Collado met en garde les transporteurs contre la mise en péril du secteur du tourisme

Le ministre du tourisme, David Collado, a informé que le tourisme en République dominicaine est avant tout, c’est pourquoi il est attentif à la mise en œuvre et au respect de l’accord d’exploitation conclu par les plateformes technologiques qui offrent des services de transport dans les zones touristiques.

Sa mise en garde est due au fait que lundi dernier, plusieurs syndicats de Veron-Punta Cana se sont postés au carrefour Coco-Loco comme une forme de protestation pacifique dans le but d’exiger que les autorités se conforment au règlement 515-21, comme stipulé et aussi à la loi 63-17 de mobilité, transport, transit et sécurité routière de la RD.

« Nous ne pouvons pas mettre en jeu ce qui se passe dans le secteur du tourisme ; plus de 700 000 touristes viennent dans le pays, plus de 181 000 emplois ont été récupérés ; les tour-opérateurs, les agences de voyage et les autres secteurs qui composent le tourisme sont touchés, et trop de choses sont en jeu », a souligné M. Collado.

Il a déclaré à arecoa.com qu’Uber se conforme à ce qui a été convenu avec le gouvernement, « Après qu’ils se soient enregistrés et que l’on sache qui sont leurs employés, ce qui intéresse le gouvernement, la question est entre les mains d’Asonahores parce que les hôtels sont une propriété privée, tout comme l’aéroport, et ce qui doit être fait est de parvenir à un accord ».

Il a précisé qu’Andrés Marranzini, vice-président exécutif d’Asonahores, et responsable des négociations entre les chauffeurs de taxi, s’est réuni avec les syndicats où une autre réunion a été coordonnée mercredi et jeudi prochains à midi pour poursuivre le processus de régularisation d’Uber dans le pays.

« Asonahores m’a dit que tout se passe bien. Ils (les guildes de taxis de l’Est) ont levé la grève à 10 heures du matin et ont convenu qu’ils ne feraient plus rien jusqu’à ce qu’ils rencontrent jeudi l’Association des hôtels », a-t-il déclaré.

Il explique que le problème est le suivant : « Ils iront chez Intrant pour déposer la documentation requise ce mardi, ils rencontreront mercredi Asonahores et l’idée est que jeudi il y aura une réunion entre tout le monde : Intrant, Asonahores et les chauffeurs de taxi pour parvenir à un accord final.

En outre, M. Collado a déclaré qu’après la dernière réunion, il ne restait plus que trois points à convenir entre les parties. « Nous sommes optimistes et je sais que d’ici vendredi, la question sera réglée en scellant un accord ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − 11 =