et la représentativité et le nombre de législateurs au Congrès.

« Contrairement à ce qui s’est passé entre 1978 et 2015, où la plupart des modifications se sont traduites par des changements constitutionnels, la majorité de celles réalisées entre 2015 et 2018 se sont traduites par des lois électorales ou de partis, comme dans le cas de la République dominicaine et de l’Argentine ; ou ont impliqué des changements constitutionnels sans générer un processus constituant pour rédiger un nouveau texte constitutionnel, comme dans le cas du Chili, de la Colombie, du Honduras, du Mexique, de l’Équateur et du Guatemala », indique le document.

La recherche montre que les réformes dans la région ont eu lieu de manière intensive entre 1978 et 2018, reflétant la manière dont les élites des partis politiques conçoivent la pertinence du changement institutionnel comme un moyen de transformer l’ordre politique, et qu’elles ont été promues sans la participation active des citoyens dans le diagnostic, l’élaboration et la mise en œuvre des réformes, comme le soulignent d’autres études dans la région.

Les sénateurs et les députés ont un défi transcendantal avec la tâche de la modification intégrale de la loi de sécurité sociale, répondant ainsi aux dispositions de la loi 13-20 qui a établi que  » à partir de septembre 2020, le processus de révision et d’étude pour la modification intégrale de la loi n° 87-01, du 9 mai 2001, qui crée le système dominicain de sécurité sociale, commencera « .

Ainsi, depuis le mois de mars de cette année, la Commission bicamérale de la sécurité sociale du Congrès national a commencé à travailler sur cette modification globale, qui devrait également être une modification structurelle de la loi 87-01.

Malgré ce que pensent certains professionnels, les législateurs devraient mener à bien ce processus de révision pour la modification de la sécurité sociale, en partant de ce que la constitution dominicaine établit dans son article 60, à savoir que « Toute personne a droit à la sécurité sociale. L’État stimule le développement progressif de la sécurité sociale pour assurer l’accès universel à une protection adéquate en cas de maladie, d’invalidité, de chômage et de vieillesse ».

En outre, il est important de garder à l’esprit les articles sur les droits que la Magna Carta consacre comme un droit.

Compte tenu de ces aspects constitutionnels, nous pensons que les législateurs ont bien fait d’écouter les considérations des différents secteurs liés au système de sécurité sociale. Dans ce processus, il est important de prendre en compte les avis des acteurs publics et privés, des institutions de régulation, ainsi que des gestionnaires de risques, des prestataires de services de santé, des professionnels et des travailleurs du secteur, mais surtout, les législateurs doivent accorder une attention particulière aux personnes affiliées et à leurs dépendants, qui constituent la raison d’être de la Sécurité sociale.

Paradoxalement, notre système de sécurité sociale traite les affiliés et les personnes à leur charge comme s’ils n’étaient pas des sujets de droit. Il semblerait que les personnes affiliées et leurs dépendants ne soient pas le sujet sur lequel le fonctionnement du système de sécurité sociale dominicain a du sens.

Il est important qu’ils comprennent les différentes situations que les affiliés et les personnes à leur charge vivent au quotidien chaque fois que le système de sécurité sociale leur refuse une prestation ou leur demande un paiement supplémentaire, lorsqu’il les empêche d’accéder à leurs droits, en les dissimulant dans des processus labyrinthiques que les affiliés et les personnes à leur charge finissent par abandonner par lassitude ou par désespoir.

Certains critiquent les voix qui ont présenté aux législateurs les sentiments de la population, qui ont raconté certaines des difficultés que des milliers de personnes affiliées et leurs dépendants subissent quotidiennement. Ils disent qu’il s’agit d’une tentative de diabolisation de la Loi, mais ils ont oublié de quel côté se trouve le bien commun, le bien-être, la solidarité, l’attention aux nécessiteux, et de quel côté se trouvent les marchands qui, comme ceux que le Maître a renversé sur leurs tables et fouettés hors du temple, s’approprient aujourd’hui un système comme la Sécurité sociale, en détournant sa nature pour tout hiérarchiser afin d’assurer leur haute rentabilité et leur faible investissement.

