Une Dominicaine est la première Hispanique à devenir vice-présidente du Bronx

Pour Janet Peguero, une Dominicaine de 32 ans, être le bras droit du président de l’arrondissement du Bronx est un rêve devenu réalité.

Pour moi, c’est le « rêve américain », arriver à une position où je peux être une voix », a déclaré Peguero.

La jeune fille de six ans, qui a quitté la République dominicaine pour s’installer dans l’Upper Manhattan, puis dans le Bronx, entre dans l’histoire en devenant le premier hispanique à occuper le poste de vice-président de l’arrondissement du Bronx.

C’est la première fois que les deux postes, présidente et vice-présidente, seront occupés par des femmes de couleur.

« Les femmes se présentent à des fonctions publiques (qui) n’ont jamais été conçues pour nous. Et nous faisons un grand pas en avant », a déclaré Vanessa L. Gibson, présidente de l’arrondissement du Bronx.

Dès les premiers jours de son mandat, Mme Peguero s’est employée à aider les victimes de l’incendie le plus tragique qu’ait connu New York depuis des décennies.

Elle se concentre sur la collecte de fonds pour les funérailles et pour fournir un logement permanent à plus de 60 victimes.

« Nous identifions le type de boucher que possède chaque membre de la famille, chaque appartement, et s’ils veulent déménager, nous travaillons avec chaque famille pour transférer le boucher dans un autre appartement », explique Peguero.

Après avoir travaillé dans des supermarchés et des magasins, Peguero a compris l’importance des études.

Elle a obtenu un diplôme en sociologie et en histoire de l’Amérique latine à l’université de Binghamton. Elle était la première de sa famille à être diplômée.

« C’est le reflet des sacrifices de mes parents, mais aussi le reflet de ce que l’on peut obtenir quand on travaille vraiment.

Peguero est l’une des cinq sœurs.

Sa mère travaille dans la cafétéria d’une école publique.

Son père, décédé il y a dix ans, travaillait comme chauffeur de taxi et dans une école comme aide-enseignant.

Pendant de nombreuses années, sa famille a dépendu de l’aide sociale pour joindre les deux bouts.

« Je suis un produit des programmes publics, j’ai été élevé grâce aux bons d’alimentation et à l’article 8, j’ai aidé ma mère à remplir ces formulaires », a déclaré M. Peguero.

Parmi les projets d’avenir de Yanet, qui est mariée depuis cinq ans, figure celui de fonder une famille et de continuer à représenter sa communauté.

« Parce que nous pouvons le faire. Nous, les femmes, pouvons le faire et nous pouvons le faire bien », a déclaré Mme Peguero à NY-1 Noticias.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − 18 =