Le PGR fait 11 observations sur le Code pénal

Onze points contenus dans le code pénal dominicain ont été identifiés par le procureur général de la République, Mirian Germán Brito, afin que les sénateurs, après l’approbation de la pièce par les députés, les soumettent pour étude et modification.

La demande de Germán Brito a été faite au président du Sénat, Eduardo Estrella, par le biais d’une communication.

« Nous sommes conscients que cette initiative est l’une des plus transcendantes parmi celles qui doivent être connues en République dominicaine à l’heure actuelle », indique un extrait du contenu de la lettre adressée à Estrella.

Il ajoute que, depuis le ministère public, « nous sommes disposés à collaborer avec les chambres législatives dans cette tâche importante, qui profitera à la République dominicaine et aux institutions du système judiciaire ». Germán Brito recommande l’élimination de la classification tripartite des délits et propose qu’à sa place, la dénomination générale de crime ou de conduite punissable soit utilisée pour toutes les actions typiques, anti-juridiques et coupables, car il s’agit d’une tendance juridique plus conforme aux nouveaux temps du droit pénal matériel international.

« De la même manière », soutient-elle, « cette dénomination serait plus conforme à la partie générale de cette proposition de code, puisqu’avec elle, nous avons pris un virage vers le droit pénal allemand, en nous éloignant de la tradition française où cette division des comportements en niveaux d’affectation ou selon la nature du bien juridique protégé est plus appropriée ».

Le magistrat affirme que la rationalité du maintien des contraventions en tant que comportements punissables devant les tribunaux pénaux doit également être examinée, « alors que la tendance juridique moderne est de les dépénaliser et de les laisser être sanctionnées par le droit des sanctions administratives, surtout lorsque dans la proposition actuelle elles ne sont pas punissables par des peines privatives de liberté ».

En ce qui concerne les tentatives, il a déclaré que les tendances juridiques modernes les punissent en fonction du comportement punissable, et non du type d’infraction. « En ce sens, nous soumettons au débat pourquoi ne pas punir les comportements punissables dans tous les cas de figure dans les tentatives », suggère-t-elle.

« L’organisation des infractions au sein des sections qui leur correspondent, comme, par exemple, le détournement de fonds, qui n’est pas situé dans la sous-section du détournement de fonds ; le harcèlement moral, qui est inclus par erreur dans la section sur les agressions sexuelles », recommande-t-elle, en guise de modification.

Il souligne la nécessité de concilier la description de l’infraction d’agression sexuelle prévue aux articles 132 comme infraction de base et 139 comme circonstance aggravante.

Elle affirme également la nécessité de maintenir le concept de violence à l’égard des femmes dans le projet, en tant qu’infraction pénale différenciée de la violence fondée sur le sexe.

En ce qui concerne les infractions contre l’administration publique, il a déclaré que les descriptions, les comportements typiques devraient être révisés afin d’utiliser la terminologie correcte et une description plus précise des comportements typiques.

« Par exemple, dans le libellé de l’infraction d’extorsion, le terme « fraude » est utilisé lorsqu’il s’agit de spécifier le comportement typique aux fins de la détermination de l’amende applicable, alors que le terme correct serait « distraction ». La fraude est un concept juridique autonome. Ce qui nous préoccupe, c’est que ce terme est fréquemment utilisé dans le libellé du code comme synonyme d' »infraction », une situation qui peut générer une confusion », précise-t-elle.

Miriam Germán précise que dans le code pénal, le délit de trafic d’influence passif, la description du type est très fermée et laisse de côté la conduite de l’agent qui a de l’influence sur un fonctionnaire tiers, en vertu de la relation primaire avec le fonctionnaire dont il entend bénéficier.

LES ÉCHELLES
Le procureur suggère de concilier l’augmentation de l’échelle générale des amendes pour les infractions très graves avec les infractions de corruption. « Réconcilier l’augmentation de l’échelle générale des peines complémentaires, consistant en des déchéances de fonctions publiques, avec les échelles des peines complémentaires imposées pour les délits de corruption.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 2 =