Le ministre de l’environnement présente les progrès et les défis de son administration

Le ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles, Miguel Ceara Hatton, a tenu une réunion-conversation avec des journalistes, au cours de laquelle il a présenté les avancées en matière de gestion environnementale, de transparence des processus institutionnels et de délivrance de permis.

M. Ceara Hatton a souligné l’importance du processus d’organisation et de transparence des processus utilisés par le ministère pour fournir des services au public. Il a également souligné l’importance de l’institution pour son impact sur l’ensemble du territoire national, tout en déplorant qu’elle ait été soumise pendant des décennies à un processus d’affaiblissement institutionnel : « Au cours des deux dernières décennies, il y a eu une politique délibérée d’affaiblissement du ministère, sur le plan technique, financier et des ressources en général ».

« Historiquement, il y a eu une tendance à affaiblir le ministère de l’environnement, parce que le ministère a légalement beaucoup d’influence et détermine la prise de décision. Il décide même si des projets d’un million de dollars peuvent être réalisés ou non, tout ce qui est construit dans le pays doit passer par lui, toutes les usines qui veulent s’installer doivent passer par lui, toute l’activité économique doit passer par lui », a déclaré Ceara Hatton.

Il a souligné le grand pouvoir que le cadre juridique confère au ministère dans la société dominicaine. À titre d’exemple, il a déclaré que « nous avons refusé des permis à certaines institutions, hôtels ou autres, pour qu’elles s’établissent, ou nous avons établi des règles pour qu’elles n’affectent pas l’environnement. Tout cela a créé une grande tension dans le pays », a-t-il déclaré.

Il a remercié les journalistes qui ont assisté à la discussion qui s’est tenue dans la salle polyvalente du ministère de l’environnement. Les vice-ministres Indhira de Jesús, Milagros de Camps, René Mateo et Federico Franco, ainsi que la directrice juridique, Ana Patricia Ossers, ont participé à la réunion.

Ceara Hatton a déclaré que le plus grand défi pour le ministère de l’environnement et des ressources naturelles était de « redonner de l’enthousiasme à une population active vieillissante qui a la responsabilité de créer les conditions pour changer l’avenir, en fait des 4 373 employés permanents ».

« Trente pour cent des employés du ministère ont plus de 60 ans et le groupe d’âge le plus fréquent est celui des 60-65 ans (13,2 %). L’âge médian est de 50 ans, c’est-à-dire que la moitié des employés permanents a plus de 50 ans et l’autre moitié moins de 50 ans », a-t-il expliqué.

Il a évoqué l’engagement de la République dominicaine à former des techniciens et des professionnels dans les domaines liés à la protection de l’environnement et à résoudre les problèmes liés au changement climatique, qui constitue un défi majeur pour les pays disposant de moins de ressources, comme la République dominicaine.

Il a souligné que son administration a achevé un processus de revalorisation des salaires : « Les salaires de plus de 1.568 employés ont été revalorisés, avec une moyenne de 50%, pour un montant de RD 17,4 millions ».

Ceara Hatton a également souligné des initiatives telles que le Plan national de reboisement et de restauration des écosystèmes forestiers, les alliances avec la communauté universitaire et le secteur environnemental pour relever ensemble les défis liés à la protection du Système national d’aires protégées. Il a également évoqué la nécessité pour l’ensemble de la société dominicaine de comprendre qu’il est nécessaire de renforcer le régime des conséquences, afin que les procureurs et les juges puissent punir plus efficacement les personnes qui enfreignent les lois sur l’environnement.

Source :Presidencia.gob.do

author avatar
République Dominicaine Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 − 2 =

Verified by MonsterInsights