Les efforts pour relever le défi des sargasses sont coordonnés

Les autorités du ministère de l’économie, de la planification et du développement (MEPyD), ont rencontré les dirigeants de la fondation Puntacana Group et les représentants de l’Institut technologique de Saint-Domingue (INTEC), avec lesquels ils ont discuté de l’importance d’articuler les efforts pour relever durablement le défi des sargasses qui affectent les côtes du pays.

La réunion s’est tenue à la veille de la célébration de la Journée internationale du nettoyage des plages, ce samedi 17 septembre. Les côtes des Caraïbes, y compris celles de la République dominicaine, sont pleines de sargasses.

La rencontre avec la ministre de l’Économie, Pável Isa Contreras, s’est déroulée en présence du vice-président de la Fondation du Groupe Puntacana, Jake Kheel, de la directrice financière du Groupe Punta Cana, Francesca Rainieri, du coordinateur de Beach and Marine, Daniel García, du recteur de l’INTEC, Julio Sánchez Maríñez, du directeur de la formation continue de l’université, Carlos Sánchez, et du coordinateur du doctorat en sciences de l’environnement de l’INTEC, Ulises Jáuregui-Haza.

Après la réunion, Isa Contreras a effectué une visite guidée, au cours de laquelle il a observé le système de barrières et de collecte dans l’eau, la collecte de sargasses et le centre d’innovation marine.

L’économiste et chercheur a souligné l’importance de relever le défi du sargassum pour la durabilité. Il a également déclaré qu’il s’agit d’un phénomène qui touche toutes les côtes des Caraïbes et d’autres endroits dans le monde.

Il a déclaré que ce n’est pas un problème qui a été créé par les économies caribéennes touchées, mais par la façon dont il est produit dans d’autres pays. « Nous payons des coûts pour ces processus de production qui endommagent l’environnement », a-t-il déclaré.

Le professeur d’université a déclaré que le ministère de l’économie est en train d’articuler les efforts du point de vue de l’environnement, de l’économie, de la communauté et du secteur privé pour aborder le problème et contenir l’effet des sargasses.

« Espérons que nous n’aurons pas à nettoyer les côtes, que nous n’aurons pas à les nettoyer, que nous n’aurons pas à prendre soin des côtes en permanence, afin de ne pas avoir à mener des opérations massives pour résoudre un problème que nous créons nous-mêmes », a conseillé le ministre, alors qu’il délivrait un message à l’occasion de la Journée internationale du nettoyage des plages.

Le ministre nous a encouragés à « confronter nos comportements, notre façon de consommer et de produire, afin que nos côtes soient plus propres, que nous puissions en profiter, que le monde entier puisse en profiter et que nous puissions maintenir le tourisme comme un moyen de subsistance digne ».

Un modèle environnemental

À ce sujet, le vice-président de la Fondation du groupe Puntacana, Jake Kheel, a expliqué que le modèle du groupe Puntacana a été de prendre soin et de préserver les ressources côtières pour contribuer au bien-être du tourisme dominicain.

« Nous célébrons tous les jours la Journée internationale du nettoyage des côtes. Nous protégeons les récifs, nous les restaurons et nous cherchons tous les jours des moyens de protéger les ressources côtières », a déclaré M. Kheel.

Rôle du monde universitaire

Le recteur de l’INTEC, Julio Sánchez Maríñez, a souligné le rôle de l’institution dans la recherche et la recherche de solutions au phénomène des sargasses qui touche les côtes du pays.

Il a souligné l’importance de cette réunion à la veille de la Journée internationale du nettoyage des plages, qui est un symbole « de ce que nous devons faire avec nos plages, nos eaux, nos forêts et notre environnement ».

De même, le coordinateur du doctorat en sciences de l’environnement de l’INTEC et coordinateur du groupe de recherche interinstitutionnel sur les sargasses de l’académie, Ulises Jáuregui-Haza, a déclaré que les côtes dominicaines reçoivent des afflux massifs de ces algues depuis 11 ans.

Il a signalé que le pays a un projet dans le secteur du tourisme, en collaboration avec des entreprises privées, l’État et d’autres académies, à la recherche de solutions à travers l’installation de barrières et la collecte de sargasses, pour réduire les dommages aux plages causés par l’afflux massif de ces algues.

Il a estimé qu’il était très important que des efforts soient faits pour garantir que les quelques ressources existantes soient mieux utilisées.

Il a également souligné l’importance de mettre en commun les connaissances de chacun des secteurs dans un objectif commun, qui est de réduire l’impact et d’avoir des résultats à court et à long terme en ce qui concerne la possibilité d’utiliser les sargasses comme une biomasse de grande valeur et qui peut avoir des avantages économiques pour le pays dans un avenir immédiat.

« D’une part, nous devons faire face à un ennemi naturel, mais d’autre part, l’homme doit prendre soin et protéger ce que nous avons et être conscient de la bonne utilisation de toutes les ressources dont nous disposons », a déclaré Mme Jáuregui-Haza, en faisant référence aux défis auxquels le pays est confronté en cette Journée internationale du nettoyage des plages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

18 − 7 =