Le Sud s’engage à développer le tourisme communautaire

La visite des attractions de la région sud de la République dominicaine permet aux touristes de combiner plaisir et préservation de l’identité des localités visitées. En raison de ces facteurs, les entrepreneurs locaux misent sur le développement du tourisme communautaire, une tendance qui a pris de l’ampleur après la pandémie.

Un restaurant en bois avec un toit en rotin accueille le visiteur. Le restaurant Primitivo offre aux convives un espace décoré de pièces typiquement dominicaines qui semblent immortalisées dans l’antiquité, tandis qu’un merengue résonne dans les haut-parleurs et invite les nouveaux venus à danser.

La propriétaire de cet établissement, Yaina Rosario, affirme que l’objectif est de fusionner la nourriture typique avec des recettes avant-gardistes. « Nous voulons sauver les saveurs et enseigner la culture gastronomique dominicaine en cuisinant avec des ingrédients traditionnels tels que la noix de coco, le plantain et le riz », explique-t-elle.

En plus de générer 18 emplois et d’accueillir 150 personnes par semaine, pour 300 RD$, les voyageurs pourront déguster des plats de San Juan de la Maguana, Baní, Azua et Barahona, ce qui constitue un élément différenciateur de l’entreprise.

Diversification

Les touristes emprunteront la route Sánchez et pourront voir le paysage aride de la Sierra Martín García jusqu’à leur deuxième arrêt. Les amateurs de vie champêtre trouveront à Azua le ranch Caprache, une ferme qui a émergé en 2016 dans le but de sauver la génétique laitière des chèvres dominicaines.

La propriétaire Nieves Segura caresse de sa main droite une chèvre qui se repose dans l’enclos. Le plan initial était de conserver le modèle caprin, mais avec le coronavirus, les propriétaires ont transformé la ferme pour l’adapter au tourisme communautaire.

Segura explique que les visiteurs peuvent profiter de l’expérience pour 100 RD$ et faire connaissance avec les 284 chèvres, qui sont utilisées pour la traite et la transformation de produits laitiers tels que le fromage et le dulce de leche.

Afin de promouvoir l’élevage de chèvres de haute qualité génétique, l’entrepreneuse importe des chèvres mâles des États-Unis pour un coût de 1 800 dollars. Parallèlement, pour augmenter la production de lait et préparer le ranch à accueillir davantage de touristes, elle a contracté des prêts bancaires d’un montant de 20 millions de dollars.

Il affirme qu’il mesurera les bénéfices après sept ans d’exploitation afin de garantir la croissance durable du projet à long terme. En plus de la visite de la ferme, les touristes pourront visiter d’autres attractions de la région et stimuler l’économie locale.

Environnement

BarahonaEntre récifs coralliens, mangroves et plages, Azua offre de multiples aventures pour être en contact avec l’environnement. C’est le concept de l’hôtel Altos de La Caobita, qui était au départ une maison de retraite pour les paroissiens catholiques, mais qui a été transformé en hôtel durable en 2020.

C’est ce qu’affirme sa propriétaire, Dolores Puertolas, qui indique que le changement de modèle est devenu une proposition d’écotourisme pour les visiteurs de la région. « Nous avons vu que les touristes étaient de plus en plus intéressés et le projet a commencé à être rentable. Cette action nous a permis de diversifier l’offre ludique et de créer des forfaits tels que la route de la mangrove pour 3 000 RD$ », a-t-elle déclaré.

Pour l’entrepreneur, le respect de l’environnement consiste à se reposer au milieu de la nature sans altérer le lieu. « Nous sommes soucieux d’offrir aux touristes un espace écologique, de mettre à leur disposition des recycleurs pour qu’ils puissent se débarrasser de leurs déchets et réduire le plastique à usage unique », explique-t-elle.

Il affirme que l’écotourisme est la combinaison du repos et de la nature sans altérer le lieu. L’établissement a la capacité de recevoir 20 personnes pour un prix moyen de RD$4,000, tandis que pour les plus aventureux, il y a l’option du camping avec vue sur la Sierra Martin Garcia et la plage de La Caobita.

Il souligne que le projet vise l’amélioration de la communauté aztèque et la croissance durable du secteur du tourisme en formant ses collaborateurs dans des établissements d’enseignement et en offrant ensuite les services dans leur communauté d’origine.

Il voit une opportunité pour l’entreprenariat

Le rapport « Opportunités pour les MPME dominicaines dans le secteur du tourisme », préparé par l’Association nationale des hôtels et des restaurants (Asonahores), indique que les districts de Bani et d’Azua enregistrent 3 049 et 3 233 micro, petites et moyennes entreprises (MPME) qui fournissent des services à l’industrie touristique dominicaine, constituant une option pour les petits commerçants afin de diversifier leurs revenus.

Lorsque le soleil se couche à l’horizon et que le touriste doit rentrer à Santo Domingo, un arrêt chez un glacier est idéal pour conclure le voyage de la meilleure façon.

La propriétaire de CapriRico, Paola Díaz, a commencé avec des glaces faites maison parce qu’elle n’avait pas 3 000 RD$ pour payer le voyage scolaire de sa fille.

« J’ai commencé avec une trentaine de glaces que j’ai vendues à l’école et dans différents endroits de la ville pour que les gens le sachent et que je puisse récolter l’argent nécessaire », explique-t-il. Il dit fabriquer 350 glaces par jour en moyenne, les saveurs patate douce, noix de coco et dulce de leche étant les plus populaires auprès des touristes.

Pour un prix de RD$70, ces glaces laissent aux touristes un goût sucré sur leur palais et ils rentrent chez eux avec la joie d’avoir vu certaines des attractions de la région sud.

En savoir plus: TOURISME

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1 × 2 =