Projet de loi pour le développement de nouvelles compagnies aériennes locales

Le président Abinader annonce l’envoi au Congrès d’un projet de loi visant à éliminer les obstacles fiscaux qui entravent le développement de nouvelles compagnies aériennes.

Le président Luis Abinader a participé ce samedi au démarrage officiel des opérations de la compagnie aérienne Arajet avec son premier vol vers San Salvador, au Salvador.

Lors de l’événement, il a annoncé que dans les prochains jours, il présentera au Congrès national un projet de loi visant à éliminer les barrières fiscales qui empêchent le développement de nouvelles compagnies aériennes locales.

« Des incitations fiscales qu’en réalité l’État ne va pas cesser de recevoir parce qu’il n’y a pas de compagnies aériennes locales, parce qu’il ne cesse de recevoir quoi que ce soit qui cesse d’encourager la concurrence et c’est la logique de ce gouvernement, éliminer de nombreuses mesures qui n’avaient pas de sens, pour celles qui en ont un afin d’amener la concurrence », a souligné le président.

Avec son premier vol à destination de San Salvador, Arajet reliera 22 destinations dans 12 pays avec des tarifs avantageux et des vols directs au départ et à destination de Saint-Domingue. Dans les cinq prochaines années, elle prévoit de transporter plus de 7 millions de passagers, générant plus de 4 000 emplois directs et près de 40 000 emplois indirects dans la région.

Le président Abinader a indiqué qu’il avait demandé à Victor Pacheco, président d’Arajet, de faire jouer la concurrence pour que la diaspora puisse voyager à des prix raisonnables.

Il a souligné que pour développer le secteur du tourisme, il ne faut pas seulement parler d’hôtels et d’aéroports dans les différentes régions du pays, entre autres secteurs qui ont un impact, mais aussi disposer du nombre de places disponibles pour que les touristes puissent arriver de différentes destinations.

Le chef de l’État a également déclaré qu’il est nécessaire que ces billets aient des prix de concurrence raisonnables.

Il a indiqué que l’objectif du gouvernement dominicain est de promouvoir les compagnies aériennes locales afin de créer des entreprises et d’apporter des emplois.

Bulletins du CE

Le président a exhorté toute la population à se tenir au courant de tous les bulletins du Centre des opérations d’urgence (COE) face à l’impact possible de l’ouragan Fiona.

Il a déclaré que tous les services seront préparés dans le pays, où jusqu’à présent c’est le nord-est qui pourrait avoir le plus grand impact.

« Toutes les institutions gouvernementales sont préparées. Nous demandons à la population de rester en contact ; je répète qu’elle doit télécharger les applications du CE et de la protection civile pour savoir où se trouvent les abris », a insisté le président Abinader.

Avantages pour le tourisme

Pour sa part, le ministre du Tourisme, David Collado, a déclaré qu’ils sont sûrs qu’à partir d’aujourd’hui, le pays commencera à ressentir l’impact qu’Arajet aura pour le bénéfice du tourisme du pays, car elle contribuera à la croissance de l’industrie, en attirant plus de visiteurs de destinations avec lesquelles jusqu’à aujourd’hui il n’y avait pas de connexion directe.

Il a ajouté que cela permettra de continuer à atteindre des chiffres records en matière d’arrivées de touristes et aussi de diversifier la nationalité des visiteurs avec des tarifs équitables pour relier Saint-Domingue au continent.

De même, Victor Pacheco Mendez, président exécutif d’Arajet, a souligné que le modèle économique à bas coût et le statut de compagnie aérienne nationale attireront davantage de touristes, augmenteront la connectivité et offriront aux Dominicains la possibilité de voyager à des tarifs plus bas, à bord de nouveaux avions répondant aux normes de sécurité les plus strictes, avec notre service client dominicain distinctif et chaleureux.

« Notre mission est de faire progresser l’aviation dominicaine en proposant des tarifs bas, un service de qualité supérieure et en reliant Saint-Domingue aux principales villes d’Amérique grâce à une flotte d’avions ultramodernes », a déclaré M. Pacheco Mendez.

Dans les mois à venir, Arajet mettra en place un solide réseau de 22 destinations dans 12 pays, en arborant fièrement le drapeau dominicain et en fournissant un service orienté client sur tout le continent.

De même, Landon Loomis, VP Amérique latine, a fait remarquer que la famille d’avions 737 MAX est parfaitement adaptée au réseau d’Arajet, le 737-8 permettant de créer de nouvelles liaisons rentables et le 737-8-200 offrant une efficacité inégalée.

 » La flexibilité du 737 MAX permet à Arajet d’atteindre son objectif de démocratiser le ciel dans les Caraïbes et au-delà grâce à un service sûr, durable et fiable « , a-t-il déclaré.

Au cours du mois de septembre, Arajet continuera à lancer des opérations vers Saint Marteen dans les Caraïbes, Lima au Pérou, Mexico, Monterrey et Cancun au Mexique et Guatemala City au Guatemala. A partir d’octobre, Arajet ajoutera Curaçao, San José au Costa Rica, Quito et Guayaquil en Equateur, Medellín et Bogotá en Colombie, ainsi que des destinations en Amérique du Nord. Arajet s’attend à ce que la République dominicaine et les États-Unis concluent un accord de ciel ouvert pour commencer à relier l’Amérique du Nord et les Caraïbes par des vols point à point.

Arajet entre sur le marché avec un modèle commercial solide, soutenu stratégiquement par les grandes sociétés d’investissement mondiales Bain Capital et Griffin, afin de se consolider en tant que compagnie aérienne de classe mondiale pour la République dominicaine et les Caraïbes.

Le président Abinader était accompagné du directeur général des douanes, Eduardo Sanz Lovatón, du président du Conseil de l’aviation civile, José Marte Piantini, du directeur général par intérim de l’Institut dominicain de l’aviation civile (IDAC), Héctor Porcella, et du directeur exécutif du département des aéroports, Víctor Pichardo.

Également, la directrice générale d’Aeropuertos Dominicanos Siglo XXI (AERODOM), Mónika Infante ; l’ambassadeur de la République dominicaine au Salvador, Oscar Toledo ; le directeur de Politur, le général de brigade Minoru Matsunaga, et le directeur du CESAC, le colonel pilote Floreal Suárez Martínez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1 + cinq =