Assemblée générale de l’Observatoire ibéro-américain de la sécurité routière

Le ministre de la Présidence, Joel Santos, a dirigé ce lundi la neuvième assemblée générale de l’Observatoire ibéro-américain de la sécurité routière (Oisevi), basé dans le pays, afin d’aborder les défis des politiques publiques en matière de mobilité et de sécurité routière.

Compte tenu de tous les projets mis en œuvre par le gouvernement dirigé par le président Luis Abinader pour renforcer la sécurité routière en République dominicaine, c’est la ville de Saint-Domingue qui a été choisie pour l’assemblée, à laquelle participent les pays ibéro-américains.

Au début de l’événement, le ministre Santos a expliqué l’intérêt que porte le président à la réduction des accidents de la route, tout en appréciant au nom du président Abinader le soutien des nations membres de l’Oisevi, pour que la République dominicaine accueille un débat aussi important qui cherche à sauver des vies grâce à des actions conjointes.

À cet égard, Joel Santos a indiqué que le pays dispose d’un Plan stratégique national de sécurité routière 2021-2030 (PENSV), dont l’objectif est de réduire de 50 % le nombre de morts sur les routes, avec une ligne d’action basée sur des axes stratégiques tels que l’institutionnalisme, la mobilité, l’éducation, l’application de la loi, la prise en charge et l’information précise des citoyens.

Dans le cadre de l’agenda Oisevi, le directeur exécutif de l’Institut national du transit et du transport terrestre (Intrant), Hugo Beras, a donné la conférence inaugurale sur la politique de sécurité routière en République dominicaine.

M. Beras a souligné que le pays fait des progrès en matière de sécurité routière et que, dans les prochains mois, Intrant s’apprête à mettre en œuvre le système de points du permis de conduire, l’inspection technique des véhicules (ITV) et le centre de contrôle et de gestion du trafic, en plus des projets déjà en cours, tels que l’éducation à la sécurité routière dans les écoles publiques, le règlement technique pour la sécurité routière sur le lieu de travail, le système national de mobilité scolaire, la certification des écoles de conduite et la certification des écoles de conduite, Certification des auto-écoles et de leurs instructeurs, renforcement du processus d’obtention du permis de conduire, Registre national des motocycles, Zone d’accès restreint pour les véhicules de transport de marchandises, nouvelle plaque d’immatriculation et le programme ayant le plus grand impact, « Intersections sûres », tous en faveur de la poursuite du renforcement de la sécurité « en tant que signe de l’engagement du président à réduire les accidents dans le pays ».

L’événement, qui se tient à l’hôtel Sheraton, verra la participation de ministres et d’autorités du secteur des transports et de la sécurité routière, tels que Pere Navarro, directeur général du trafic du ministère espagnol de l’Intérieur, Álvaro Gómez, secrétaire du programme ibéro-américain de sécurité routière, Ricardo Pérez, conseiller régional en sécurité routière de l’OPS, et Roy Rojas, directeur de projet de Cosevi.

La Commission nationale du trafic du Chili (Conaset), la Banque interaméricaine de développement (BID) et les autorités de Colombie, du Guatemala, de l’Uruguay, du Mexique, du Nicaragua, du Paraguay, du Panama, d’Andorre et du Portugal participent également à l’événement.

Lors de l’assemblée Oisevi, les autorités du secteur des transports ont partagé leur expérience et les bonnes pratiques développées dans leurs pays respectifs, encadrées dans le Plan global de la Décennie d’action pour la sécurité routière 2021-2030 : Le rôle des réseaux régionaux de sécurité routière.

À cette fin, plusieurs groupes de travail techniques ont également été organisés sur « l’institutionnalité et la coopération internationale », « la sécurité des automobilistes », « la sécurité des routes et des véhicules », « la sécurité des comportements », une présentation technique sur « la sécurité routière dans une perspective de genre » et « la prise en charge des victimes et la société civile ».

Les participants ont exprimé leur intérêt pour une collaboration avec la République dominicaine dans le but de réduire le problème mondial des accidents de la route.

La réunion a également abordé les conséquences, sous ses différents aspects, et la manière dont les accidents de la route affectent l’Amérique latine, la création de manuels de contrôle et les politiques de sécurité routière du pays, entre autres questions visant à obtenir des résultats pour réduire le nombre de morts et de blessés dus aux accidents de la circulation.

L’Oisevi est composée des pays suivants : Andorre, Argentine, Bolivie, Brésil, Colombie, Costa Rica, Cuba, Chili, République dominicaine, Équateur, El Salvador, Espagne, Guatemala, Honduras, Mexique, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, Portugal, Uruguay et Venezuela.

Source: presidencia.gov.do

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − un =

Verified by MonsterInsights