La RD cherche à devenir la principale destination touristique de l’aviation privée

Les organes qui régissent l’aviation commerciale en République dominicaine cherchent à faire du pays la principale destination du tourisme aérien privé, créant en même temps le nouveau protocole pour les opérations aériennes intérieures sur le territoire national.

L’Institut Dominicain de l’Aviation Civile (IDAC), le Conseil de l’Aviation Civile (JAC) et le Département de l’Aéroport, comprennent que la République Dominicaine a toutes les conditions nécessaires pour que le pays reçoive entre 45 et 50 vols touristiques privés chaque année.

« Avec nos projets et le travail que nous développons conjointement, nous avons l’intention de faire de notre République dominicaine la principale nation des Caraïbes qui reçoit annuellement le plus grand nombre de vols touristiques privés et d’excursions aériennes depuis différentes destinations ».

Les expressions étaient les directeurs de l’Institut dominicain de l’aviation civile (IDAC), Hector Porcella, Victor Pichardo, directeur du département des aéroports et le président du Conseil de l’aviation civile (JAC), qui sont les organes qui régissent l’aviation commerciale dominicaine.

« Le nouvel instrument réglementaire, parrainé par le président Luis Abinader et approuvé par les institutions responsables du trafic aérien, crée les conditions permettant à la République dominicaine de concurrencer avantageusement l’important marché touristique de l’aviation privée, qui déplace chaque année entre 45 000 et 50 000 avions dans les Caraïbes », ont déclaré les responsables.

Ils ont indiqué que les institutions du secteur, ont créé une table de travail et ont convenu de définir un protocole pour encourager cet important segment touristique de grande consommation, qui attire des milliers de pilotes de différentes parties du monde, en particulier des États-Unis et du Canada.

Le premier à prendre la parole a été le directeur de l’IDAC, Héctor Porcella, qui a déclaré que pour parvenir à ce protocole, qui permet d’éliminer les obstacles bureaucratiques qui entravaient cette activité, le président Abinader a joué un rôle clé dans le cadre de son engagement en faveur du  » zéro bureaucratie « , ou du moins du minimum nécessaire pour garantir la sécurité des opérations et le respect des lois du pays.

M. Porcella a reconnu les efforts déployés par le directeur du département de l’aéroport, Victor Pichardo, ainsi que par le commandant général de l’armée de l’air de la République dominicaine, le général de division Leonel Muñoz Noboa, pour lever les obstacles bureaucratiques et faciliter la mise en œuvre du nouveau protocole.

Il a expliqué que les aéroclubs dominicains ont été impliqués dans cette tâche, car ce sont eux qui ont le « savoir-faire », la connaissance des situations quotidiennes et la plupart des plaintes concernant les obstacles qui ont affecté cette activité.

« Il est bon de rappeler que prendre l’avion, par exemple à l’aéroport de La Isabela, pour se rendre à Punta Cana, Puerto Plata, Barahona ou Montecristi, c’est comme prendre un moyen de transport terrestre, mais beaucoup plus rapide et aussi sûr que n’importe quel autre moyen de transport », a déclaré M. Porcella dans le cadre du tourisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − 7 =