La RD présente sa candidature au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

La République dominicaine a lancé sa candidature pour faire partie des 47 États responsables du renforcement, de la promotion et de la protection des droits de l’homme dans le monde, en tant que membre du Conseil des droits de l’homme (CDH) des Nations unies (ONU) pour la période 2024-2026.

Le pays cherche à assumer, pour la première fois, les engagements de travail qu’il a définis à cet égard, après sa récente participation en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, et compte tenu de l’intérêt du président de la République, Luis Abinader, à collaborer au niveau international au renforcement des droits de l’homme.

Le ministre des affaires étrangères, Roberto Álvarez, a déclaré que le ministère des affaires étrangères, ainsi que d’autres institutions de l’État et le service des affaires étrangères, continueront à travailler dur pour obtenir cette position importante dans le cadre de l’axe numéro trois de la politique étrangère qui vise à promouvoir les valeurs démocratiques et les droits de l’homme inscrits dans la constitution et les traités internationaux. Cette position a été présentée aux membres du corps diplomatique et des organisations internationales accrédités dans le pays, aux fonctionnaires du gouvernement dominicain, aux hommes d’affaires, aux leaders d’opinion et aux représentants de la société civile.

M. Álvarez a souligné que le pays s’est engagé à continuer de faire progresser l’égalité des sexes, à œuvrer à l’abolition de la peine de mort, du travail et du mariage des enfants, à défendre la liberté d’expression, la participation sociale et la non-impunité, à soutenir l’indépendance du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme et à renforcer la mise en œuvre nationale des obligations relatives aux droits de l’homme.

« Le gouvernement dominicain comprend que le fait d’avoir un siège au Conseil des droits de l’homme (CDH) donnerait au pays l’espace idéal pour se positionner en tant que leader régional sur les questions liées aux droits fondamentaux et, à son tour, promouvoir un dialogue participatif et ouvert du point de vue d’un pays qui reçoit et envoie des migrants », a ajouté le ministre.

L’élection des membres du CDH est prévue en octobre 2023 lors de l’Assemblée générale des Nations unies. Selon les statuts, les membres de l’organe onusien seront élus directement et individuellement au scrutin secret et à la majorité.

À propos du Conseil des droits de l’homme de l’ONU
Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies (CDH) a été créé en mars 2006, par la résolution 60/251 de l’ONU, en tant qu’organe intergouvernemental du système des Nations unies, composé de 47 États membres, qui sont chargés de promouvoir et de protéger les droits de l’homme dans le monde. La résolution établissant le CDH prévoit que, pour des raisons d’équité géographique, 13 des États membres doivent appartenir au groupe africain, 13 au groupe Asie et Pacifique, 6 au groupe Europe de l’Est, 8 au groupe Amérique latine et Caraïbes et 7 au groupe Europe occidentale et autres.

Les membres du Conseil servent un mandat de trois ans et ne sont pas éligibles à une réélection immédiate après deux mandats consécutifs. En outre, les statuts de l’Organisation prévoient le renouvellement annuel d’un tiers de ses membres.

Le CDH se réunit normalement trois fois par an, en mars, juin et septembre, au siège de l’ONU à Genève, en Suisse. Toutefois, l’organe a le pouvoir de convoquer des réunions urgentes pour répondre à des situations d’urgence en matière de droits de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2 × cinq =