Sortie de l’impasse dans le transport touristique : Uber accepte de s’enregistrer en RD

La plateforme de services de transport Uber a convenu avec le gouvernement dominicain de s’enregistrer en tant que fournisseur de ces services, ce qui met fin à l’impasse qu’elle entretenait avec les entreprises du secteur des transports.

L’annonce a été faite à l’issue d’une réunion du Cabinet du tourisme avec les principaux dirigeants d’Uber dans la région, au cours de laquelle il a également été convenu que la société enregistrera une base de données de ses affiliés auprès de l’Institut national du transit et du transport terrestre (Intrant).

Lors de la réunion, dirigée par les ministres du Tourisme, David Collado, de la Défense, le lieutenant-général Carlos Diaz Morfa et le conseiller juridique du pouvoir exécutif, Antoliano Peralta Romero, étaient présents au nom d’Uber, Sylvia Alvarado, directeur de la politique publique des Caraïbes et de l’Amérique centrale et la région andine ; Luis Diego Oreamuno, directeur de la politique publique de l’Amérique centrale et Juanita Aguirre, directeur économique de la section politique de l’ambassade des États-Unis dans le pays.

Une commission de l’Association d’Hôtellerie et de Tourisme (Asonahores), dirigée par son président et son vice-président exécutif, Rafael Blanco Tejera, Andrés Marranzini, respectivement, a également participé à la réunion. Cette entité a facilité la rencontre entre le secteur public et le secteur privé afin de faciliter la faisabilité d’un dialogue qui apportera des solutions permettant d’assurer la sécurité et un bon service aux utilisateurs des services de transport privé dans les zones touristiques de la République Dominicaine.

Le ministre Collado a salué l’accord et l’a défini comme un grand pas en avant pour garantir un service beaucoup plus efficace en faveur des utilisateurs de taxis.

« Cet accord est quelque chose d’extraordinaire et quelque chose que tout le monde voulait. Nous sommes parvenus à un pré-accord qui sera annoncé publiquement dans les prochains jours, ce qui montre la capacité de consensus du gouvernement du président Abinader », a-t-il déclaré.

En outre, le ministre a déclaré que « la réunion d’aujourd’hui a été très fructueuse, Uber a admis publiquement que l’État dominicain n’a pas eu de problèmes pour eux de travailler à travers sa plate-forme en République dominicaine.

« D’ici mardi, l’entreprise s’est engagée à s’inscrire et demain, il y aura une autre réunion à la consultation juridique du pouvoir exécutif et ils parviendront à un accord à la table de travail qu’ils ont déjà eue avec Asonahores, avec les propriétaires des hôtels et des aéroports sur la façon dont ils vont travailler », a-t-il ajouté.
Entre-temps, le ministre de la Défense a déclaré que la réunion de demain aura pour but de « définir certains points sur le plan juridique, de s’enregistrer dans le pays en tant qu’entité de transport, d’apporter les documents nécessaires et d’envoyer la liste des conducteurs qu’ils ont, des véhicules, des plaques d’immatriculation ».
Lors de la réunion, qui s’est tenue à l’hôtel Homewood Suites by Hilton Santo Domingo, le Cabinet du tourisme a demandé à Intrant de veiller à ce que les entreprises fournissant des services de transport touristique effectuent leur processus d’enregistrement auprès de cet organisme dans les 15 jours suivant le 29 octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

5 × quatre =