Le chocolat est synonyme de vie, de santé et d’opportunités pour les Dominicains

La consommation de chocolat pourrait augmenter l’espérance de vie des Dominicains et protéger leurs fonctions cognitives en réduisant d’un tiers le risque de problèmes cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux. Ces deux maladies sont les principales causes de décès dans le pays.

Bien que des preuves scientifiques indiquent que le chocolat possède plus de 40 propriétés bénéfiques pour la santé et que la République dominicaine soit un important producteur de cacao, exportant 80 000 tonnes par an et satisfaisant 60 % de la demande mondiale de cacao biologique, la nation caribéenne ne se contente pas d’importer cet aliment, mais le consomme à peine.

Pour inverser ces tendances, le Fonds spécial pour le développement agricole (FEDA) investit près de 20 millions de pesos dans la construction de deux centres de collecte de cacao dans les municipalités de Paraíso, Barahona, et de Guananico, Puerto Plata ; et a livré plus de 532 000 plants et 5 800 outils de travail à 1 800 producteurs dans différentes provinces.

L’agence gouvernementale, qui s’efforce de faire du chocolat et du cacao dominicains une marque nationale, a également construit sept nouvelles pépinières capables de produire 350 000 matitas par trimestre, dans le cadre de son plan national de transformation et de rénovation de la culture dominicaine du cacao, connu sous le nom de « Tamo en Cacao ».

La FEDA a également formé plus de 100 femmes à la production de chocolat de haute qualité avec le maître chocolatier belge Emmanuel Bernard Noiret. Dix d’entre elles ont participé à l’exposition internationale du chocolat dominicain à ExpoBelgium, en Belgique, et l’exposition nationale du chocolat dominicain s’est tenue avec succès en août dernier dans les salles de la Chancellerie dominicaine.

Dans le cadre de la récente célébration de la Journée mondiale du cacao, le 1er octobre, et du projet local visant à stimuler la production et la consommation, l’économiste Hecmilio Galván, directeur de la FEDA, invite l’ensemble de la population à participer aux festivals régionaux du chocolat qui se tiendront cette année à San Francisco de Macorís, dans la province de Duarte, et à Yamasá, dans la province de Monte Plata.

La RD devrait augmenter sa consommation de chocolat

La consommation de chocolat dans le pays est l’une des plus faibles au monde, avec seulement 2,6 livres par an, alors que les spécialistes recommandent une consommation annuelle de 2,6 livres.

Les spécialistes recommandent une consommation par habitant de 6,7 grammes par jour, en particulier de chocolat noir et pur, et d’une once par jour pour les femmes enceintes, afin de favoriser le développement du fœtus.

La population préfère les chocolats importés, ultra-transformés et à forte teneur en sucre. Nous nous efforçons donc d’augmenter la consommation de chocolat criollo, riche en polyphénols, anandamide, caféine, théobromine et épicatéchines, qui contribuent à prévenir les accidents vasculaires cérébraux, la maladie d’Alzheimer, les crises cardiaques et le cancer », explique M. Galván.

Citant des publications de l’American Chemical Society, de la Cleveland Clinic et de l’université de Harvard aux États-Unis, il souligne que le chocolat contient des polyphénols antioxydants qui neutralisent les radicaux libres et qu’il est également riche en anandamide, le nom sanskrit du bonheur et un neurotransmetteur qui bloque les signaux de la douleur et de l’anxiété dans le cerveau.

Parmi les autres composés du chocolat, cités par le directeur de la FEDA, figurent la caféine, qui augmente l’énergie physique et mentale, et la théobromine, qui abaisse la tension artérielle.

« Des études montrent que les épicatéchines, les antioxydants les plus présents dans le chocolat noir, sont bénéfiques pour le cœur et réduisent les niveaux d’hormones responsables du stress. Elles montrent également que le chocolat réduit le mauvais cholestérol, augmente le bon cholestérol et peut même prolonger la vie humaine », ajoute-t-il.

En ce qui concerne le cacao, la matière première du chocolat, le directeur de la FEDA indique que 2,4 millions d’hectares sont plantés dans le pays par quelque 40 000 producteurs et que, sur les 36 236 exploitations enregistrées, 16,5 % se consacrent à la production de cacao biologique.

Le fonctionnaire a également souligné l’énorme potentiel de croissance de l’industrie dominicaine du chocolat, représentée par les entreprises Cortés Hermanos, Grupo CONACADO, Kahkow, Munné, Chocolates Khao Caribe, Chocolate Chin Chin, Cacaoteca, Definite Chocolate, Choco Punto, Chokamil, Forteza, Milz Chocolat, Bolitos & Candín, Öko-Caribe et Xocolat, entre autres.

Du chocolat fabriqué par des femmes

La participation des femmes au développement des entreprises agro-industrielles est un axe central du plan national de relance de la transformation du chocolat et d’incitation à la consommation de chocolat, dans le cadre du plan « Tamo en Cacao ».

Le projet implique 11 transformateurs de cacao, avec environ 686 membres et une forte présence féminine : parmi eux, l’Asociación de Mujeres Esperanzas Unidas, d’El Seibo, dans la province du même nom ; l’Asociación de Mujeres Unidas para Avanzar, de Joba Arriba, dans la province d’Espaillat ; et l’Asociación de Mujeres Los Naranjos, de Castillo, dans la province de Duarte.

Ces organisations recevront un financement de la FEDA et du Conseil national pour la promotion et le soutien des micro, petites et moyennes entreprises (PROMIPYME).

José Rafael Bueno, responsable de la technologie agricole à la FEDA, indique que le plan prévoit également une assistance technique aux producteurs de cacao et de chocolat dans les provinces de Duarte, Puerto Plata, Samaná, Monte Plata et Hato Mayor.

Consommer ce qui nous appartient

Avec son programme « Consommer ce qui est nôtre », la FEDA cherche à renforcer l’identité nationale par des améliorations significatives dans les processus de plantation, de transformation, d’achat et de consommation des produits locaux, au bénéfice des clients, des associations et des producteurs.

Elle cherche également à accroître la richesse et l’emploi en promouvant les micro, petits, moyens et grands entrepreneurs, a déclaré le directeur de l’agence gouvernementale.

« La population doit prendre conscience de la valeur des produits nationaux et préférer les produits fabriqués par des mains locales, afin d’économiser sur les dépenses du panier familial et de rehausser la fierté de la République dominicaine, tant au niveau de la production que de la consommation », conclut M. Galván.

Source: almomento.net

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six − 2 =

Verified by MonsterInsights