Constanceros misent sur le tourisme pour leur agriculture

Nous devons chercher des alternatives, et il me semble que le tourisme en est une, en raison de la richesse des microclimats de Constanza ».

Le fleuriste Teruki Waki fait partie des 30 premières familles japonaises qui se sont installées à Constanza dans les années 1950 pour travailler dans l’agriculture. Cependant, les coûts élevés et la faible rentabilité sont parmi les raisons qui font que seules deux familles de cette communauté travaillent dans ce secteur.

Tant lui que les producteurs de Constancero considèrent désormais le tourisme comme une possibilité d’enrichir l’activité agricole ou comme une option pour ceux qui souhaitent explorer un segment économique différent, mais étroitement lié.

« Les coûts élevés et la faible compétitivité par rapport aux produits importés laissent actuellement les agriculteurs avec plus de pertes, malgré tous les sacrifices qui sont faits. Nous devons chercher des alternatives, et il me semble que le tourisme est celle-là, en raison de la grande richesse des microclimats de Constanza ».

Agricultura de ConstanzaIl a expliqué que, bien qu’ils continuent à vendre des fleurs, ses enfants sont enclins au tourisme et la famille espère réaliser un projet lié à cette activité à l’avenir.

L’agriculteur était l’un des participants au lancement du guide d’écotourisme de Constanza, un recueil qui résume, en 98 pages, les principales attractions naturelles, historiques et culturelles de la municipalité. L’initiative a été menée à bien par le cluster d’écotourisme de Constanza, le ministère du tourisme et le groupe Sarma.

La promotion du tourisme peut-elle concurrencer l’agriculture ? Cette modalité insère la première activité de l’homme dans la chaîne de valeur du tourisme, formant un complément qui permet de pousser plus loin son développement, a déclaré le vice-ministre de la Coopération du ministère du Tourisme, Carlos Peguero.

Il a expliqué que cela représente une expansion pour le tourisme, qu’il considère comme l’un des principaux aspects de la reprise économique en 2021, avec une croissance de 30% par rapport à l’année de la pandémie (2020). « En voyant ce créneau de croissance, le ministère considère que nous devons continuer à promouvoir le développement du tourisme intérieur », a-t-il déclaré.

En savoir plus: ACTUALITÉS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

10 − deux =