Intégration accrue, énergies propres, moteurs de croissance pour le Latam

Une plus grande intégration régionale, la production d’énergies propres tirant parti des ressources naturelles abondantes et la lutte contre la corruption pourraient être des moteurs de la croissance en Amérique latine, selon les dirigeants de plusieurs pays du continent, qui se sont exprimés au Forum de Davos mercredi.

Lors du panel « Leadership pour l’Amérique latine » qui s’est tenu aujourd’hui au Forum de Davos, le président colombien, Gustavo Petro, a évoqué le potentiel de l’Amérique latine à générer des énergies propres dans le cadre de la lutte mondiale contre la crise climatique.

Son collègue de l’Équateur, Guillermo Lasso, a évoqué la lutte contre la corruption afin d’investir dans le social, et celui du Costa Rica, Rodrigo Chaves, les mesures visant à améliorer le climat d’investissement.

Le ministre brésilien des finances, Fernando Haddad, a appelé à une véritable intégration régionale et à faire du continent américain « un centre mondial de production d’énergie propre », et la vice-présidente de la République dominicaine, Raquel Peña, a expliqué que son pays accorde une attention particulière aux PME, qui contribuent de manière significative à la croissance économique.

« En Amérique du Sud, nous avons deux grands potentiels par rapport à la crise climatique, pour contribuer à la gestion de ce problème mondial, et cela passe par la capacité de la région à générer des énergies propres et à protéger l’Amazonie », a déclaré M. Petro.

M. Petro a souligné la capacité de tous les pays de la région à « générer de l’énergie propre, ce qui est très difficile en Europe, ce qui est très difficile aux États-Unis ».

« Nous pourrions parfaitement, si nous construisons un réseau électrique américain de la Patagonie à l’Alaska (États-Unis), vendre d’une certaine manière notre potentiel d’énergie propre pour aider les États-Unis à changer leur matrice énergétique, ce qui est le premier élément pour une solution à la crise », a-t-il déclaré.

« Nous passerions d’une matrice centrée sur le pétrole et le charbon (…) à une matrice d’investissements étrangers centrée sur la construction d’énergies propres en Amérique du Sud, avec un marché garanti », a-t-il déclaré.

La transformation impliquerait également de passer d’une économie extractiviste à une économie productive, a-t-il ajouté.

Lasso, à son tour, a souligné la lutte de son gouvernement contre la corruption et aussi la vaccination comme les aspects fondamentaux qui ont permis à l’économie de son pays de progresser après la crise aggravée par la pandémie de covid-19.

« J’ai toujours dit que le contrôle de la pandémie faisait partie du plan économique de l’Équateur », a-t-il déclaré. Et il a noté qu’en 2021, « la première année post-pandémie ou partie de la pandémie, nous avons atteint une croissance économique de 4,2 %. En 2022, nous mettons de l’ordre dans les finances publiques ».

« La lutte contre la corruption, le contrôle des finances publiques, des dépenses publiques, en évitant le gaspillage, génère des ressources pour pouvoir investir dans les questions sociales », a-t-il déclaré.

Pour sa part, M. Chaves a déclaré que le Costa Rica s’est efforcé d’améliorer le climat d’investissement et travaille à des actions visant à développer ce marché.

Dans le cadre de sa stratégie d’intégration avec l’Amérique latine, il a déclaré que lui et le président de l’Équateur allaient signer un accord de libre-échange après des mois de négociation, et que le Costa Rica cherchait également à faire partie de l’Alliance du Pacifique.

En l’absence du président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva à Davos, son ministre des finances, M. Haddad, a appelé à une véritable intégration régionale et à faire du continent américain « un centre mondial de production d’énergie propre ».

Il a expliqué comment le style de gouvernement de Lula, qui consiste à renforcer les relations avec le reste du monde, a permis, au cours des huit années de son premier mandat, de faire croître le Brésil de 8 % alors que la croissance mondiale était de 2 %.

M. Haddad a soutenu les idées de M. Petro sur la génération d’énergies propres, à partir du soleil, du vent ou de l’hydrogène vert, qui, a-t-il dit, bien qu’elles aient la limite d’être difficiles à transporter, est également un potentiel qui attire les entreprises qui veulent produire à partir d’énergies propres.

Source: Eldinero.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × cinq =