La République dominicaine figure parmi les pays où les investissements à l’étranger sont les plus faibles

Les sorties de capitaux locaux se sont élevées à 152,9 millions USD en 2021. Les entrées s’élèvent à 3 197 millions de dollars

La République dominicaine a connu une année record en 2022, dépassant la barre des 4 milliards de dollars en termes d’investissements directs étrangers (IDE). Selon un rapport de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), ces chiffres interviennent à un moment où ce poste a diminué dans la plupart des pays. La moyenne des îles a enregistré une croissance interannuelle de 25,45%.

C’est ainsi que la République dominicaine est entrée dans le top 20 des marchés émergents les plus attractifs pour l’afflux de capitaux étrangers. C’est ce que révèle le Kearney Foreign Direct Investment Confidence Index 2023. La nation caribéenne se positionne juste derrière le Pérou et la Colombie.

Certains des secteurs qui ont concentré ces devises étrangères sont le tourisme (1 011,1 millions de dollars) et l’énergie (753,8 millions de dollars), par des pays tels que les États-Unis (1 520,9 millions de dollars), le Mexique (394 millions de dollars) ou le Canada (366 millions de dollars).

Cependant, en ce qui concerne les sorties d’investissements directs étrangers, la République dominicaine est l’un des pays qui sort le moins d’argent de ses frontières. Bien que le Centre pour l’exportation et l’investissement de la République dominicaine (ProDominicana) ne précise pas où les investisseurs dominicains placent leur argent, la Banque mondiale fournit des chiffres. Elle note que le pays a investi un peu plus de 152,9 millions de dollars américains à l’étranger en 2021.

Ce montant est l’un des plus bas de la région, dépassant seulement la Bolivie (91 millions de dollars), le Paraguay (15 millions de dollars), le Nicaragua (13 millions de dollars) et le Belize (1 million de dollars). L’Équateur ne dispose pas de données, mais dans le cas du Panama, il enregistre des pertes en capital de plus de 285 millions de dollars.

Investissements dominicains

Comme le précise le département d’État américain, il n’existe aucune restriction légale ou gouvernementale aux investissements dominicains à l’étranger dans le pays. Malgré cela, « le gouvernement ne fait pas grand-chose pour les promouvoir », soulignent-ils.

À cet égard, ils soulignent que les investissements étrangers sortants sont nettement inférieurs aux investissements entrants, et que le plus grand bénéficiaire à l’étranger est les États-Unis. Cependant, les données du Bureau américain d’analyse économique ne montrent pas le montant exact des affaires dominicaines aux États-Unis.

En effet, bien qu’elles détaillent les investissements en provenance des « îles britanniques et des Caraïbes », ces dernières n’incluent pas la République dominicaine, mais se composent des « îles Vierges britanniques, des îles Caïmans, de Montserrat et des îles Turques et Caïques », qui ont réalisé des investissements de plus de 116,392 millions de dollars américains en 2021. Les « autres » pays d’Amérique latine ne représentent que 11,717 millions de dollars.

Les chiffres exacts des investissements dominicains à l’étranger peuvent être consultés au Panama, où, selon les données de l’Institut des statistiques et de la Cenco (INEC) du pays, pour la seule année 2021, les entreprises d’origine dominicaine représentaient un revenu de 451 661 balboas, soit 451 660 dollars américains.

Parmi les entreprises locales de ce pays, on peut citer Grupo MARTÍ, qui est un concessionnaire de voitures Volvo. Le groupe Estrella, quant à lui, réalise de nombreux travaux d’infrastructure en Amérique centrale et dans les Caraïbes, dont la reconstruction des rues de la ville de Panama.

Amérique latine et Caraïbes

Selon les données de la CEPALC, en 2021, les sorties de capitaux provenant des entrées d’IDE ont représenté 2,1 % du produit intérieur brut (PIB) de la région, ce qui est plus élevé qu’en 2020 (1,9 % du PIB) et similaire aux niveaux d’avant la pandémie (2,2 % et 2,1 % en 2018 et 2019, respectivement). En d’autres termes, le réinvestissement des entrées de devises dans les pays d’où elles proviennent.

La réactivation des activités des transnationales dans la région a entraîné des sorties d’IDE de 43 046 millions de dollars, soit près de quatre fois plus qu’en 2020. En ce sens, les pays qui ont représenté le plus grand flux d’argent ces dernières années sont le Brésil, le Chili, la Colombie et le Mexique, responsables de 86 % du total en 2021.

Dans le même ordre, les investisseurs brésiliens ont investi 19 157 millions de dollars. Pour sa part, la sortie de devises du Chili s’est élevée à environ 14,454 milliards de dollars (soit une augmentation de 116 % par rapport à 2020), ce qui constitue également l’un des chiffres les plus élevés de la dernière décennie.

Les investissements directs à l’étranger de la Colombie ont presque doublé par rapport à l’année précédente, s’élevant à 3,181 milliards de dollars. Le Mexique, qui représentait 24 % des IDE sortants dans la région dans les années 2010, n’en représentait plus que 1 % en 2021, avec 396 millions de dollars.

Comme l’indique la CEPALC, l’Uruguay et le Panama ont également des volumes importants d’investissements sortants, mais il s’agit généralement d’entreprises de pays tiers qui les utilisent comme base pour les opérations financières d’entreprises de leur propre pays.

Source: Eldinero.com

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 1 =

Verified by MonsterInsights