Ils disent qu’il y a une campagne négative. Ils oublient ou ferment les yeux pour faire semblant de ne pas percevoir la frustration de la population, en prétendant qu’elle continue à supporter les carences et les abus endurés depuis près de 20 ans. Ils oublient que les citoyens ont attendu avec optimisme le moment où le système de sécurité sociale tiendrait ses promesses. Aujourd’hui, le peuple a compris que ce qui a été promis ne peut être réalisé dans un modèle où seuls certains acteurs gagnent toujours. Ce qui est négatif, c’est le modèle économique sur lequel le système de sécurité sociale dominicain a été conçu.

Il y a 21 ans, lorsque le projet de loi sur la sécurité sociale était en discussion, beaucoup de ceux qui critiquent aujourd’hui le processus de consultation mené par les législateurs faisaient partie des principaux acteurs qui ont progressivement transformé le projet original en un « Frankenstein », car ils répondaient aux demandes de tous les secteurs intéressés par les affaires possibles qui pouvaient être envisagées et commençaient à exiger l’inclusion d’articles qui les favoriseraient. Un processus long et complexe, qui en a fatigué plus d’un et a fini par modifier la nature du modèle initial, pour aboutir au modèle commercial que nous connaissons.

La sécurité sociale doit revenir aux droits du peuple et pour cela, les législateurs doivent continuer à se connecter aux vicissitudes que les personnes affiliées et leurs dépendants vivent au quotidien.

Avant de penser aux complexités financières, le législateur doit définir les prestations à fournir par la sécurité sociale. C’est ce que prévoit la Constitution dominicaine.

Ensuite, et seulement ensuite, il est nécessaire de définir les stratégies à travers lesquelles ces bénéfices pourraient être offerts et, après avoir établi les alternatives considérées comme possibles, il est nécessaire de réaliser l’analyse de faisabilité économique de ces stratégies, afin de définir le modèle avec lequel les bénéfices supposés seront assurés.

Bien que le rapport coût/bénéfice soit important et nécessaire à prendre en considération, il n’est pas vrai qu’il soit le seul critère de vérité valable, car s’il l’était, le système de sécurité sociale ne serait pas si mal accepté par les personnes affiliées et leurs dépendants. Pour son approbation, la loi 87-01 a fait l’objet d’analyses coûts/bénéfices approfondies qui ont été présentées pour justifier sa faisabilité, avec lesquelles de fausses attentes ont été créées parmi la population dominicaine quant aux avantages du nouveau système de sécurité sociale, avec ses trois bons sous-systèmes : santé, risques professionnels et pensions. On a promis de garantir le bien-être de la population.

Nous insistons sur le fait qu’avant de procéder aux analyses coûts/avantages visant à déterminer la faisabilité du nouveau système de sécurité sociale, il est important de prendre en compte le fait que le nouveau système de sécurité sociale n’est pas seulement un système de soins de santé, mais aussi un système de pensions.

L’Organisation internationale du travail (OIT) a décrit les prestations que la sécurité sociale devrait fournir.

Les législateurs ont la possibilité d’apporter une contribution mémorable à la population dominicaine, mais pour ce faire, ils doivent éviter de tomber dans le modèle commercial nébuleux sur lequel le système actuel a été conçu, en gardant le cap sur ce que dicte la constitution dominicaine et sur les sentiments de la population, sur ses bonnes et mauvaises expériences, ses espoirs et ses attentes.

Nous félicitons les législateurs pour le processus qu’ils suivent, nous les encourageons à continuer dans cette voie, nous félicitons les techniciens qui expriment leurs critiques et leurs recommandations. Mais notre plus grande reconnaissance va à toutes les personnes qui, jour après jour, expriment leurs demandes, leurs mauvaises expériences et leurs difficultés avec une Sécurité Sociale qui ne répond pas à leurs besoins, voyant comment certains acteurs montrent les grands bénéfices qu’ils réalisent, alors que chaque personne affiliée doit payer des cotisations supplémentaires pour chaque service fourni.

Nous mettons en garde contre le danger que des intérêts détournent et détournent le processus de modification de la loi 87-01 pour faire en sorte que ces modifications les favorisent, tout comme le fait le système actuel. C’est pourquoi nous vous recommandons vivement :

Donner la priorité aux mandats de la Constitution dominicaine.
Écoutez la population (ses bonnes et mauvaises expériences, ses espoirs et ses attentes).
Déterminer les prestations à prendre en charge dans la Sécurité sociale dominicaine.
Identifier les modèles avec lesquels les bénéfices supposés pourraient être garantis.
Analyser la faisabilité des modèles identifiés.
Choix du modèle sur lequel sera conçu le nouveau système de sécurité sociale dominicain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit + 20 =