Le boom touristique de la République dominicaine

Le tourisme remplit la République dominicaine de bonnes nouvelles en 2022. Le succès de la participation du pays à FITUR, le rôle prépondérant joué lors du principal congrès mondial des croisières qui s’est tenu à Miami fin avril et la récente reconnaissance accordée par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) et reçue par le président Luis Abinader et le ministre David Collado à Saint-Domingue sont autant d’étapes qui renforcent la destination dominicaine comme lieu de vacances par excellence.

Les statistiques du ministère du tourisme indiquent que, au cours des quatre premiers mois de 2022, 2,2 millions de touristes sont arrivés dans le pays par voie aérienne, ainsi que près de 320 000 sur des bateaux de croisière. Si l’on tient compte de l’époque Omicron dans laquelle nous avons vécu pendant une grande partie de cette période et des restrictions que cela a entraînées, ainsi que de l’effet négatif de l’invasion russe en Ukraine, deux pays importants pour le secteur dans le pays, le chiffre peut être considéré comme très positif. Si ce rythme se poursuit, et sans qu’aucune nouvelle difficulté ne vienne l’affecter, il est possible d’envisager une année 2022 où la barrière des 5 millions de touristes sera à nouveau dépassée, cette fois de loin, et de poursuivre ainsi le chemin vers le chiffre record de près de 6,5 millions accueilli en 2019.

Un autre aspect lié au secteur est celui de l’investissement, et depuis le début de la réouverture de l’économie à l’été 2020, le gouvernement de la République dominicaine a clairement indiqué que la reprise devait s’accompagner d’une croissance de l’offre de logements. Selon les données fournies par Asonahores à la fin de l’année dernière, en 2021, il y a eu de nouveaux investissements dans le secteur pour plus de 550 millions de dollars. Un an plus tôt, au plus fort de la pandémie, ils étaient presque deux fois plus élevés, selon un article de Bloomberg que j’ai lu il y a moins de deux mois. Dans le même article, le ministre du tourisme, David Collado, aurait déclaré que le plan vise à mobiliser 8 milliards de dollars d’investissements supplémentaires dans le secteur au cours des trois prochaines années. Sans aucun doute, les efforts déployés dans la région de Miches, mais surtout le grand plan pour Pedernales du gouvernement actuel, présenté avec succès dans le cadre de FITUR en janvier, doivent être un élément clé pour que ces prétentions se concrétisent.

Il ne fait aucun doute que la reprise du secteur en tant que moteur de l’économie nationale poursuit son processus ascendant, en grande partie grâce aux efforts déployés par le pays pour se positionner sur ses marchés émetteurs. Il était nécessaire de leur dire que la République dominicaine est sûre pour les vacances et cela a été fait. Il était nécessaire de démontrer que le secteur est consolidé et a plus de potentiel de croissance, et c’est ce qui est en train d’être fait. Nous avons dû nous asseoir avec les compagnies aériennes pour permettre plus de routes et plus de vols, et les connexions ont été augmentées : 48 nouvelles routes selon les rapports du Conseil de l’aviation civile (JAC).

Et c’est quelque chose que nous devons non seulement continuer à faire, mais aussi multiplier, tant pour attirer plus de touristes que pour générer ces investissements qui permettent de réaliser les intentions du ministre Collado. Punta Cana, Bávaro, Cap Cana, La Romana, Puerto Plata, Samana, Las Terrenas… sont des destinations qui fonctionnent déjà presque à plein régime. Le soleil et la plage continuent d’être le moteur de ce moment très positif et plein d’espoir que vit le tourisme dominicain. Mais la pandémie a également servi à mettre en évidence la nécessité de travailler sur des plans visant à promouvoir une réelle diversité, de sorte que le « tout y est » de la marque soit complété par « j’ai tout apprécié » : les sports de montagne et l’agrotourisme à Constanza et Jarabacoa, l’odeur du cacao des fermes de San Francisco, l’art et la culture de Santiago de los Caballeros, capitale d’un Cibao d’où, me disent mes amis dominicains, sont exportés les meilleurs cigares du monde, la randonnée de paysages naturels spectaculaires dans les parcs nationaux et, bien sûr, l’histoire de la première ville d’Amérique : la ville coloniale. Outre le merengue et la bachata d’un pays qui est également devenu, au fil des ans, la capitale gastronomique de la région en investissant temps et argent dans son offre culinaire.La promotion doit se poursuivre, et la diversité de l’offre doit s’accroître. Et surtout, pour attirer de nouveaux touristes, de nouveaux investissements et plus de dépenses dans chaque destination visitée. La visibilité reste un point fort de la promotion. Si nous ajoutons à cela un bon investissement en stratégie et tactique pour augmenter la convertibilité de ceux qui sont intéressés à venir mais restent dans un simple « vu », sans acheter leur billet d’avion, les presque 8,5% que le tourisme contribue au PIB national selon la Banque centrale – dans l’article de Bloomberg, j’ai lu que le ministère estime que l’impact réel est d’environ 30% pour les services auxiliaires qu’il affecte – vont croître et, avec lui, aussi l’économie du pays d’Amérique latine et des Caraïbes qui a eu l’un des cinq taux de croissance les plus élevés du monde au cours des cinq dernières années.

La promotion doit se poursuivre, et la diversité de l’offre doit s’accroître. Et surtout, pour attirer de nouveaux touristes, de nouveaux investissements et plus de dépenses dans chaque destination visitée. La visibilité reste un point fort de la promotion. Si nous ajoutons à cela un bon investissement en stratégie et tactique pour augmenter la convertibilité de ceux qui sont intéressés à venir mais restent dans un simple « vu », sans acheter leur billet d’avion, les presque 8,5% que le tourisme contribue au PIB national selon la Banque centrale – dans l’article de Bloomberg, j’ai lu que le ministère estime que l’impact réel est d’environ 30% pour les services auxiliaires qu’il affecte – vont croître et, avec lui, aussi l’économie du pays d’Amérique latine et des Caraïbes qui a eu l’une des cinq meilleures performances en 2021, avec une croissance de 12,3%. La République dominicaine traverse un excellent moment en matière de tourisme et le rythme ne peut et ne doit pas s’arrêter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

13 + trois =