La taxe dominicaine sur le tabac ne sera pas appliquée ; les États-Unis abandonnent le projet de loi

La République dominicaine a réussi à obtenir du Congrès des États-Unis (US) qu’il renonce à appliquer une taxe sur le tabac qui, si elle avait été mise en œuvre, aurait frappé très durement l’industrie locale du tabac.

L’information a été donnée hier par le ministre de l’industrie et du commerce et Mypimes, Victor (Ito) Bisonó, qui a souligné que c’était le résultat d’un vaste programme de travail élaboré par la délégation dominicaine à Washington.

« Cette semaine, nous avons épuisé un vaste programme de travail à Washington pour assurer le suivi des communications envoyées aux deux chambres du Congrès américain et avons partagé des informations actualisées sur l’impact du secteur sur notre économie et nos préoccupations concernant l’initiative », a déclaré le ministre sur son compte Twitter.

M. Bisonó a salué l’avancement des discussions sur le projet de loi dit « Build Back Better », un plan du président Joe Biden qui vise à contribuer à la relance économique des États-Unis après l’impact de la pandémie de coronavirus, et a souligné que la version actuelle de l’initiative exclut le tabac et les cigares dominicains de son champ d’application.

Le ministre a rappelé que cela aurait été un coup dur pour l’industrie locale car l’impact sur les exportations aurait pu atteindre 600%.

« Si cette loi devait être approuvée, nos exportations de cigares seraient affectées de plus de 650 millions de dollars US rien que la première année, et nous perdrions plus de 40 000 emplois directs et un nombre plus élevé d’emplois indirects », a-t-il déclaré.

Préoccupation

Lorsque ces projets ont été connus, le pays s’est montré très inquiet, car s’ils étaient mis à exécution, ils auraient été dévastateurs pour l’industrie dominicaine du tabac.

Immédiatement, une délégation de Dominicains, conduite par Bisonó, s’est rendue à Washington, aux États-Unis, pour parler aux membres du Congrès américain de l’impact négatif que cette mesure aurait sur le pays.

« Depuis le ministère de l’Industrie et du Commerce et Mypimes (MICM), nous continuons à défendre le secteur, les emplois qu’il génère et les près de 1,2 milliard de dollars que nous exporterons cette année, en donnant au tabac et à nos cigares la place qu’ils ont méritée en tant que produit vedette de notre pays », a déclaré le ministre.

Exportations vers les États-Unis

En avril dernier, le MICM a indiqué que les exportations de tabac vers le marché américain avaient augmenté d’environ 50 % depuis le début de l’année.

Rien qu’en janvier, quelque 5,9 millions de cigares dominicains ont été exportés vers les États-Unis, selon l’agence.

Exportations

Au cours des cinq dernières années, le tabac a représenté 15 % des exportations des zones franches et 8 % des exportations totales.

Leadership

La RD est devenue l’un des plus grands exportateurs mondiaux de tabac biologique et le premier producteur de cigares de qualité.

Relancez

L’année dernière, l’industrie du tabac a été relancée afin de consolider la position du pays en tant que premier exportateur mondial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

16 + dix-huit =