Les hôteliers vont à INTEC pour des solutions aux sargasses

L’impact des sargasses sur le tourisme dans le pays sera le point central de la coopération entre l’Institut technologique de Saint-Domingue (INTEC) et l’Association nationale de l’hôtellerie et du tourisme de la République dominicaine (ASONAHORES), suite à la signature d’un accord de collaboration dans lequel ils s’engagent à réaliser des activités de formation, de recherche et d’identification et de promotion de solutions aux problèmes causés par les sargasses et autres qui ont un impact sur l’important secteur touristique de l’économie et de la société dominicaine.

L’accord signé par Julio Sánchez Maríñez, recteur de l’INTEC, et Rafael Blanco Tejera, président d’ASONAHORES, envisage également la mise en œuvre d’un cours diplômant pour former le personnel du secteur touristique sur la question des sargasses, en mettant l’accent sur l’exploitation de ses opportunités, entre autres activités de diffusion de la culture et d’extension des services.

L’accord a été signé lors d’une réunion tenue dans les bureaux d’Asonahores. Après la signature, le recteur Julio Sánchez Maríñez et une équipe de chercheurs du groupe de recherche interdisciplinaire sur les sargasses (GIS) de l’INTEC ont présenté à l’association du secteur du tourisme les actions que l’INTEC a développées et les recherches menées pour trouver des solutions au problème des sargasses, tant pour le tourisme que pour la vie marine et l’environnement en général.

Julio Sánchez Mariñez Rafael Blanco TejeraLes spécialistes de l’INTEC offrent à ASONAHORES leur expertise technique sur l’efficacité de l’utilisation de différents types de barrières contre les sargasses qui peuvent être installées dans le pays et sollicitent le soutien institutionnel d’ASONAHORES pour le développement du nanosatellite Quisqueya Sat, sur lequel l’université travaille sous la direction de l’ingénieur aérospatial Edwin Sanchez, afin de prédire l’arrivée des vagues de sargasses sur les côtes du pays.

« Les personnes impliquées dans le secteur du tourisme souhaitent savoir quand, où et combien de sargasses arrivent dans le pays, et dans ce sens, le Quisqueya Sat travaillera sur la prévision de l’arrivée des sargasses sur nos côtes », a déclaré Ulises Jauregui, coordinateur du doctorat en sciences environnementales et SIG à l’INTEC. En outre, les chercheurs prévoient d’utiliser les drones comme base d’une solution logicielle conçue pour surveiller et prévoir en temps utile le mouvement des sargasses à proximité de nos plages.

Jauregui a également indiqué que l’INTEC est en mesure de proposer des cours et des ateliers diplômants pour former les ressources humaines du secteur du tourisme à la gestion des sargasses. Ces cours aborderont des points fondamentaux sur la composition chimique de la macroalgue, les effets qu’elle peut avoir sur la santé, la manière de la surveiller et de la collecter, ce que l’on peut faire avec les sargasses, leur gestion durable et, surtout, le défi que leur arrivée sur les plages des Caraïbes représente pour le tourisme.

Les membres du GIS travaillent également à l’identification de produits et d’utilisations basés sur le sargassum qui peuvent lui donner une vie utile, avec des bénéfices économiques et sociaux pour les entités et les communautés affectées par l’afflux massif de sargassum.

Enfin, l’accord prévoit qu’ASONAHORES créera un programme de stages et de visites institutionnelles pour les étudiants de premier cycle, de troisième cycle et de formation continue, ainsi que d’autres activités scientifiques et universitaires.

En savoir plus: ACTUALITÉS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

cinq − 4 =