Heriberto Morrison, scientifique du sport

Dans les brillantes années quatre-vingt, alors que je travaillais comme rédacteur de la section sportive d’El Nacional – qui était le concurrent de La Noticia – et correspondant de l’agence de presse étrangère United Press International (UPI), j’étais enchanté par les articles sur le baseball écrits de la fine plume d’Heriberto Morrison.

Morrison, qui est également un expert en boxe, s’est éloigné de ces domaines pour se consacrer à plein temps à l’écriture sur l’olympisme et à la conception d’ébauches scientifiques sur la politique sportive au niveau de l’Amérique latine et des Caraïbes.

Son profil professionnel est vaste. Dans ce travail, il ne faut pas oublier que son livre Facts and Feats of Dominican Players in the Major Leagues se trouve à la Bibliothèque du Congrès des États-Unis. Il s’agit du premier texte de ce type écrit par un journaliste sportif dominicain et accepté – par décision d’un jury – comme texte officiel avec un numéro d’enregistrement.

Legislación Deportiva Dominicana y Estudio Comparado est l’un des ouvrages les plus importants de la bibliographie sportive de l’Amérique latine et des Caraïbes, à la limite de la science du sport.

Ce travail a permis à Morrison d’être engagé par la prestigieuse maison d’édition espagnole Editorial Española Océano. Il a été contracté comme exposant de l’histoire du sport dans l’Encyclopédie de la République dominicaine.

Il a également écrit plusieurs livres sur la politique sportive, basés sur ce sujet en raison de son caractère novateur dans notre pays. Certains de ces ouvrages sont consultés à l’étranger.

Dans un de ses livres, concernant l’âge des athlètes, il fait une évaluation scientifique… il l’analyse en fonction du talent, de l’attitude physique, chronologique et biologique. Il analyse également le dopage des athlètes.

Il a également passé six ans dans l’administration publique en tant que vice-ministre technique, quatre ans comme directeur général des sports, quatre ans comme directeur du plan général du ministère des sports et autant de temps comme chef de cabinet du même organisme d’État.

Lorsque j’étais lycéen, j’ai lu le concept suivant, écrit par le célèbre intellectuel américain d’origine hongroise Georges Politzer : « La théorie est la connaissance des choses que nous voulons réaliser. La pratique est le fait accompli.

En tant que scientifique du sport, Morrison a mis ses connaissances en pratique… c’est là que réside son grand héritage, également en tant que fonctionnaire (technique) du ministère des sports.

Synthèse : La vérité flotte toujours. Les contributions évidentes d’Heriberto Morrison au développement du sport ne peuvent être niées.

Puissent ces grandes contributions ne pas rester dans l’obscurité de l’histoire du sport national !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + cinq =